Un camp de l’Équipe du Québec rassemblant vingt-cinq athlètes des catégories junior et élite s’est tenu du 9 au 11 juillet dernier dans la région de Québec. Ce projet, le premier à avoir lieu depuis la mi-mars, a permis aux athlètes de se retrouver après plusieurs mois sans activités d’équipe, un aspect bénéfique pour le moral et la motivation.

Sous la supervisions des entraîneurs Francis Sarrasin-Larochelle (Triathlon Québec), Pierre-Yves Gigou (Rouge et Or) et Nicolas Proulx-Bégin (Rouge et Or), les athlètes ont pu cumuler un bon volume d’entraînement et réaliser plusieurs séances de qualités. La variété des sites d’entraînement à leur disposition mais aussi des conditions météos difficiles avec de la chaleur intense puis du vent et des averses leurs ont permis de travailler différentes aptitudes et stimulus. Ces aspects ont amené des composantes intéressantes aux entraînements, alors que les athlètes ont dû s’adapter et remplir les objectifs malgré un contexte moins favorable qu’à l’accoutumé. Un paramètre qu’il est essentiel de maitriser pour bien figurer au plus haut niveau où ils se doivent d’être prêts à performer dans toutes sortes de conditions et de circonstances. 

L’entraîneur provincial Francis Sarrasin-Larochelle s’est dit réjoui du travail effectué pendant les trois jours. «Définitivement, les athlètes et leurs entraîneurs ont fait leurs devoirs pendant le confinement et la phase de reprise progressive des activités. Le niveau de forme est très bon et le taux de blessure est relativement faible. On a vu à travers les données de puissance à vélo et les observations sur le terrain que les athlètes sont en excellente condition physique. Je leur lève mon chapeau car les derniers mois étaient difficiles pour la motivation et l’encadrement».

 

Le programme du camp était le suivant :

Jeudi 9 juillet :

8h00 – 9h00 – Eau libre avec travail de fréquence et de rythme 750 mètres sur une série de 8 x 100 mètres

9h30 – 11h00 – Sortie aérobie facile de 45 kilomètres

15h30 – 17h00 – Séance de course incluant 4 à 6x800m @ rythme 10km ; 2x400m et 4x200m sur la piste @ rythme 3000m

Vendredi 10 juillet

8h00 – 9h00 – Eau libre avec travail de seuil en sous-groupe

9h30 -12h00 – Sortie de vélo de 80 kilomètres sur parcours avec côtes incluant un travail de seuil sur 2 x 10 kilomètres et une montée de 10-12 minutes

15h30 – 17h00 – Jogging de 6-8 kilomètre suivi d’une séance de yoga et de mobilité avec Charles Castonguay

Samedi 11 juillet

8h00 – 9h00 – Eau libre avec travail d’orientation dans les vagues sur une série progressive de 4 x 5-6 minutes

9h30 – 12h00 – Sortie de vélo en endurance de 75 kilomètres sur parcours vallonné

FemmesHommes
Emy LegaultPavlos Antoniades
Claudie SimardThomas Bilodeau
Ariane LalancetteLéo Roy
Kamille LarocqueNicolas Harvey
Alexandrine CoursolWilliam Nolet
Élizabeth LemieuxMathieu Benoît
Noémie BeaulieuMichael Simard
Maïra CarreauNathan Grondin
Marie-Ange HébertBenjamin St-Pierre
Clara NormandLoic Poulin Desjardins
Marika CoutureJérémy Lajoie
Shelby LajeunesseMathis Beaulieu
Sarah Hamel
Alexandra Morel
Raphaëlle Leblond

 

Le 6 mai 2020 se tenait le 15e “Gala femmes d’influence en sport au Québec” présenté par Égale Action. Celui-ci, préalablement prévu à l’hôtel Sheraton à Laval, s’est déroulé pour une première année en format virtuel. Lors de cet évènement, sept prix ont été décernés à des filles, des femmes et des organisations qui soutiennent et encouragent la participation et le leadership au féminin dans le sport, et c’est avec beaucoup de fierté que Triathlon Québec a remporté le prestigieux titre de l’Organisation sportive de l’année.

