Hier avait lieu la troisième étape présentée par le magazine KMag de notre course virtuelle par étape sur la plateforme Zwift. Près de 150 athlètes étaient présents pour ce rendez-vous dominical. Au programme, un contre-la-montre de 18 kilomètres sur le parcours “Greater London Flat”.

Après une première étape favorisant les puncheurs fin novembre, une deuxième étape de haute montagne, l’heure était donc au contre-la-montre, un exercice classique pour les triathlètes. Encore une fois, la participation était au rendez-vous puisque le meetup homme affichait de nouveau complet et le taux de participation chez les femmes continuait de croitre. Des deux côtés, les favorites et favoris étaient au rendez-vous avec la présence de la leader du général Andrée-Anne Dumont, de la championne québécoise junior Noémie Beaulieu ou en encore de Myriam Michaud chez les dames. Du côté des messieurs, nous retrouvions sur la ligne de départ le champion québécois Élite/U23 et vainqueur de la première étape ,Thomas Bilodeau, accompagné du leader provisoire Olivier Forest et de son dauphin Charles Perreault.
À noter que le sillonnage était donc interdit et que la sélection d’un vélo de TT (ou vélo de contre-la-montre) était obligatoire.

Meet-up femme

Chez les femmes, on se demandait qui serait en mesure de venir contester la suprématie d’Andrée-Anne Dumont, gagnante des deux premières étapes et ultra favorite de ce contre-la-montre. À la surprise générale, Sarah Hamel, jeune athlète junior faisant partie du projet développement Triathlon Québec, prit la tête dès le départ pour ne plus la lâcher et finalement s’imposer (25’19”) devant la favorite du jour (25’33”). Derrière, la lutte faisait rage entre Myriam Michaud et la jeune Noémie Beaulieu, les deux femmes prenant à tour de rôle la troisième position. Finalement, il sera impossible de les départager, et nous avons donc, une fois n’est pas coutume, un podium à quatre, avec Myriam et Noémie ex aequo sur la troisième marche du podium (25’49”).
Au terme de cette troisième étape, c’est donc le statu quo au niveau des différents podiums puisque le classement général, le classement de la meilleure jeune et le classement de la montagne (aucun point décerné) demeurent inchangés. 

Meet-up homme

À la faveur d’un excellent départ, Oliver Forest prit rapidement les commandes de cet effort solitaire et ne les lâchera plus jusqu’à l’arrivée (23’15”). Derrière lui, une chaude lutte opposée l’ancien athlète de l’équipe du Québec, désormais coach au Rouge et Or, Nicolas Proulx-Bégin à celui qu’on ne présente plus, Charles (Chuck) Perreault. Ce sera finalement l’ainé des deux hommes qui prendra un avantage décisif sur la fin du parcours. Nous retrouvons donc sur la deuxième marche du podium Chuck Perreault en (23’33”) accompagné de Nicolas Proulx-Bégin (23’38”). Au classement général, Oliver Forest et Charles Perreault accentuent donc leur avance sur leur poursuivant. Du côté des jeunes, Michaël Simard termine le mieux classé (12e) juste devant Samuel Beaulieu (13e).
Pour les amateurs de statistiques, on notera les 392 watts de moyenne de Thomas Bilodeau (24’12”) et les 380 watts de “Chuck”.
Au classement général, Olivier Forest conforte donc sa première place devant Chuck Perreault et Thomas Bilodeau. 

Classements Généraux

Femmes – Général

  1. Andrée-Anne Dumont
  2. Noémie Beaulieu
  3. Marie-Ange Hébert

Femmes – Meilleure Jeune

  1. Noémie Beaulieu
  2. Marie-Ange Hébert
  3. Amélie Gauthier

Femmes – Classement de la montagne

  1. Andrée-Anne Dumont
  2. Noémie Beaulieu
  3. Joannie Sanche

Hommes – Général

  1. Olivier Forest
  2. Charles Perrault
  3. Thomas Bilodeau

Hommes – Meilleur Jeune

  1. Samaël Fleury-Nadeau
  2. Jérôme Emery
  3. Samuel Beaulieu

Hommes – Classement de la montagne

  1. Charles Perrault
  2. Olivier Forest
  3. Thomas Bilodeau

Retrouvez l’ensemble des résultats sur notre page dédiée à la course virtuelle par étape Triathlon Québec.

Note : si certains participant(e)s ne figurent pas au classement de la deuxième étape, veuillez nous contacter pour que nous remédions à cela.

Leur visage vous est familier, vous les croisez pour certains chaque fin de semaine aux quatre coins du Québec et parfois même, cela depuis des années. Toujours là pour s’assurer de votre sécurité, souvent présents pour vous rappeler les consignes lors des réunions d’avant-course et parfois, à votre plus grand désespoir, aussi pour faire appliquer les règlements et mettre (très peu) des pénalités, les officiel(le)s de Triathlon Québec jouent un rôle majeur dans le déroulement des évènements. À travers cette série de portraits, nous souhaitons vous faire découvrir les femmes et les hommes derrière le sifflet. Qui sait, cela pourrait même vous donner envie de rejoindre l’équipe !

