Foire aux questions

Vous avez des questions? Nous avons des réponses! Choisissez une des catégories suivantes, ou transmettez-nous vos questions afin que l’on puisse bonifier notre FAQ.

Pour voir les distances, cliquez ici.

Nous vous conseillons d’arrivER au moins 1h30 avant votre départ. Ainsi, vous aurez le temps de vous familiariser avec la zone de transition  et de faire un bon échauffement pré-course.

La catégorie d’âge est déterminée en fonction de la date de naissance au 31 décembre de l’année en cours.

Les tranches d’âges sont différentes selon le type d’épreuves. Les catégories d’âge sont calculées en fonction de l’âge au 31 décembre de l’année en cours.

Triathlon Jeunesse

-U5 (4-5 ans)

-U7 (6-7 ans)

-U9 (8-9ans)

-U11 (10-11ans)

-U13 (12-13 ans)

-U15 (14-15 ans)

Triathlon sprint et olympique

Les tranches d’âges sont aux 5 ans. (Ex: 16-19,20-24,25-29,30-34)

Événements provinciaux longue distance et duathlon:

Les catégories d’âge sont aux 10 ans (ex: 20-29, 30-39…)

Événements Nationaux et Ironman

Tous les événements nationaux de triathlon longue distance et de duathlon ont des catégories d’âge aux 5 ans (Ex: 16-19,20-24,25-29,30-34)

L’âge minimum pour participer à des distances sprint est de 16 ans. Pour participer à des distances olympiques ou plus longues, l’âge minimal est de 18 ans.

Des distances jeunesses sont aussi disponibles.

Voici l’âge minimum pour chaque participant selon les distances :

  • Découverte : 10 ans
  • Sprint : 14 ans
  • Olympique 16 ans

Le port du dossard est obligatoire seulement lors de la course à pied. Il est idéalement attaché sur une ceinture de course ou avec des épingles et il doit être porté à l’avant.

Non. Un athlète ne peut pas recevoir d’aide extérieure pendant l’épreuve, par exemple un spectateur qui aide un athlète à réparer son vélo. Si c’est le cas, c’est une disqualification automatique. On peut cependant accepter l’aide d’un officiel, d’un bénévole, ou d’un autre athlète, en autant que les deux athlètes terminent leur course, sinon les deux sont disqualifiés. Par exemple, un athlète qui donne une chambre à air à un autre athlète est autorisé. Enfin, un athlète qui a terminé sa course ne peut pas aider un athlète encore en course, puisque ce serait considéré comme de l’aide externe.

Le port de la combinaison isothermique (wetsuit) dépend de la température de l’eau. Un facteur de correction est appliqué lorsque la température de l’air est égale ou inférieure à 15 degrés Celsius.

Si la température de l’eau ajustée avec le facteur de correction, est :

  • Égale ou inférieure à 12 degrés Celsius : la natation est annulée;
  • Entre 12 et 15.9 degrés Celsius, la combinaison isothermique est obligatoire;
  • Entre 16 et 21.9 degrés Celsius, le port de la combinaison isothermique est autorisé;
  • Égale ou supérieure à 22 degrés Celsius, le port de la combinaison est interdit;
  • Pour les jeunes (U15 et moins) et les élites, le port de la combinaison isothermique est interdit lorsque la température ajustée de l’eau est égale ou supérieure à 20 degrés Celsius.

L’épaisseur de la combinaison isothermique ne doit pas excéder 5mm.

Le port de la combinaison isothermique est permis à tout âge.

Nous conseillons d’arriver au départ 15 à 20 minutes avant le début de la course. Tout dépendant des compétitions, il est important de regarder l’heure des réunions pré-courses afin d’y assister. La plupart du temps, les réunions se déroulent 15 minutes avant le départ, près du lieu de natation.

Un athlète qui manque son départ doit obtenir l’approbation de l’officiel pour partir avec la vague suivante. Il faut toutefois savoir que le temps de départ de l’athlète sera celui de la vague de départ qui lui avait été assignée initialement.