Ce prix récompense l’engagement exceptionnel d’une organisation sportive québécoises au cours de l’année 2019 pour le volet féminin de son sport. Triathlon Québec a su se démarquer grâce à ses initiatives, ses activités et ses résolutions favorisants l’accessibilité et l’équité dans le sport, l’emploi et l’administration. En 2019, la fédération de Triathlon Québec :

  • compte sur une femme comme présidente du conseil d’administration, Madame Sophie Yergeau;
  • est dirigée par un conseil d’administration, une équipe permanente et une équipe d’été entièrement paritaires. Félicitations particulières à Sophie Yergeau, Mélanie Bégin, et Caroline Gélinas au CA, Marie-Eve Sullivan, Marie-Josée Gauthier et Annick Gendron à l’équipe permanente, Marie-Claudel Jeanotte et Laurence Tarini à l’équipe d’été;
  • met en place une politique de développement durable incluant une politique d’embauche et de travail équitable;
  • compte un nombre grandissant de membres officielles, entraineures et athlètes;
  • porte une attention particulière au visuel des ses publications, ses programmes et son image de marque afin qu’il soit inclusif à tous les niveaux;
  • fait la promotion de plusieurs modules, ressources et outils pour favoriser la pratique du sport au féminin;
  • est hôte d’un premier championnat québécois de relais par équipe mixte (2 filles, 2 garçons) lors du triathlon de Valleyfield.

“C’est une grande fierté de remporter ce prix. Je voudrais remercier tous les intervenants qui rendent notre sport accessible, que ce soit notre équipe de travail, nos membres du conseil d’administration, nos clubs, nos entraineurs. C’est vraiment un travail d’équipe” a exprimé Marie-Eve Sullivan, directrice générale de la fédération depuis 2016 et représentante de celle-ci à l’évènement.

Bien que le prix soit décerné pour les actions de 2019, Triathlon Québec est fier d’encourager depuis de nombreuses années l’équité femme-homme, de reconnaître les compétences des femmes à part égale de celles des hommes, d’offrir une belle visibilité, d’influencer le changement, d’être un beau modèle pour la société et les autres organismes, et finalement de faire preuve d’engagement, d’inspiration et d’innovation engendrant un impact des plus positifs.

Félicitations à Baseball Québec et Water-polo Québec pour leur nomination dans la même catégorie, ainsi qu’à toutes les filles et femmes qui contribuent à faire évoluer le sport au féminin avec passion et acharnement à tous les jours. Félicitations également à Égale Action pour l’initiative et l’organisation de ce superbe gala virtuel.

Visionnez le gala ici et Consultez les détails de l’évènement ici

Consultez la boîte à outils de Égale Action ici

Triathlon Québec avait prévu lancer le programme 1-2-tri GO en avril 2020. Dans les circonstances actuelles, le lancement sera malheureusement repoussé à une date ultérieure. Tout de même, en cette période de confinement, voici une alternative d’entrainement intéressante qui représente bien le programme 1-2-tri GO. Il s’agit d’un plan d’entrainement sur quatre semaines (version word et pdf) que les jeunes athlètes (+/- U11 et U13) peuvent faire à la maison. Vous y trouverez des séances de course à pied, de vélo, de préparation physique, des ateliers (nutrition, mécanique, transition) et des défis variés. Le tout demeure très simple en général, c’est un plan de base, mais cela permettra aux athlètes de demeurer un minimum actif à la maison ou à proximité en toute sécurité. Notez qu’il existe plusieurs autres ressources d’entrainement sur le web présentement, notamment Le GRAND club de course.

Pour les athlètes en clubs, c’est un plan qui peut être complémentaire à votre entrainement de club déjà adapté pour la maison ou à proximité (si applicable). Vérifiez avec votre entraineur qu’il n’y a pas de conflit au niveau de la planification, du choix d’exercices ou du volume d’entrainement. Pour les athlètes indépendants ou qui n’ont pas de programme, c’est un plan que vous pouvez faire en entièreté sans problème.

Pour les parents, nous vous invitons à encourager vos enfants à bien suivre le programme. Nous vous demandons aussi de superviser les entrainements et, dans la mesure du possible, d’offrir votre aide et votre support au besoin.