Pour ouvrir le bal de cette série, notre choix c’est naturellement porté vers Yan Therrien, officiel le plus “haut gradé” du Québec, à l’expérience remarquée et remarquable.

Triathlon Québec : Bonjour Yan, pour commencer, peux-tu te présenter ?

Yan Therrien : Je suis un jeune/vieux athlète de 49 ans… Je suis policier à la Gendarmerie Royale du Canada depuis vingt-huit ans. J’ai un garçon de 11 ans. Avec ma conjointe cela nous fait trois garçons. Depuis mon tout jeune âge j’ai toujours été un sportif. Natation, vélo, course à pied, hockey, baseball, ski alpin et ski de fond pour en nommer quelques-uns.  Toute la famille pratique tous ces sports.  En 1995, à l’âge de 23 ans, j’ai mis les trois sports ensemble pour commencer le triathlon.  Étant en Colombie-Britannique avec la GRC, c’est là que j’ai commencé à faire des triathlons, dans l’océan pacifique. Après 5 ans en Colombie-Britannique,  j’ai été transféré à Ottawa où j’ai été pendant 10 ans.  J’ai fait tous les triathlons de la série Somersault en Ontario. Ensuite, j’ai été transféré à Montréal en 2007.  Je faisais partie du club de triathlon de St-Lambert et j’ai fait un bon nombre des triathlons au Québec dans ces années 2007 à 2010.  J’ai participé à toutes les distances de sprint à Ironman. J’aime tellement le sport que je continue à être bénévole sur un conseil d’administration.  J’ai été pendant dix ans directeur au sein du conseil d’administration de TQ et actuellement je suis dans ma quatrième année sur le conseil d’administration de Triathlon Canada.

Triathlon Québec : Une vie bien remplie ! Depuis combien d’années es-tu officiel pour Triathlon Québec ?

Yan Therrien : En 2007, j’ai commencé à être officiel de niveau provincial (PTO).  Je venais vérifier le sillonnage lors de triathlon à l’aide de mon vélo.  Comme ça, je contribuais au sport et je m’entrainais en même temps, une pierre deux coups.  Après un avant-midi à vérifier le « drafting », j’arrivais aux alentours de 100 kilomètres de vélo.  Ensuite, j’ai fait ma formation nationale (NTO) et par la suite internationale (ITO) de World Triathlon (ndlr : anciennement ITU).  Je suis le seul officiel international au Québec et nous sommes cinq sur l’ensemble du Canada.  J’ai eu la chance d’être officiel à presque tous les triathlons du Québec, à plusieurs triathlons Championnats nationaux canadiens et à plusieurs triathlons internationaux à travers le monde. J’ai été officiel à deux Jeux Panaméricains (Toronto et Lima) et deux Jeux du Commonwealth (Glasgow et Gold Coast). J’ai été officiel à cinq finales des Championnats du monde. Du côté de la bannière Ironman, j’ai été l’officiel en chef pour les Ironman et 70.3 de Tremblant depuis le début (2012).

Triathlon Québec : Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce qui t’a poussé à devenir officiel en triathlon ?

Yan Therrien : Tout d’abord, je voulais m’impliquer dans un sport que j’adore et être bénévole. Sans les bénévoles, aucun évènement sportif ne pourrait avoir lieu. Il y a toujours un besoin de ce côté. Il faut avouer que j’aime aussi prendre des responsabilités et aider à planifier des événements. Être officiel, c’est une occasion unique de s’impliquer dans les courses, d’être au cœur de l’action et surtout d’améliorer l’expérience client.

Triathlon Québec : Après toutes ces années, qu’est-ce qui te motive à être officiel chaque week-end ?

Yan Therrien : Je dirais que c’est surtout la fraternité qui existe dans le monde du triathlon. À ma connaissance, les officiels dans les sports ne sont pas nécessairement tes amis. En triathlon je sens une « vibe » très enrichissante.  On se sent ami avec tout le monde. Les gens te jasent. Ils viennent te voir pour des conseils.

Triathlon Québec : Quelles sont selon toi les qualités qui font un bon officiel de Triathlon Québec ?

Yan Therrien : Comme de raison, il y en a plusieurs.  Honnêteté, intégrité, impartialité, sens du devoir, jovialité, courage de ses convictions, empathie etc.. La liste est longue mais la vie d’officiel est un apprentissage permanent !

Triathlon Québec : Toi qui a parcouru la belle province et ses beaux triahtlons, quel est ton évènement préféré  ?

Yan Therrien : Il y a beaucoup de beaux événements au Québec, c’est quasiment impossible de n’en retenir qu’un seul.  J’ai eu la chance de participer à presque tous, soit comme athlète, soit comme officiel.  C’est certain que la WTS Montréal (Triathlon Mondial Groupe Copley), l’Ironman de Mont-Tremblant, le Trimemphré de Magog ou le Pentathlon des neiges à Québec sont vraiment des évènements particuliers pour moi.

Triathlon Québec : Et à l’international ?

