,

Premiers tests antidopage au Triathlon International de Montréal

Championnat québécois 100% propre

Montréal – Triathlon Québec a procédé à ses premiers tests antidopage à Montréal samedi dernier lors du championnat québécois sprint avec sillonnage tenu dans le cadre du Triathlon International de Montréal. L’esprit sportif et l’intégrité sont deux valeurs très importantes pour Triathlon Québec. Pour être en phase avec ces valeurs, Triathlon Québec a mis en place un programme antidopage « 100% propre », en partenariat avec le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES).

Lors de la deuxième édition du Triathlon International de Montréal, trois hommes et trois femmes ont été sélectionné aléatoirement parmi les membres Triathlon Québec participants à l’épreuve. C’est le CCES qui a procédé aux tests.

Ces tests ont été fait dans le cadre de notre campagne antidopage 100% propre. Cette campagne vise à éduquer et sensibiliser les athlètes de tout âge sur le dopage et les substances interdites, à promouvoir la pratique du sport «propre» et des saines habitudes de vie et à donner tous les outils nécessaires aux athlètes pour prévenir le dopage.

Il est important de savoir qu’il est de la responsabilité des athlètes de bien s’informer sur les substances interdites. Afin d’éviter les mauvaises surprises, nous vous invitons fortement à suivre la formation en ligne du Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) « l’ABC du sport sain ». Cette formation vous est offerte gratuitement dans le cadre du programme antidopage « 100% propre » de Triathlon Québec.

Triathlon Québec, en partenariat avec le CCES, continuera à travailler en ce sens lors des prochaines compétitions.

Prévention contre le dopage mécanique

L’équipe d’officiels a également procédé à des tests sur certains vélos à l’entrée de la zone de transition pour prévenir le « dopage mécanique », qui consiste à insérer un moteur dans le cadre du vélo ou à installer un système magnétique dans les roues permettant de faire accélérer le vélo. Les officiels ont été formé par la fédération internationale de triathlon (ITU) et sont maintenant aptes de repérer ce genre de dopage s’ils sont en possession du matériel nécessaire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *