Leur visage vous est familier, vous les croisez pour certains chaque fin de semaine aux quatre coins du Québec et parfois même, cela depuis des années. Toujours là pour s’assurer de votre sécurité, souvent présents pour vous rappeler les consignes lors des réunions d’avant-course et parfois, à votre plus grand désespoir, aussi pour faire appliquer les règlements et mettre (très peu) des pénalités, les officiel(le)s de Triathlon Québec jouent un rôle majeur dans le déroulement des évènements. À travers cette série de portraits, nous souhaitons vous faire découvrir les femmes et les hommes derrière le sifflet. Qui sait, cela pourrait même vous donner envie de rejoindre l’équipe !

Pour ouvrir le bal de cette série, notre choix c’est naturellement porté vers Yan Therrien, officiel le plus “haut gradé” du Québec, à l’expérience remarquée et remarquable.

Triathlon Québec : Bonjour Yan, pour commencer, peux-tu te présenter ?

Yan Therrien : Je suis un jeune/vieux athlète de 49 ans… Je suis policier à la Gendarmerie Royale du Canada depuis vingt-huit ans. J’ai un garçon de 11 ans. Avec ma conjointe cela nous fait trois garçons. Depuis mon tout jeune âge j’ai toujours été un sportif. Natation, vélo, course à pied, hockey, baseball, ski alpin et ski de fond pour en nommer quelques-uns.  Toute la famille pratique tous ces sports.  En 1995, à l’âge de 23 ans, j’ai mis les trois sports ensemble pour commencer le triathlon.  Étant en Colombie-Britannique avec la GRC, c’est là que j’ai commencé à faire des triathlons, dans l’océan pacifique. Après 5 ans en Colombie-Britannique,  j’ai été transféré à Ottawa où j’ai été pendant 10 ans.  J’ai fait tous les triathlons de la série Somersault en Ontario. Ensuite, j’ai été transféré à Montréal en 2007.  Je faisais partie du club de triathlon de St-Lambert et j’ai fait un bon nombre des triathlons au Québec dans ces années 2007 à 2010.  J’ai participé à toutes les distances de sprint à Ironman. J’aime tellement le sport que je continue à être bénévole sur un conseil d’administration.  J’ai été pendant dix ans directeur au sein du conseil d’administration de TQ et actuellement je suis dans ma quatrième année sur le conseil d’administration de Triathlon Canada.

Triathlon Québec : Une vie bien remplie ! Depuis combien d’années es-tu officiel pour Triathlon Québec ?

Yan Therrien : En 2007, j’ai commencé à être officiel de niveau provincial (PTO).  Je venais vérifier le sillonnage lors de triathlon à l’aide de mon vélo.  Comme ça, je contribuais au sport et je m’entrainais en même temps, une pierre deux coups.  Après un avant-midi à vérifier le « drafting », j’arrivais aux alentours de 100 kilomètres de vélo.  Ensuite, j’ai fait ma formation nationale (NTO) et par la suite internationale (ITO) de World Triathlon (ndlr : anciennement ITU).  Je suis le seul officiel international au Québec et nous sommes cinq sur l’ensemble du Canada.  J’ai eu la chance d’être officiel à presque tous les triathlons du Québec, à plusieurs triathlons Championnats nationaux canadiens et à plusieurs triathlons internationaux à travers le monde. J’ai été officiel à deux Jeux Panaméricains (Toronto et Lima) et deux Jeux du Commonwealth (Glasgow et Gold Coast). J’ai été officiel à cinq finales des Championnats du monde. Du côté de la bannière Ironman, j’ai été l’officiel en chef pour les Ironman et 70.3 de Tremblant depuis le début (2012).

Triathlon Québec : Peux-tu nous en dire un peu plus sur ce qui t’a poussé à devenir officiel en triathlon ?

Yan Therrien : Tout d’abord, je voulais m’impliquer dans un sport que j’adore et être bénévole. Sans les bénévoles, aucun évènement sportif ne pourrait avoir lieu. Il y a toujours un besoin de ce côté. Il faut avouer que j’aime aussi prendre des responsabilités et aider à planifier des événements. Être officiel, c’est une occasion unique de s’impliquer dans les courses, d’être au cœur de l’action et surtout d’améliorer l’expérience client.