Yan Therrien : À l’international, c’est certain que les finales des Championnats du monde WTS de World Triathlon sont de très beaux événements. D’ailleurs, j’ai hâte à Montréal en 2022 !

Triathlon Québec : Peux-tu nous donner une ou plusieurs raisons de devenir officiel en triathlon ?

Yan Therrien : C’est une expérience très enrichissante avec un fort sentiment d’accomplissement. C’est également une belle façon de redonner à ce sport que nous aimons. Aussi, comme je le disais précédemment, il y a une vraie fraternité. Je peux dire que le monde du triathlon est ma deuxième famille ! J’ai maintenant des amis officiels partout dans le monde. C’est beaucoup d’heures données comme bénévole mais on en ressort grandit !

Triathlon Québec : Avec tous ces évènements à ton actif, tu dois bien avoir une petite anecdote à nous partager ?

Yan Therrien : Effectivement, à travers les années, plusieurs péripéties ont eu lieux.  Je pourrais en raconter plusieurs. D’ailleurs, venez faire la formation pour devenir officiel, j’en raconte plein ! À une des coupes Panaméricaine et Championnats canadien à Kelowna, je m’occupais du parcours de natation et donc j’étais sur un bateau pour surveiller les nageurs et les bouées.  Avant le départ, je vérifie le tout et je donne le “ok” pour un départ cinq minutes plus tard. Le départ est donné, je suis en bateau et alors que je me retourne pour regarder la première bouée, je me rends compte qu’elle s’en va à la dérive avec le courant…. Comme de raison, les nageurs s’en viennent.  La seule solution, aller très vite chercher la bouée avec le bateau. Je la tenais à bout de bras en avant du bateau, j’ai demandé au conducteur de me ramener à peu près ou elle devait être. J’ai tenu la bouée juste à temps et les nageurs nous contournaient. Ouf, une catastrophe évitée !

Triathlon Québec : Merci Yan pour cet entretien et rendez-vous cet été sur nos beaux évènements partenaires !

Triathlon Québec est heureuse de vous présenter les “forfaits motivation pour tous” ! Cette offre, qui met en lumière l’alpiniste Gabriel Filippi est l’occasion idéale pour commencer 2021 dans de bonnes dispositions tout en aidant Triathlon Québec à poursuivre sa mission auprès des jeunes, particulièrement en milieu défavorisé, pour l’accessibilité au sport et le développement des saines habitudes de vie.

Les forfaits 

Les forfait comprennent tous une conférence en ligne avec nul autre que Gabriel Filippi qui aura lieu le 26 janvier 2021 à 19h30. Exploitant l’alpinisme et ses propres défis comme source d’inspiration, Gabriel Filippi transmet ses clefs du succès. Accompagné de visuels à couper le souffle, ses conférences transforment, font la différence. Il motive et unit les troupes, leur permet de considérer le prochain obstacle comme un tremplin vers de nouveaux horizons, toujours prometteurs.

Les forfaits peuvent aussi inclure la participation à une clinique spécialisée de votre choix (débutant, intermédiaire ou expert), un accès exclusif à un module de formation en ligne et une adhésion annuelle 2021 à Triathlon Québec.

Pour chaque forfait vendu, nous sollicitons un don (non-obligatoire) de 35$ qui sera remis au programme Placements Sports et Loisirs de Sports Québec pour le programme Triathlon Scolaire qui fait bouger 20 000 jeunes chaque année et le don sera bonifié de 170%.  Pour tout don de 25$ et plus, l’acheteur recevra un reçu de don de charité, pour ses impôts.

La conférence de Gabriel Filippi

Prisonnier d’une grotte glaciale, à plus de 5200 mètres d’altitude, tente et sac de couchage laissés au dernier campement. Deux jours de ration avec soi. Depuis quatre jours, une imprévisible tempête paralyse l’ascension. Puis, une éclaircie d’espoir suspend le combat mental. L’atteinte du sommet prend un autre sens. Revenir affaibli et plus fort. Tout sommet est accessible, mais seuls les plus déterminés y accèdent.
Affronter de nouveaux défis devient alors moteur de réussite. Confronter sa zone de confort est le seul moyen d’accéder aux récompenses les plus précieuses. Après 50 années d’aquaphobie, se lancer dans l’inconcevable ; s’inscrire sans même savoir nager à un triathlon Ironman… et l’accomplir. Chacune des réussites, grandes ou petites, mérite son lot de leçons à tirer.
Croître, c’est aussi gérer les échecs. Chaque épreuve est une raison d’apprivoiser l’adversité, de jouer avec elle et non contre elle. Perdre un ami en montagne, c’est se relever ou mourir avec lui. Trouver la force pour ne pas tout lâcher et pour faire les bons choix. Les situations extrêmes décuplent les impacts de chaque action. Quand la survie est en jeu, chaque décision prend tout son sens.
Toutes ces histoires, un seul homme les a vécues.