Pour les entraineurs, nous vous invitons à partager le plan à vos athlètes et n’hésitez pas à ajouter ou à modifier des éléments au besoin. Nous vous encourageons aussi à ajouter un peu d’animation en demandant à vos athlètes de partager des vidéos (ou tout autre système de reconnaissance) pour prouver la réussite des défis au reste de votre équipe. Soyez créatifs en renforçant le sentiment d’appartenance à une équipe malgré la séparation. Finalement ce message a été envoyé aux athlètes U11-U13, mais vous êtes invités à le partager à vos athlètes plus vieux et/ou plus jeunes si vous le jugez pertinent.

Voici aussi un sondage volontaire sur le programme. N’hésitez pas à nous partager vos avis et commentaires.

Vous pouvez toujours consulter le plan d’avril ici :

https://www.triathlonquebec.org/covid-19-confinement-plan-dentrainement-jeunesse/

Vous pouvez toujours remplir le sondage d’avril ici :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSerAzMioPftqSK_GApJbsusxDsdnQRSr8Y4cj7GQtC19Cm01w/viewform?usp=pp_url

Triathlon virtuel jeunesse – 16 et 30 mai 2020

À l’image des épreuves de la série pour les adultes, nous sommes très heureux d’annoncer la tenue d’événements spécifiques pour les catégories U11, U13, U15 et Juniors! Peu importe votre niveau, votre âge ou vos objectifs, ces épreuves vous aideront à garder la motivation en vue des événements extérieurs qui viendront bientôt, nous l’espérons! Nous misons sur un concept où la participation est accessible, simple et inclusive tout en offrant la possibilité aux jeunes des quatre coins du Québec de se rassembler autour d’un défi commun. Ainsi donc, les athlètes peuvent compléter leur épreuve de vélo sur une base stationnaire connectée ou non sur une plate-forme virtuelle . Ils font ensuite la distance de course à pied à proximité de leur domicile sur un parcours sécuritaire qu’ils déterminent avant la journée de l’événement.

La première épreuve est ouverte aux athlètes U13, U15 et Juniors. La seconde épreuve est ouverte en plus aux athlètes U11.Vous désirez participer à la série mais n’êtes pas membre de la Fédération? Pas de problème, devenez-le dès maintenant!

Détails et inscription 

En cette période inhabituelle, l’adaptation est de mise. Nous sommes donc très heureux d’annoncer le lancement de la série de triathlons virtuels de Triathlon Québec présentée par Spark Sports Nutrition, qui permettra aux athlètes de partout au Québec de se mesurer les uns aux autres tout en étant accessible à tous!

Lire la suite et s’inscrire.

Initialement programmé pour avoir lieu dans la région de Québec, un premier camp virtuel s’est tenu le week-end dernier pour les athlètes du programme provincial de développement. En raison des circonstances attenantes à la COVID-19,  l’alternative de faire des entraînements à domicile en étant connectés via la plateforme de communication  Zoom a été choisi. Cette initiative a été couronnée de succès. 

En effet, plus de trente athlètes ont ainsi suivi les entraînements de Charles Castonguay en préparation physique et de Kyla Rollinson sur le vélo. Chaque matinée comportait deux séances dirigée sur zoom, une plateforme qui permet à tous de se voir en temps réel et de communiquer facilement lorsque les athlètes ont des questions.

En préparation physique, l’emphase a été mise sur le travail de force du haut du corps et le gainage. Sur le vélo, les athlètes ont réalisé des séries axées sur le développement de la puissance avec entre autre la réalisation  de test de puissance critique sur 5 minutes (CP5) et un contre-la-montre en équipe sur la plateforme Zwift. Les athlètes ont bien travaillé et se sont montrés très enthousiastes de cette nouvelle formule qui leur permet de passer du temps ensemble et de progresser tout en respectant les consignes de distanciation sociale. Considérant le succès de cette formule novatrice, Triathlon Québec organisera de nouvelles activités de ce type le 16 avril et la fin de semaine du 2 et 3 mai prochain.