Le style de natation choisi est à la discrétion du participant. La plupart des nageurs choisissent le style libre mais certains utilisent aussi la brasse et le dos.

Oui, l’utilisation du tempo trainer est autorisé.

Si vous éprouvez un malaise lors de la natation, l’organisation pourra vous remorquer jusqu’à la terre ferme. Si vous désirez continuer l’épreuve et que l’organisation vous en juge capable, vous pourrez terminer l’épreuve, mais vous serez disqualifié avec votre temps.

Non. On ne peut pas utiliser le fond de l’eau pour se propulser. Par contre, au début et à la fin de chaque boucle de natation, les athlètes sont autorisés à marcher ou courir en utilisant le fond de l’eau. Dès que l’athlète a commencé à nager, il doit continuer jusqu’à la sortie de l’eau.

Vous devrez revenir pour contourner la bouée, sinon c’est une disqualification. On parle seulement ici des bouées de virage. Mais sachez qu’on peut passer de n’importe quel côté des bouées d’alignement. Donc les seules bouées qui comptent sont celles situées dans les virages.

Oui. Les participants ont le droit de nager à l’intérieur des bouées d’alignement. Seules les bouées de virages doivent être prises de l’extérieur.

Oui, l’utilisation du pince-nez est autorisé.

Lorsque la température de l’eau est égale ou inférieure à 12 degrés Celsius, avec le facteur de correction appliquée. Donc même si la température de l’eau est supérieure à 12 degrés Celsius mais que la température de l’air est inférieure à 15 degrés Celsius, le facteur de correction entre en ligne de compte.

Oui. Cependant, vous devez porter le bonnet de natation fourni par Triathlon Québec ou le comité organisateur par-dessus le vôtre, pour bien suivre les vagues de départ. Si votre allergie est trop sévère, allez voir le délégué technique de Triathlon Québec qui sera sur place.

Oui. Les casques de néoprène sont permis. Par contre, vous devez porter le casque de bain fourni par l’organisation au dessus de votre casque de néoprène

Règle ITU: Seulement si la combinaison isothermique est autorisée. Si le port de la combinaison est interdit, les bas de compression devront être mis lors de la T1.

Règle TQ: Les bas de compression sont toujours autorisés pour les athlètes des catégories groupes d’âge.

Non, il est interdit de couvrir les mains et le visage. Pour les bottes, elles sont autorisées seulement lorsque la combinaison isothermique est obligatoire.

Non. Les bouées individuelles attachées à la taille ne sont pas acceptées. Cependant, il y a des systèmes qui s’attachent à la cuisse et qu’on gonfle seulement en cas de détresse. Ce type de bouée est autorisé mais si vous l’utilisez, vous serez disqualifié.

La bouée de flottaison d’urgence se gonfle seulement lorsque déclenchée par le nageur. Elle est autorisée, mais si vous l’activez, vous serez disqualifié.

Non, les accessoires de flottaison sont interdits en compétition. Par contre, si vous voulez absolument utiliser vos accessoires, avisez un officiel avant le départ de votre course. Selon l’item, vous pourrez participer à l’événement, mais vous serez disqualifié, mais vous aurez votre temps final.

Oui, vous pouvez vous accrocher à un objet inanimé sans problème, sans pénalité ni disqualification. Par contre, le kayakiste doit rester sur place et ne peut vous remorquer. Après avoir repris votre souffle vous pourrez repartir compléter votre épreuve de natation.

Oui, mais l’application du temps limite dépend des différents comités organisateurs.

Le temps limite pour un triathlon sprint est de 30 minutes. Pour une distance olympique le temps limite est de 1h10. Pour une épreuve de 1500 à 3000m, le temps limite est de 1h40. Enfin, pour un triathlon d’une distance de 3000m à 4000m, le temps limite est de 2h15.

Tout athlète qui fait un faux départ à la natation devra servir une pénalité en T1, à côté de son vélo. Elle sera de 10 secondes pour distance sprint ou moins, 15 secondes pour distance olympique, 30 secondes pour la moyenne distance et d’une minute pour la longue distance.