 

Forfait Bronze – 20$ + don suggéré de 35$ soit un total de 55$

  • Conférence virtuelle d’une durée d’une heure avec M. Gabriel Filippi, le 26 janvier à 19h30;

Forfait Argent – 40$ + don suggéré de 35$ soit un total de 75$

  • Conférence virtuelle d’une durée d’une heure avec M. Gabriel Filippi, le 26 janvier à 19h30;
  • Choix d’une inscription à une de nos 3 cliniques offertes, d’une durée de 45 minutes :
    • Clinique : Triathlon 101 (débutant)
    • Clinique : Le triathlon longue distance (débutant à avancé)
    • Clinique : Optimisation des performances en triathlon (expert)
  • Accès exclusif au module de formation en ligne Triathlon Québec sur l’histoire du triathlon ;

Forfait Or – 115$ + don suggéré de 35$ soit un total de 150$

  • Conférence virtuelle d’une durée d’une heure avec M. Gabriel Filippi, le 26 janvier à 19h30;
  • Choix d’une inscription à une de nos 3 cliniques offertes, d’une durée de 45 minutes :
    • Clinique : Triathlon 101 (débutant)
    • Clinique : Le triathlon longue distance (débutant à avancé)
    • Clinique : Optimisation des performances en triathlon (expert)
  • Accès exclusif au module de formation en ligne Triathlon Québec sur l’histoire du triathlon ;
  • Adhésion annuelle 2021 à Triathlon Québec (groupe d’âge 16 ans et plus)

*Les forfaits comprennent un envoi électronique des documents. Pour recevoir les documents papier par la poste, un frais supplémentaire de 3$ s’ajoutera à la facture.

Les cliniques

Pour faire suite au point de presse d’hier tenu par les autorités, voici les orientations concernant les mesures spécifiques aux activités physiques, de loisir, de sport et de plein air. De manière générale, les autorités gouvernementales demandent de faire tous les efforts possibles afin de réduire les contacts entre les personnes. Ainsi, à compter du 9 janvier, les mesures suivantes s’appliqueront à l’ensemble du territoire, à l’exception des territoires du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James. Veuillez trouver ci-après les précisions de Mme Dominique Breton, sous-ministre adjointe au loisir et au sport.

Couvre-feu

Un couvre-feu sera en vigueur à compter de 20h jusqu’à 5h. Les heures d’ouverture des lieux de pratique, des installations et des infrastructures devront être ajustées afin de permettre à la clientèle et aux employés de respecter ce couvre-feu.

Activités pratiquées dans un lieu public EXTÉRIEUR

Les activités doivent être réalisées seul ou avec les occupants d’une même résidence privée ou de ce qui en tient lieu. En tout temps, la distanciation physique de 2m doit être respectée, sauf pour les membres d’une même famille. À noter que les compétitions et les spectateurs ne sont pas autorisés. Le nombre de personnes présentes est déterminé par les gestionnaires de site, selon la capacité d’accueil d’un lieu ou d’une infrastructure. Il doit permettre de restreindre les contacts entre les personnes, de façon à ne pas créer de rassemblement. La capacité d’accueil doit être indiquée, de même qu’un rappel des consignes sanitaires. L’accès aux installations permettant aux participants de se préparer à l’activité (chausser les patins, farter les skis, etc.), de se réchauffer ou de consommer leur lunch est permis, dans le respect strict des règles sanitaires en vigueur. Les vestiaires doivent demeurer fermés. Dans la mesure du possible, les participants sont invités à arriver prêts à réaliser leur activité. Dans les lieux extérieurs à accès contrôlé, une gestion de l’achalandage doit être effectuée.

Activités pratiquées dans un lieu public INTÉRIEUR

Les activités sportives et de loisir intérieures seront interdites à compter du 9 janvier 2021, à l’exception des cours d’éducation physique et des programmes particuliers en contexte scolaire, de l’entraînement des athlètes identifiés et des sports professionnels qui ont reçu une autorisation de la Santé publique.

Formations

Les cours privés et les entraînements supervisés ne sont pas autorisés. Toutefois, les formations d’intervenants responsables d’assurer la sécurité des participants en pratique libre sont autorisées (ex: sauveteurs, patrouilleurs de ski, etc.). Le déroulement de ces formations doit permettre l’application stricte des mesures de distanciation et l’absence de contacts entre chaque personne.

Entraînement des Olympiens

La disposition spéciale de la Santé publique octroyée à l’automne dernier reste en vigueur. Ainsi, les athlètes identifiés de niveau « excellence », leurs partenaires d’entraînement, lorsqu’indispensable, ainsi que les athlètes non brevetés préqualifiés ou qualifiés en vue d’une participation aux jeux olympiques et paralympiques de Tokyo et de Pékin ont l’autorisation de poursuivre leur entrainement au sein du complexe de l’Institut national du sport du Québec, des 18 centres d’entraînement unisport et des lieux d’entraînement spécifiques à la clientèle visée. Le respect strict du protocole de gestion des infections intitulé « Normes INS Québec COVID-19 » produit par l’Institut national du sport du Québec, continue de s’appliquer.