Triathlon Québec : Après toutes ces années, qu’est-ce qui te motive à être officiel chaque week-end ?

Yan Therrien : Je dirais que c’est surtout la fraternité qui existe dans le monde du triathlon. À ma connaissance, les officiels dans les sports ne sont pas nécessairement tes amis. En triathlon je sens une « vibe » très enrichissante.  On se sent ami avec tout le monde. Les gens te jasent. Ils viennent te voir pour des conseils.

Triathlon Québec : Quelles sont selon toi les qualités qui font un bon officiel de Triathlon Québec ?

Yan Therrien : Comme de raison, il y en a plusieurs.  Honnêteté, intégrité, impartialité, sens du devoir, jovialité, courage de ses convictions, empathie etc.. La liste est longue mais la vie d’officiel est un apprentissage permanent !

Triathlon Québec : Toi qui a parcouru la belle province et ses beaux triahtlons, quel est ton évènement préféré  ?

Yan Therrien : Il y a beaucoup de beaux événements au Québec, c’est quasiment impossible de n’en retenir qu’un seul.  J’ai eu la chance de participer à presque tous, soit comme athlète, soit comme officiel.  C’est certain que la WTS Montréal (Triathlon Mondial Groupe Copley), l’Ironman de Mont-Tremblant, le Trimemphré de Magog ou le Pentathlon des neiges à Québec sont vraiment des évènements particuliers pour moi.

Triathlon Québec : Et à l’international ?

Yan Therrien : À l’international, c’est certain que les finales des Championnats du monde WTS de World Triathlon sont de très beaux événements. D’ailleurs, j’ai hâte à Montréal en 2022 !

Triathlon Québec : Peux-tu nous donner une ou plusieurs raisons de devenir officiel en triathlon ?

Yan Therrien : C’est une expérience très enrichissante avec un fort sentiment d’accomplissement. C’est également une belle façon de redonner à ce sport que nous aimons. Aussi, comme je le disais précédemment, il y a une vraie fraternité. Je peux dire que le monde du triathlon est ma deuxième famille ! J’ai maintenant des amis officiels partout dans le monde. C’est beaucoup d’heures données comme bénévole mais on en ressort grandit !

Triathlon Québec : Avec tous ces évènements à ton actif, tu dois bien avoir une petite anecdote à nous partager ?

Yan Therrien : Effectivement, à travers les années, plusieurs péripéties ont eu lieux.  Je pourrais en raconter plusieurs. D’ailleurs, venez faire la formation pour devenir officiel, j’en raconte plein ! À une des coupes Panaméricaine et Championnats canadien à Kelowna, je m’occupais du parcours de natation et donc j’étais sur un bateau pour surveiller les nageurs et les bouées.  Avant le départ, je vérifie le tout et je donne le “ok” pour un départ cinq minutes plus tard. Le départ est donné, je suis en bateau et alors que je me retourne pour regarder la première bouée, je me rends compte qu’elle s’en va à la dérive avec le courant…. Comme de raison, les nageurs s’en viennent.  La seule solution, aller très vite chercher la bouée avec le bateau. Je la tenais à bout de bras en avant du bateau, j’ai demandé au conducteur de me ramener à peu près ou elle devait être. J’ai tenu la bouée juste à temps et les nageurs nous contournaient. Ouf, une catastrophe évitée !

Triathlon Québec : Merci Yan pour cet entretien et rendez-vous cet été sur nos beaux évènements partenaires !

Triathlon Québec est heureuse de vous présenter les “forfaits motivation pour tous” ! Cette offre, qui met en lumière l’alpiniste Gabriel Filippi est l’occasion idéale pour commencer 2021 dans de bonnes dispositions tout en aidant Triathlon Québec à poursuivre sa mission auprès des jeunes, particulièrement en milieu défavorisé, pour l’accessibilité au sport et le développement des saines habitudes de vie.