Enfin, quelques mots sur l’implication de nos intervenants Charles et Kyla. Charles travaille auprès de ce groupe depuis l’automne ainsi qu’avec plusieurs athlètes de l’Équipe du Québec dans l’encadrement de séances, l’évaluation musculaire des athlètes ainsi qu’à l’élaboration de programmes de musculation, de renforcement et de mobilité. Kyla est l’entraîneure attitrée du projet de préparation en vue des Jeux du Canada de 2021 qui auront lieu à Niagara Falls. Depuis la saison dernière, elle suit cette cohorte d’athlètes sur une base mensuelle ainsi que lors de projets à l’extérieur comme le camp de Floride et les championnats canadiens de relais mixte qui ont eu lieu à Edmonton en juillet 2019. Son expérience auprès des athlètes de haut niveau et en développement est un atout de taille pour  l’évolution de ce groupe.

C’est avec beaucoup de fierté que Triathlon Québec annonce le retour de son projet flottes de vélos cette année.

Ce dernier consiste à fournir des flottes de vélos aux écoles en milieu défavorisé désirant intégrer un volet duathlon ou triathlon à leur programme d’éducation physique. Le matériel sera prêté sous cette condition les trois premières années et, si l’école désire poursuivre le programme, les vélos deviendront la propriété de l’école à partir de la quatrième année du programme. En fonction des besoins spécifiques de chaque école, cette flotte comprendra une dizaine de vélos avec les casques.

Fort de son succès, ce projet réalisé grâce au soutien financier de La Fondation des Canadiens pour l’Enfance nous a permis de remettre plus de 360 vélos depuis 2016.  À qui la chance d’en profiter pour cette 4e édition?

 

VIDÉO : https://www.youtube.com/watch?v=6DS-EVwk6wc

 

Qui peut soumettre une demande ?

Les écoles en milieu défavorisé peuvent soumettre une demande.

 

Comment soumettre une demande ?

Complétez et Envoyez le formulaire ci-bas complété à l’adresse suivante : agendron@triathlonquebec.org.

4e_edition_PROJET_FLOTTES_DE_VÉLOS_2020

 

Date limite pour soumettre votre demande :

1er juin 2020, 23h59

Triathlon Québec avait prévu lancer le programme 1-2-tri GO en avril 2020. Dans les circonstances actuelles, le lancement sera malheureusement repoussé à une date ultérieure. Tout de même, en cette période de confinement, voici une alternative d’entrainement intéressante qui représente bien le programme 1-2-tri GO. Il s’agit d’un plan d’entrainement sur quatre semaines (version word et pdf) que les jeunes athlètes (+/- U11 et U13) peuvent faire à la maison. Vous y trouverez des séances de course à pied, de vélo, de préparation physique, des ateliers (nutrition, mécanique, transition) et des défis variés. Le tout demeure très simple en général, c’est un plan de base, mais cela permettra aux athlètes de demeurer un minimum actif à la maison ou à proximité en toute sécurité. Notez qu’il existe plusieurs autres ressources d’entrainement sur le web présentement, notamment Le GRAND club de course.

Pour les athlètes en clubs, c’est un plan qui peut être complémentaire à votre entrainement de club déjà adapté pour la maison ou à proximité (si applicable). Vérifiez avec votre entraineur qu’il n’y a pas de conflit au niveau de la planification, du choix d’exercices ou du volume d’entrainement. Pour les athlètes indépendants ou qui n’ont pas de programme, c’est un plan que vous pouvez faire en entièreté sans problème.

Pour les parents, nous vous invitons à encourager vos enfants à bien suivre le programme. Nous vous demandons aussi de superviser les entrainements et, dans la mesure du possible, d’offrir votre aide et votre support au besoin.

Pour les entraineurs, nous vous invitons à partager le plan à vos athlètes et n’hésitez pas à ajouter ou à modifier des éléments au besoin. Nous vous encourageons aussi à ajouter un peu d’animation en demandant à vos athlètes de partager des vidéos (ou tout autre système de reconnaissance) pour prouver la réussite des défis au reste de votre équipe. Soyez créatifs en renforçant le sentiment d’appartenance à une équipe malgré la séparation. Finalement ce message a été envoyé aux athlètes U11-U13, mais vous êtes invités à le partager à vos athlètes plus vieux et/ou plus jeunes si vous le jugez pertinent.

Bon entrainement!

plan_ent_jeunes_avril word (avec hyperliens)

plan_ent_jeunes_avril pdf

Les athlètes de l’Équipe du Québec sont désormais rentrés de leur second camp de préparation de l’année qui avait lieu du 2 au 15 mars à Clermont en Floride. En dépit de la tournure exceptionnelle des événements due à la pandémie du COVID-19 qui sévit partout dans le monde, c’est l’occasion de faire le point sur les apports de ce camp.