Communication et site Web Quebec.ca

Les pages dédiées au Loisir et au Sport sur le site Web https://www.quebec.ca/ seront mises à jour incessamment.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter les lien suivants :

https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/

https://www.quebec.ca/tourisme-et-loisirs/activites-sportives-et-de-plein-air/directivesspecifique-loisir-sport/

COVID19-MesuresPaliersAlerte_LoisirsEtSport_9janv2021

Hier avait lieu la deuxième étape présentée par Huub Canada de notre course virtuelle par étape sur la plateforme Zwift. Près de 150 athlètes s’étaient donné rendez-vous pour une étape de montagne de 30 kilomètres sur le parcours Moutain Route de Watopia. Comme escompté, l’ascension vers la “Radio Tower” et son Épic KOM a permise de créer des écarts au classement général.

Après une première étape favorisant les puncheurs fin novembre, l’heure était à la haute montagne. Encore une fois, la participation était au rendez-vous puisque le meetup homme affichait de nouveau complet et le taux de participation chez les femmes était quant à lui égal au mois passé. Chez les femmes comme chez les hommes, les favorites et favoris étaient au rendez-vous avec la présence de la vainqueur de la première étape Andrée-Anne Dumont, de la championne québécoise junior Noémie Beaulieu ou en encore de Joannie Sanche, victorieuse des triathlons virtuels en mai dernier. Du côté des messieurs, nous retrouvions sur la ligne de départ le champion québécois Élite/U23 et vainqueur de la première étape ,Thomas Bilodeau, accompagné de son dauphin Charles Perrault.
À noter qu’afin de répondre aux mieux au différents commentaires que nous avions reçu, la procédure de départ était modifiée avec un départ contrôlé pour cette deuxième étape.

Meet-up femme

 Alors que tout le monde restait groupé jusqu’au pied de l’ascension du jour, dès les premiers pourcentages un petit groupe se forma à l’avant. Rapidement, Andrée-Anne Dumont se lançait dans un magnifique raid solitaire et ne lâcha plus la tête de la course jusqu’à l’arrivée pour s’imposer avec une minute d’avance (55”29′) au terme d’une magnifique démonstration. Derrière elle, nous retrouvons Joannie Sanche (56’29”) qui vient coiffer sur la ligne la jeune athlète de Gatineau Noémie Beaulieu (56’’30’).
L’intégralité de la course est à revivre sur notre page Facebook.

Meet-up homme

Alors que le profil de cette deuxième semblait moins favorable au leader du classement général Thomas Bilodeau, elle était au contraire l’occasion rêvée pour les grimpeurs du peloton d’aller chercher du temps sur les plus gros rouleurs avant le contre-la-montre prévu en janvier. Comme chez les femmes, les premiers pourcentages créèrent les premiers écarts. L’occasion encore une fois pour Charles (Chuck) Perrault de faire étalage de son habilité lorsque la route s’élève et de passer en tête au sommet du KOM, accentuant son avance au classement de la montagne. Il était très rapidement rejoint par Olivier Forest (47’26”) qui profita de la deuxième partie de l’ascension pour lâcher son concurrent et s’envoler vers la victoire d’étape à la faveur d’une descente bien maitrisée. Il est donc accompagné sur le podium de cette étape par Charles (Chuck) Perrault (48’13”) et Alex Bainville (48’28). Thomas Bilodeau terminant finalement à la quatrième place de cette étape (48’38”), abandonnant donc son maillot de leader du général au profit du grand vainqueur du jour.
L’intégralité de la course est à revivre sur notre page Facebook.

Classements Généraux

Femmes – Général

  1. Andrée-Anne Dumont
  2. Noémie Beaulieu
  3. Joannie Sanche

Femmes – Meilleure Jeune

  1. Noémie Beaulieu
  2. Marie-Ange Hébert
  3. Amélie Gauthier

Femmes – Classement de la montagne

  1. Andrée-Anne Dumont
  2. Noémie Beaulieu
  3. Joannie Sanche

Hommes – Général

  1. Olivier Forest
  2. Charles Perrault
  3. Thomas Bilodeau

Hommes – Meilleur Jeune

  1. Samaël Fleury-Nadeau
  2. Jérôme Emery
  3. Samuel Beaulieu

Hommes – Classement de la montagne

  1. Charles Perrault
  2. Olivier Forest
  3. Thomas Bilodeau

Retrouvez l’ensemble des résultats sur notre page dédiée à la course virtuelle par étape Triathlon Québec.

Note : si certains participant(e)s ne figurent pas au classement de la deuxième étape, veuillez nous contacter pour que nous remédions à cela.

Ça y est, le calendrier Coupe Québec présentée par Spark Sports Nutrition 2021 est maintenant en ligne. Ça n’a pas été chose facile dû à la pandémie, croyez-nous ! Le comité Coupe Québec a sélectionné sept évènements très solides pour composer le cru 2021. Des évènements connus de tous et qui ont su faire leur marque au fil des ans. Nous serons assurément entre bonnes mains !

Visitez la page liée à la Coupe Québec 2021 pour tous les détails.