Non, le port du dossard  de course est interdit à la natation. Vous pouvez le porter en vélo, mais il est obligatoire seulement lors de la course à pied.

Non, excepté pour les épreuves de longue distance Ironman. Si vous souhaitez porter le speedsuit absolument, vous devrez le porter pour toutes les épreuves (natation, vélo et course).

Non, pas du tout! Un vélo de montagne, de route ou hybride est permis. Par contre, il est important de suivre les règles de compétition qui seront appliqués lors des événements.

Non. Malheureusement, on ne peut pas ajuster un temps après coup, car on ne sait jamais ce que les circonstances de course nous réserve. Il faut donc faire le nombre de tours indiqués. Et jamais se fier à son odomètre. Sinon c’est disqualification.

Les écouteurs, appareils téléphoniques et toute forme de communication sont interdits sur les compétitions pour des raisons de sécurité.

Oui, le port du casque est obligatoire en tout temps lorsque vous êtes en possession du vélo. Donc lorsque votre vélo n’est pas sur le support à vélo, vous devez avoir votre casque attaché.

Le sillonnage est une technique de vélo qui consiste à se positionner derrière d’autres cyclistes pour dépenser moins d’énergie et couper le vent. La grande majorité des épreuves groupes d’âge sont sans sillonnage tandis que celles pour les Élites sont avec sillonnage. Visitez le calendrier de Triathlon Québec pour connaître les courses avec et sans sillonnage.

Distance olympique ou plus courte :

Une distance de 10 mètres entre les vélos doit être respectée pour les épreuves de distance olympique ou moins. Elle est mesurée à partir de l’extrémité frontale de la roue avant de chacun des vélos. Un athlète peut entrer dans la zone de sillonnage d’un autre athlète à condition qu’il soit en progression dans cette zone. Un maximum de 20 secondes est alloué pour dépasser l’autre athlète.

Un athlète qui se fait dépasser a 20 secondes pour reculer à l’extérieur de la zone de sillonnage.

Moyenne et longue distance:

La zone de sillonnage pour les épreuves de moyennes et longues distances est de 12 mètres. Celle-ci est mesurée à partir de l’extrémité frontale de la roue avant de chaque vélo. Un athlète peut entrer dans la zone de sillonnage d’un autre athlète à condition qu’il soit en progression dans cette zone. Un maximum de 25 secondes est alloué pour dépasser l’autre athlète.

Un athlète qui se fait dépasser a 25 secondes pour reculer à l’extérieur de la zone de sillonnage.

Lors d’un bris ou d’un problème mécanique, vous devez réparer vous-même le bris sans aide extérieure. Seuls les bénévoles et mécaniciens vélos liés à l’événement peuvent intervenir et vous aider. Un autre athlète peut également vous assister dans votre réparation. Si votre bris est près de la zone de transition, vous pouvez terminer la section vélo en marchant ou courant à côté de celui-ci.

Oui, vous pouvez utiliser votre sac ou ceinture d’hydratation en vélo et/ou à la course à pied sans problème.

Cela dépend des événements, mais normalement vous roulez à droite et dépassez à gauche. Les différentes consignes sont données lors des réunions d’avant-course.

Si un officiel vous montre un carton jaune, c’est pour corriger une infraction mineure (ex: avoir son casque détaché en possession de son vélo). Dans ce cas, vous n’avez qu’à vous arrêter et corriger votre action selon les recommandations de l’officiel (ex: attacher votre casque). Vous pouvez repartir par la suite.

Si un officiel vous montre un carton bleu, c’est que vous avez une pénalité pour sillonnage (drafting). Ces pénalités doivent être purgées à la zone de pénalité. S’il n’y a pas de zone de pénalité, le temps sera ajouté au temps final de l’épreuve. Les pénalités pour sillonnage sont de 1 minute pour la distance sprint ou moins, 2 minutes pour la distance olympique, et 5 minutes pour la moyenne et longue distance.

