, , ,

Projet synergique: La Fédération Québécoise d’Athlétisme et Triathlon Québec se penchent sur la bonification des interventions d’entraînement

Blessures, infections et contre-performances sont des problèmes courants en sport de haut niveau. Chaque année, les blessures et les effets du surmenage font perdre de précieuses journées d’entraînement aux athlètes et, ainsi, limitent leur progression, voire leur santé dans les cas extrêmes. Au cours des deux dernières années, le Centre Provincial d’Athlétisme a recensé que près de 50% des athlètes avaient une blessure les limitant dans leur entraînement et ayant des répercussions sur leur saison de compétitions. 

La Fédération Québécoise d’Athlétisme et Triathlon Québec en collaboration avec la Clinique Médicale du PEPS de l’Université Laval, Excellence Sportive Québec-Lévis (ESQL), le Département de Kinésiologie de l’Université Laval et Biotwin se penchent aujourd’hui sur l’augmentation de la charge d’entraînement des athlètes à volumes d’entraînement élevés à la course à pied afin de diminuer le stress mécanique et le risque de blessures. De plus, la recherche visera l’optimisation du retour à l’entraînement en course à pied à la suite d’une blessure. 

 

(Sur cette photo: Felix-Antoine Lapointe et Thomas Fafard)

Félix-Antoine Lapointe, entraîneur-chef de l’Équipe du Québec de la Fédération québécoise d’athlétisme est enchanté par le début de ce projet de recherche « Les athlètes pourront rapidement bénéficier des apprentissages et outils de recherche et cela viendra bonifier l’offre du Centre Provincial, améliorer l’environnement global avec une offre de service hors du commun pour la région de Québec. Les athlètes n’auront plus à voyager à l’extérieur de la province pour obtenir un support de haut niveau.»  L’objectif est double : optimiser la charge d’entraînement des athlètes tout en contrôlant le risque de blessures, et optimiser les protocoles individuels de retour à l’entraînement à la suite d’une blessure. Dans un premier temps, nous tenterons d’optimiser la charge d’entraînement individuelle et les performances sportives avec les athlètes jugés aptes à supporter un plus grand volume d’entraînement. 

 

« L’installation du tapis antigravité Alter G sera un atout supplémentaire pour les athlètes, entraîneurs et intervenants de la région, particulièrement dans nos disciplines du triathlon et de l’athlétisme. À court et long terme, je suis persuadé que nous en tirerons des bénéfices notables dans la préparation des athlètes, la réhabilitation après blessures et leurs performances générales. » Francis Sarrasin-Larochelle, Directeur compétition et haut niveau chez Triathlon Québec. Sur le tapis « antigravité » nouvellement reçu au PEPS, l’entraîneur et le physiologiste de l’équipe évalueront la charge d’entraînement additionnelle que les athlètes peuvent effectuer en course à pied lors des semaines clés du cycle annuel d’entraînement et les gains potentiels de performances. Nous espérons également examiner les effets de la combinaison de la réduction du stress mécanique lors d’un exercice sur tapis « antigravité » avec la technique de restriction du débit sanguin sur le regain de masse musculaire et le retour à l’entraînement. 

(Sur cette photo: Pier-Yves Gigou, Alexis Lepage, Francis Sarrasin-Larochelle et Léo Roy)

Léo Roy, Triathlète de l’Équipe Québec, a souffert d’une fracture de stress en pleine préparation pour les championnats du monde junior. Il a dû arrêter de courir complètement. « Avoir eu accès à un outil du genre, et un support à l’entraînement malgré la blessure, j’aurais pu conserver un volume de course et mieux performer au championnat du monde. » Un son de cloche différent chez Alexis Lepage, qui lui espère travailler son optimisation de mouvements « Comme je suis grand (1,94 m), ma fréquence de jambes est parfois moins élevée que mes compétiteurs, donc le tapis me permettrait d’aller chercher plus d’efficacité à la course à pied. » 

Les partenaires souhaitent appliquer les innovations développées sur quelques années, tout en supportant un maximum d’athlète de haute performance à travers leurs besoins tout au long de ce projet de recherche. Restez à l’affût des avancées du projet en suivant les mises à jour de Triathlon Québec et La Fédération Québécoise d’Athlétisme. 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.