Il faut comprendre que la pandémie aura des impacts encore pour la saison 2021. Les événements CQ en sont conscients et préparent déjà un plan « approuvé COVID » qui respectera toutes les normes de la santé publique en vigueur. Évidemment, si l’on se fie aux normes actuelles, la capacité de chaque événement sera coupée de presque moitié dû à la distanciation physique et les journées seront plus longues dû aux départs en contre-la-montre et à la capacité maximale de personnes autorisées sur le site de compétition. Les partenaires financiers seront aussi plus durs à dénicher, la pandémie ayant laisser des traces dans plusieurs PME québécoises. Plusieurs autres mesures devront également être mises en place pour assurer des événements sécuritaires.

Cela veut essentiellement dire pour les comités organisateurs beaucoup moins de revenus, pour beaucoup plus de dépenses. Néanmoins, plusieurs sont prêts à relever le défi d’offrir des événements de qualité malgré ces contraintes supplémentaires. Donc, pour 2021, ne vous attendez pas à des chandails, des médailles de participation, des repas copieux d’après course, etc. On revient à la base. On revient au sport pour le sport.

Nous disons donc un énorme merci aux comités organisateurs et aux bénévoles, car c’est grâce à eux que nous pourrons enfin revivre une saison Coupe Québec, différente certes, mais une saison complète de compétitions.

La Coupe Québec 2021 reviendra donc à la base. Des distances sprint, olympique et une longue distance. Toutes les étapes seront comptabilisées sur 1000 points.

Il a été décider par le comité CQ de ne pas offrir d’épreuves avec sillonnage pour les groupes d’âge. Avec la distanciation physique à respecter, mieux vaut jouer de prudence. Mais le sillonnage reviendra en force dans un futur proche. Cela étant dit, nous suivons la situation de près pour élaborer différents protocoles afin de permettre le sillonnage pour les catégories U13, U15, Junior et Élite.

 

Un 3 de 8 – (4 sur distance sprint, 3 sur distance olympique et 1 longue distance)

Les trois meilleurs résultats sur les huit étapes seront comptabilisés au classement. Ces huit étapes sont réparties sur sept évènements situés dans six régions différentes.

  1. Joliette – distance sprint (championnat québécois)
  2. Drummondville – distance sprint
  3. Sherbrooke – distance olympique (championnat québécois)
  4. Montréal – distance sprint (championnat canadien)
  5. Gatineau – distance olympique
  6. Magog – distance sprint (samedi) et longue distance (dimanche – championnat québécois)
  7. Duchesnay – distance olympique

 

Nouveauté : Défi « triple couronne » québécoise

Ce n’est pas parce qu’il y a la COVID qu’on ne peut pas se lancer de nouveaux défis ! Participer aux trois championnats québécois afin de conquérir le trône du Québec en Triathlon.

  • 06/06/2021 : Joliette – Championnat québécois sprint
  • 20/06/2021 : Sherbrooke – Championnat québécois olympique
  • 11/07/2021 : Magog – Championnat québécois longue distance

Vous pourrez également jumeler la triple couronne québécoise à la « triple couronne Montréalaise 2021 » au Triathlon Mondial Groupe Copley et à la « triple couronne canadienne ». Plus de détails à venir très bientôt.

 

La Super Série sera en 2022

Le lancement de la Super Série n’a pas pu voir le jour en 2020 comme prévu, pandémie oblige. Le comité CQ a pris la sage décision de prendre un pas de recul pour 2021. Rappelons que l’essence même de la Super Série est d’offrir des épreuves hors normes incluant du sillonnage et des formats spéciaux. Avec la limite maximale de personnes à respecter sur le site de compétition et les normes de distanciation physique en vigueur, disons que l’organisation de ces épreuves seraient très compliquée. Ce n’est que partie remise pour la Super Série en 2022.

 

Calendrier des événements qualificatifs

Le calendrier des événements qualificatifs pour la saison 2021 pour les championnats du monde 2022 sera à jour sous peu. Quelques détails sont encore à confirmer avec Triathlon Canada.

 

Merci à tous de votre patience et de votre support au cours des derniers mois. Au plaisir de vous (re)voir très bientôt dans une zone de transition !

Avant d’entreprendre le sujet du off-season, j’aimerais vous expliquer grossièrement la planification annuelle d’entrainement. En bref, on sépare l’année en trois périodes : Pré-Saison, Saison, et Hors-Saison. Dans chacune de ces périodes, on divise en catégories : période de préparation générale (PPG), spécifique (PPS), de compétition (PC) et de récupération.  Chacun de ces blocs comportent un objectif précis, que ce soit musculaire (prendre du muscle, perdre du poids), technique (stabilisateurs, flexibilité, réflexes, explosion), psychologique (analyse de mouvement, préparation mentale) et finalement, de repos (traitements des blessures, récupération psychologique). Pour la période off-season de triathlon, nous parlerons donc de l’évolution des mois de Novembre à Avril.

En fait, la période off-season débute lorsqu’il n’y a plus de compétitions à ton calendrier. À cette période, je te suggère de prendre du repos. Deux à 4 semaines, tout dépendant de la saison précédente. Si des blessures ont du être gérées et reportées pendant la période de compétition, il est temps de prendre ça en charge, en premier. Dans le cas où tout se passe bien physiquement, on peut en profiter pour s’occuper de notre tête. Ces semaines sont importantes pour « faire autre chose », s’adonner à d’autres activités et passe-temps, être en famille, pratiquer un sport différent. C’est l’occasion de mettre notre tête d’athlète et notre esprit compétitif de côté. Pas de montre, pas de planification, juste de faire du sport pour le plaisir !