Alors que l’objectif principal était de « préparer au mieux les compétitions de Clermont et Sarasota afin de lancer la saison de la meilleure des façons pour nos athlètes élites et établir un point de référence pour nos juniors », l’évolution du coronavirus aura eu raison de la deuxième compétition initialement programmée. Malgré une grosse déception pour les athlètes, notamment pour les juniors en raison de l’absence de leur unique compétition, il y a quand même beaucoup de positif à tirer de ce camp comme nous le confiait Léo Roy “Même si, à ma grande déception, je n’ai pas pu courser, j’ai tout de même pu enchaîner deux bonnes semaines d’entraînement en compagnie de mes amis d’un peu partout au Québec. J’ai appris que dans l’incertitude, nous devons toujours rester concentrés et prêts à toutes éventualités. L’équipe d’encadrement de Triathlon Québec a par ailleurs su être très rassurante auprès des athlètes et leur famille”.

Du côté des seniors, qui eux ont quand même eu l’opportunité de s’aligner sur la ligne de départ de la compétition PATCO de Clermont, le constat est assez similaire comme nous le disait Élisabeth Boutin, auteure de la meilleure performance québécoise : “J’ai adoré mon camp avec Triathlon Québec. Ça fait déjà plus de 5 ans que je voyage au sein de l’Équipe du Québec et cette année, nous étions une trentaine d’athlètes à y participer. Ça m’a permis de voir la prochaine génération d’athlète et je suis contente qu’on puisse offrir un bel encadrement à ces jeunes pour favoriser leur réussite. Nous avons vécu une situation hors de l’ordinaire, mais on a su s’adapter et se réorienter en conséquence. Je suis fière de représenter Triathlon Québec. Merci à tous ceux qui se sont impliqués”.

Pour l’entraîneur provincial Francis Sarrasin Larochelle, on retient beaucoup de positif : “Les athlètes ont très bien travaillé pendant les deux semaines en réalisant des séances de qualité et en étant pro-actif dans leur récupération. Ils sont également arrivés en forme et bien préparés grâce au travail réalisé avec leurs entraîneurs respectifs. L’ambiance et la cohésion de groupe entre recrues et vétérans étaient excellentes. Enfin, l’équipe d’entraîneurs et de soutien composée de Kyla Rollinson, Félix Levesque-Pero, Daniel Soucy, Charles Castonguay et Frédéric Jardot a été dévoué à tous les niveaux et a réalisé un travail d’équipe exemplaire pour accompagner nos athlètes le mieux possible”.

L’ensemble des athlètes québécois présents lors du camp, ainsi qu’Amélie Kretz, Emy Legault et Alexis Lepage qui étaient en action du côté de l’Australie, sont donc maintenant de retour au pays et observent tous une période d’isolement de 14 jours comme le recommande le ministère. Comme le confiait récemment Amélie Kretz “c’est sûr que ça change les plans, mais en ce moment, le problème est plus gros que le triathlon”.

Les triathlètes se sont élancés au départ d’une épreuve de l’Union Internationale de Triathlon (ITU en anglais) pour une dernière fois avant la suspension du calendrier international jusqu’à 30 avril. Samedi, à la Coupe du monde sprint de Moloolaba (Australie), Amélie Kretz a pris le 22e rang dans un doublé britannique pour finir à un peu plus de 2 minutes de la gagnante, Vicky Holland.

Georgia Taylor-Brown et Ashleigh Gentle (Australie) ont été les autres médaillées de cette épreuve où l’autre Québécoise présente, Emy Legault, s’est classée 35e.

En entrevue d’après course, Kretz a mentionné que si elle a sauvé les meubles à la natation et au vélo, c’est à la course à pied que les choses se sont gâtées.

« Une journée un peu difficile pour moi. J’ai perdu du temps et raté le premier groupe en natation. En vélo, j’ai travaillé vraiment fort avec deux ou trois autres filles et nous avons rejoint le premier groupe à la mi-parcours. J’ai eu une bonne transition vélo-course, mais je me suis vite rendu compte que j’avais laissé mes jambes sur le vélo. Malheureusement, ça m’a pris 3 kilomètres pour retrouver mes bonnes sensations et il était trop tard. C’est donc une 22e place décevante pour moi. »

Abandon d’Alexis Lepage

À l’épreuve masculine, Alexis Lepage a complété les épreuves de natation et de vélo avant de s’arrêter à celle de la course à pied.