Les forfaits 

Les forfait comprennent tous une conférence en ligne avec nul autre que Gabriel Filippi qui aura lieu le 26 janvier 2021 à 19h30. Exploitant l’alpinisme et ses propres défis comme source d’inspiration, Gabriel Filippi transmet ses clefs du succès. Accompagné de visuels à couper le souffle, ses conférences transforment, font la différence. Il motive et unit les troupes, leur permet de considérer le prochain obstacle comme un tremplin vers de nouveaux horizons, toujours prometteurs.

Les forfaits peuvent aussi inclure la participation à une clinique spécialisée de votre choix (débutant, intermédiaire ou expert), un accès exclusif à un module de formation en ligne et une adhésion annuelle 2021 à Triathlon Québec.

Pour chaque forfait vendu, nous sollicitons un don (non-obligatoire) de 35$ qui sera remis au programme Placements Sports et Loisirs de Sports Québec pour le programme Triathlon Scolaire qui fait bouger 20 000 jeunes chaque année et le don sera bonifié de 170%.  Pour tout don de 25$ et plus, l’acheteur recevra un reçu de don de charité, pour ses impôts.

La conférence de Gabriel Filippi

Prisonnier d’une grotte glaciale, à plus de 5200 mètres d’altitude, tente et sac de couchage laissés au dernier campement. Deux jours de ration avec soi. Depuis quatre jours, une imprévisible tempête paralyse l’ascension. Puis, une éclaircie d’espoir suspend le combat mental. L’atteinte du sommet prend un autre sens. Revenir affaibli et plus fort. Tout sommet est accessible, mais seuls les plus déterminés y accèdent.
Affronter de nouveaux défis devient alors moteur de réussite. Confronter sa zone de confort est le seul moyen d’accéder aux récompenses les plus précieuses. Après 50 années d’aquaphobie, se lancer dans l’inconcevable ; s’inscrire sans même savoir nager à un triathlon Ironman… et l’accomplir. Chacune des réussites, grandes ou petites, mérite son lot de leçons à tirer.
Croître, c’est aussi gérer les échecs. Chaque épreuve est une raison d’apprivoiser l’adversité, de jouer avec elle et non contre elle. Perdre un ami en montagne, c’est se relever ou mourir avec lui. Trouver la force pour ne pas tout lâcher et pour faire les bons choix. Les situations extrêmes décuplent les impacts de chaque action. Quand la survie est en jeu, chaque décision prend tout son sens.
Toutes ces histoires, un seul homme les a vécues.

 

Forfait Bronze – 20$ + don suggéré de 35$ soit un total de 55$

  • Conférence virtuelle d’une durée d’une heure avec M. Gabriel Filippi, le 26 janvier à 19h30;

Forfait Argent – 40$ + don suggéré de 35$ soit un total de 75$

  • Conférence virtuelle d’une durée d’une heure avec M. Gabriel Filippi, le 26 janvier à 19h30;
  • Choix d’une inscription à une de nos 3 cliniques offertes, d’une durée de 45 minutes :
    • Clinique : Triathlon 101 (débutant)
    • Clinique : Le triathlon longue distance (débutant à avancé)
    • Clinique : Optimisation des performances en triathlon (expert)
  • Accès exclusif au module de formation en ligne Triathlon Québec sur l’histoire du triathlon ;

Forfait Or – 115$ + don suggéré de 35$ soit un total de 150$

  • Conférence virtuelle d’une durée d’une heure avec M. Gabriel Filippi, le 26 janvier à 19h30;
  • Choix d’une inscription à une de nos 3 cliniques offertes, d’une durée de 45 minutes :
    • Clinique : Triathlon 101 (débutant)
    • Clinique : Le triathlon longue distance (débutant à avancé)
    • Clinique : Optimisation des performances en triathlon (expert)
  • Accès exclusif au module de formation en ligne Triathlon Québec sur l’histoire du triathlon ;
  • Adhésion annuelle 2021 à Triathlon Québec (groupe d’âge 16 ans et plus)

*Les forfaits comprennent un envoi électronique des documents. Pour recevoir les documents papier par la poste, un frais supplémentaire de 3$ s’ajoutera à la facture.