« Oui mais je vais perdre tout ce que j’ai gagné ?! ». Je te confirme que tu ne perdras pas 11 mois d’efforts acharnés en 4 semaines !

Ensuite on entame la PPG. Cette période est fort utile pour développer musculairement et permettre à notre corps d’être plus fort (ou plus flexible) lors de nos entrainements futurs. Je vous donne l’exemple d’un cycliste : si ses jambes sont plus fortes, musclées, et sa ceinture abdominale plus solide, ne sera-t-il pas capable de « pousser plus de watts » sur son vélo par la suite ? Le coureur, quant à lui, sera plus performant dans sa foulée, lui permettant ainsi moins d’effort pour atteindre plus de vitesse, et de là moins s’épuiser et parcourir plus de distance ? C’est également la période, en triathlon, où mettre l’emphase sur la nage, et l’entrainement en piscine. Vos semaines devraient donc se concentrer sur la musculation (générale) et la natation.

Les mois suivants seront plus spécifique (PPS) et les mouvements choisis en entrainement reflèteront votre discipline. Vous pourrez donc augmenter les heures sur le vélo et les exercices d’explosion en musculation ainsi que les exercices de stabilisateurs et d’entrainement du core. Progressivement, intégrez plus de course, puis pratiquez vos transitions. On délaisse lentement la musculation afin de faire plus de places aux entrainements spécifiques au triathlon et à la pratique de nos trois sports, soit nage, vélo et course à pied.  Combiner tous ces beaux entrainements à une alimentation saine, équilibrée, combinée d’heures de sommeil récupératrices, et vous atteindrez le sommet de votre performance au moment souhaité.

Bon entrainement !

Une Collaboration de Kim St-Vincent
Kinésiologue SPARK SPORTS NUTRITION

Hier avait lieu la première étape présentée par Spark Sports Nutrition de notre course virtuelle par étape sur la plateforme Zwift. Plus de 150 athlètes s’étaient donné rendez-vous pour 19km sur le parcours Cobbled Climbs de Richmond et son KOM Libby Hill (2 fois) comptant pour le classement du meilleur grimpeur.

Alors que la série des triathlons virtuels avait connue un franc succès en mai dernier, nous avions hâte de voir si cette nouvelle compétition virtuelle connaitrait le même destin. Le fait est que l’enthousiasme est allé au delà de nos espérances puisque le meetup homme affichait complet avant même la fermeture des inscriptions et le taux de participation chez les femmes était supérieur à ce que nous avions connu pendant le confinement. Et que dire de la qualité du plateau ! Chez les femmes, la championne québécoise junior Noémie Beaulieu était présente au côté de la gagnante du mois de mai Joannie Sanche. Du côté des messieurs, nous retrouvions sur la ligne de départ le champion québécois Élite/U23, Thomas Bilodeau, accompagné du vainqueur de la série des triathlons virtuels présentée par Spark Sports Nutrition, Jérémie Martin, ou encore le professionnel longue distance Antoine Jolicoeur Desroches.

Meet-up femme

Rapidement, deux pelotons se formèrent. Alors que tout le monde restait groupé jusqu’au pied de la première montée du jour, Joannie Sanche lança les hostilités et passa en tête au sommet s’octroyant ainsi 3 points au classement de la montagne devant André-Anne Dumont et Sarah Hamel. Après un premier regroupement, les premiers écarts arrivèrent et un duo composé de Noémie Beaulieu et Andrée-Anne Dumont ne lâcha plus la tête de la course jusqu’à l’arrivée. C’est finalement la lauréate de la Coupe Québec 2019 qui s’imposa en 30’’24’ devant la jeune Noémie Beaulieu (30’’26’). Sur la troisième marche du podium nous retrouvons Sarah Hamel (30’’44’). Joannie Sanche terminant finalement quatrième (31”17′). Mention spéciale à la doyenne de l’évènement, Louise Atkinson-Clark, qui prouve que même à soixante-dix ans passés, on peut prendre part à des évènements virtuels et s’amuser !

Meet-up homme

Quel départ ! Les imperfections découlant de la fonctionnalité meetup ont eu pour conséquence d’obliger les participants placés en queue de peloton à fournir un gros effort pour combler leur retard. Résultats : des efforts de 30 secondes à plus de 800 watts pour certains ! Alors qu’un gros peloton de tête se détachait, comme chez les femmes, l’arrivée au pied de la bosse créa les premiers écarts et Charles (Chuck) Perrault parvenait à dompter la meute de jeunes loups pour passer en tête de la première difficulté du jour. Après un regroupement, les écarts se firent finalement dans le deuxième tour et plus particulièrement dans le second passage sur la Libby Hill où Thomas Bilodeau, Mickael Simard et Chuck Perrault prirent leur envol. Bien calé dans la roue de Chuck, c’est finalement Thomas Bilodeau qui s’impose (26”20) avec cinq secondes d’avance sur l’inoxydable Chuck Perrault (26”25) et dix sur Michael Simard (26”30). Jérémie Martin finira finalement neuvième (27’08) alors qu’Antoine Jolicoeur Desroches fut victime d’une mauvaise connexion internet et d’une, comme il aime l’appeler, crevaison virtuelle. Thomas Bilodeau nous confiait après sa course : « J’ai abordé la course en voulant avoir du plaisir et en voulant me faire mal aux jambes. J’ai réussi mes deux objectifs. Merci à TQ de nous donner cette opportunité et j’ai bien hâte d’essayer de défendre le maillot de leader lors de la prochaine course ».