« C’est une contre-performance. J’étais assez confiant avant le départ, mais une fois sur le vélo, mon corps m’a dit non et le mental a suivi (en ce sens.) Je suis content de retourner à la maison. Ce fut une semaine stressante avec beaucoup de changements de plans », a-t-il relaté.

Matthew Sharpe a été le meilleur Canadien en se classant au 19e rang à cette épreuve qui a aussi été le théâtre d’un doublé, néo-zélandais cette fois, où Ryan Sissons s’est imposé.

L’incertitude des prochaines semaines

Le calendrier international de triathlon est à son tour remanié en raison de la pandémie du COVID-19. En vertu de leur classement mondial et du nombre de places attribuées au Canada aux épreuves olympiques individuelles, Kretz et Lepage n’apparaissent pas dans les classements provisoires de l’ITU. La porte demeure toutefois ouverte pour une place à la nouvelle épreuve du relais mixte.

Lepage n’entend pas baisser les bras et entend continuer à tout mettre en œuvre pour vivre sa première expérience olympique :

« Pour l’instant, c’est encore envisageable. Il y a encore beaucoup d’incertitudes de ce qui adviendra des critères de sélection et des horaires des prochaines compétitions. De mon côté, je vais faire tout ce que je peux pour être le meilleur athlète sur distance super sprint (relais) et on va voir où cela me mène. »

Kretz a l’expérience des Jeux de Rio en poche et elle est plutôt philosophe face à la situation qui secoue la planète.

« On va attendre de voir ce que la fédération internationale décide de faire avec la sélection et on y va un jour à la fois ! C’est sûr que ça change les plans, mais en ce moment, le problème est plus gros que le triathlon. Mon plan est de retourner à la maison et évaluer ce qu’on va faire pour se préparer le mieux possible pour les compétitions qui vont reprendre, on l’espère, dans six semaines. »

Retrouvez les résultats de cette course ici : https://www.triathlon.org/results/result/2020_mooloolaba_itu_triathlon_world_cup

Merci à Sportcom pour l’écriture de cet article légèrement modifié par notre équipe.

Alors que trois courses concernant des athlètes de l’Équipe du Québec étaient initialement au programme ce samedi, seule l’épreuve de Coupe du monde de Mooloolaba en Australie aura lieu. Comme l’épreuve de Coupe du monde qui devait se tenir le 22 mars au même endroit, l’ITU, en accord avec les autorités locales, ont décidé d’annuler la PATCO de Sarasota-Bradenton. En conséquence, seuls Amélie Kretz, Emy Legault et Alexis Lepage seront sur le pont.

À Mooloolaba, Amélie Kretz aura pour objectif de “chasser des points pour assurer une seconde place qualificative au Canada et sécuriser la présence d’un relais aux Jeux”. Emy Legault de son côté, tentera de continuer sur sa belle lancée après sa 3ème place obtenue lors de l’épreuve de Rayong en Thaïlande. Elles auront fort à faire avec la présence sur la start-list des trois meilleurs britanniques, respectivement deuxième, quatrième et sixième au classement mondial. Chez les hommes, Alexis Lepage fera sa rentrée après plusieurs semaines de camp au Portugal. Les néozélandais Hayden Wilde et Sam Ward feront figure de favoris. Les courses seront à suivre en direct sur TriathlonLIVE à partir de 23:00 (ET).

Du côté de la Floride, l’annulation de la Coupe du monde et de la PATCO de Sarasota-Bradenton met donc un terme au camp de l’Équipe du Québec. Malheureusement, les athlètes juniors de l’équipe du Québec n’auront pas l’occasion de lancer leur saison tandis qu’Élisabeth Boutin, Charles Paquet et Jérémy Briand n’auront pas l’occasion de confirmer les belles performances entrevues la semaine passée. L’ensemble des athlètes québécois prendront la direction du Québec ce soir et demain avant d’observer une période d’isolement de 14 jours comme le recommande le ministère.