Si un officiel vous montre un carton bleu, il est de votre responsabilité d’arrêter à la zone de pénalité (s’il y en a une), sans quoi vous serez disqualifié.

Normalement, il y a des points d’eau placés au moins aux 2,5 km sur les événements partenaires de Triathlon Québec. Il peut aussi y avoir parfois de la boisson énergétique et de la glace selon la température. Vous trouverez toutes les informations concernant les parcours de course à pied et où se situent les points d’eau sur le site des événements.

Les écouteurs, appareils téléphoniques et toute forme de communication sont interdits sur les compétitions pour des raisons de sécurité.

Le port du dossard est obligatoire à la course à pied pour les athlètes groupes d’âge même si leur nom est inscrit sur leur trisuit. Pour les athlètes des catégories U13, U15 et Élites, le port du dossard n’est pas obligatoire lors des épreuves de la Coupe du Québec ou de la série Grand Prix, seulement si leur nom figure sur leur combinaison de triathlon.

Non. Malheureusement, on ne peut pas ajuster un temps après coup, car on ne sait jamais ce que les circonstances de course nous réservent. Il faut donc faire le nombre de tours indiqué, sinon c’est une disqualification.

Non. Le port de la combinaison de triathlon ou du chandail est obligatoire en tout temps en vélo et à la course à pied.

Oui, vous pouvez utiliser votre sac ou ceinture d’hydratation en vélo et/ou à la course à pied sans problème.

Non. On peut marcher ou courir. Contrairement à certains vidéos spectaculaires vus sur internet, il est interdit de ramper pour terminer une course. On reste sur ses deux pieds!

Il faut retirer votre casque avant de quitter la zone de transition, sinon c’est une disqualification.

Non. On ne peut pas être accompagné sur le parcours ou le long de celui-ci par des amis, de la famille ou des membres de notre équipe. La règle est la même au fil d’arrivée. Même si ce sont des moments hauts en émotion, vos enfants ne pas peuvent traverser le fil d’arrivée avec vous.

Les sacs, les boîtes, les pompes à vélo et autres accessoires qui ne sont pas nécessaires à la participation à l’événement sont interdits dans la zone de transition. Vous avez seulement le droit de laisser les objets que vous allez utiliser pendant la course. De plus, puisque l’espace est limité dans la zone de transition vous devez vous limiter votre espace à 50 cm de large.

Non. La grande majorité des triathlons ont des supports identifiés par vague de départ. Il est très important de suivre les consignes des bénévoles lors de votre entrée dans la zone de transition. Vous devrez remettre votre vélo à cet endroit à la T2.

Non. Marquer votre place vous donnerait un avantage sur les autres compétiteurs. Les officiels retirent généralement tout élément qu’ils jugent comme donnant un avantage, comme par exemple ballon, craie au sol, serviette très visible, etc. Plusieurs événements identifient les supports à vélo avec des lettres ou des chiffres pour aider les athlètes à trouver leur vélo.

Non. On peut seulement embarquer sur son vélo après la ligne d’embarquement et débarquer avant la ligne de débarquement.

On peut embarquer sur son vélo après la ligne d’embarquement. Un pied complet doit être en contact avec le sol après la ligne d’embarquement. Si une partie de votre pied touche à la ligne, vous devrez corriger l’action avant de repartir.

On peut débarquer de son vélo avant la ligne de débarquement. Un pied complet doit être en contact avec le sol avant cette ligne. Si une partie de votre pied touche à la ligne, vous devrez corriger l’action avant de repartir.

Non. On peut courir plusieurs mètres après la ligne pour prendre de l’espace avant d’embarquer sur son vélo.

Le casque doit être attaché avant de prendre son vélo en T1 et détaché après avoir remis son vélo sur le support en T2.

Oui tout à fait. Dorénavant, vous ne recevrez votre carte que par courriel lors de votre inscription et il est à votre discrétion de l’imprimer ou pas.