Classements Généraux

Femmes – Général

  1. Andrée-Anne Dumont
  2. Noémie Beaulieu
  3. Sarah Hamel

Femmes – Meilleure Jeune

  1. Noémie Beaulieu
  2. Sarah Hamel
  3. Marie-Ange Hébert

Femmes – Classement de la montagne

  1. Andrée-Anne Dumont
  2. Noémie Beaulieu
  3. Joannie Sanche/Sarah Hamel

Hommes – Général

  1. Thomas Bilodeau
  2. Charles Perrault
  3. Michael Simard

Hommes – Meilleur Jeune

  1. Michael Simard
  2. Jérôme Emery
  3. Léandre Binette

Hommes – Classement de la montagne

  1. Charles Perrault
  2. Thomas Bilodeau/Michael Simard

Retrouvez l’ensemble des résultats sur notre page dédiée à la course virtuelle par étape Triathlon Québec.

Après le succès de la série de triathlons virtuels de Triathlon Québec présentée par Spark Sports Nutrition et afin de vous garder motivés durant l’hiver, nous sommes heureux de vous présenter la course virtuelle par étape Triathlon Québec !

Triathlon Québec vous propose une série de cinq courses virtuelles à compléter sur la plate-forme Zwift à la manière d’une course à étapes cycliste. Que vous souhaitiez renouer avec la compétition avec des athlètes provenant des quatre coins du Québec ou simplement faire une bonne séance d’entraînement, cette série est faite pour vous !

Lire la suite et s’inscrire !

 

Suite à l’annonce de la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Isabelle Charest concernant un plan d’aide de 70 millions de dollars pour soutenir les artisans du sport, du loisir et du plein air, touchés par la pandémie, nous vous invitons à prendre connaissance du communiqué suivant.

Montréal, le 16 octobre 2020

Triathlon Québec accueille positivement l’annonce du Gouvernement du Québec d’allouer un montant de 8.7 millions supplémentaire aux fédérations sportives québécoises.

Hier, la ministre déléguée à l’Éducation et la ministre responsable de la Condition féminine, Mme Isabelle Charest, annonçait un plan d’aide de 70 millions de dollars pour soutenir les artisans du sport, du loisir et du plein air qui ont été durement touchés par la pandémie.

La ventilation complète des 70 millions n’a pas encore été communiquée mais l’aide directe actuellement confirmée aux 56 fédérations sportives québécoises représente 8.7 millions de dollars. Cette aide va se matérialiser par une hausse de 60% des programmes de financement déjà en place soit, le Programme de soutien aux fédérations sportives du Québec (PSFSQ) et le Programme de soutien au développement de l’excellence (PSDE). De son côté, la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) recevra 12 millions à elle seule, soit 1 million par équipe.

Comme toutes les fédérations sportives québécoises, Triathlon Québec et ses clubs ont subi un contrecoup financier important, notamment en raison de la diminution des événements et des inscriptions. En plus de l’aspect économique, le confinement a aussi durement touché les athlètes de tous les niveaux.

Dans son point de presse, Mme Isabelle Charest a rappelé l’importance d’assurer la pérennité des organismes. C’est pour cette raison que le financement des fédérations sportives a été bonifié de 60%. C’est un pas dans la bonne direction et cette aide financière va permettre à bien des fédérations sportives québécoises de reprendre leur souffle.

Des détails restent cependant à préciser afin de nous assurer que les organisations et les athlètes représentés par Triathlon Québec puissent bénéficier de cette aide car aucun des deux programmes bonifiés ne permet un financement de la structure sous la fédération. De plus, une grande partie de ce financement doit servir à des projets précis alors qu’aucune activité fédérée n’est permise en ce moment. Notons aussi certaines incohérences auxquelles le milieu sportif fait face. À titre d’exemple, il est possible d’aller nager en longueur dans un bain libre alors que la pratique encadrée par un entraineur certifié est interdite.

À propos de Triathlon Québec :

Triathlon Québec est la fédération sportive québécoise mandatée par le Gouvernement du Québec pour promouvoir et développer le triathlon et ses variantes. Organisme à but non lucratif créé en 1988, Triathlon Québec se distingue par un fort engagement dans le développement des triathlons scolaires, la prévention par le sport et les saines habitudes de vie, ainsi qu’une présence équilibrée dans chacune des sphères de la pratique sportive en plus d’offrir plusieurs séries et événements de haute qualité.

-30-