Les cliniques

Pour faire suite au point de presse d’hier tenu par les autorités, voici les orientations concernant les mesures spécifiques aux activités physiques, de loisir, de sport et de plein air. De manière générale, les autorités gouvernementales demandent de faire tous les efforts possibles afin de réduire les contacts entre les personnes. Ainsi, à compter du 9 janvier, les mesures suivantes s’appliqueront à l’ensemble du territoire, à l’exception des territoires du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James. Veuillez trouver ci-après les précisions de Mme Dominique Breton, sous-ministre adjointe au loisir et au sport.

Couvre-feu

Un couvre-feu sera en vigueur à compter de 20h jusqu’à 5h. Les heures d’ouverture des lieux de pratique, des installations et des infrastructures devront être ajustées afin de permettre à la clientèle et aux employés de respecter ce couvre-feu.

Activités pratiquées dans un lieu public EXTÉRIEUR

Les activités doivent être réalisées seul ou avec les occupants d’une même résidence privée ou de ce qui en tient lieu. En tout temps, la distanciation physique de 2m doit être respectée, sauf pour les membres d’une même famille. À noter que les compétitions et les spectateurs ne sont pas autorisés. Le nombre de personnes présentes est déterminé par les gestionnaires de site, selon la capacité d’accueil d’un lieu ou d’une infrastructure. Il doit permettre de restreindre les contacts entre les personnes, de façon à ne pas créer de rassemblement. La capacité d’accueil doit être indiquée, de même qu’un rappel des consignes sanitaires. L’accès aux installations permettant aux participants de se préparer à l’activité (chausser les patins, farter les skis, etc.), de se réchauffer ou de consommer leur lunch est permis, dans le respect strict des règles sanitaires en vigueur. Les vestiaires doivent demeurer fermés. Dans la mesure du possible, les participants sont invités à arriver prêts à réaliser leur activité. Dans les lieux extérieurs à accès contrôlé, une gestion de l’achalandage doit être effectuée.

Activités pratiquées dans un lieu public INTÉRIEUR

Les activités sportives et de loisir intérieures seront interdites à compter du 9 janvier 2021, à l’exception des cours d’éducation physique et des programmes particuliers en contexte scolaire, de l’entraînement des athlètes identifiés et des sports professionnels qui ont reçu une autorisation de la Santé publique.

Formations

Les cours privés et les entraînements supervisés ne sont pas autorisés. Toutefois, les formations d’intervenants responsables d’assurer la sécurité des participants en pratique libre sont autorisées (ex: sauveteurs, patrouilleurs de ski, etc.). Le déroulement de ces formations doit permettre l’application stricte des mesures de distanciation et l’absence de contacts entre chaque personne.

Entraînement des Olympiens

La disposition spéciale de la Santé publique octroyée à l’automne dernier reste en vigueur. Ainsi, les athlètes identifiés de niveau « excellence », leurs partenaires d’entraînement, lorsqu’indispensable, ainsi que les athlètes non brevetés préqualifiés ou qualifiés en vue d’une participation aux jeux olympiques et paralympiques de Tokyo et de Pékin ont l’autorisation de poursuivre leur entrainement au sein du complexe de l’Institut national du sport du Québec, des 18 centres d’entraînement unisport et des lieux d’entraînement spécifiques à la clientèle visée. Le respect strict du protocole de gestion des infections intitulé « Normes INS Québec COVID-19 » produit par l’Institut national du sport du Québec, continue de s’appliquer.

Communication et site Web Quebec.ca

Les pages dédiées au Loisir et au Sport sur le site Web https://www.quebec.ca/ seront mises à jour incessamment.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter les lien suivants :

https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/

https://www.quebec.ca/tourisme-et-loisirs/activites-sportives-et-de-plein-air/directivesspecifique-loisir-sport/

COVID19-MesuresPaliersAlerte_LoisirsEtSport_9janv2021

Ça y est, le calendrier Coupe Québec présentée par Spark Sports Nutrition 2021 est maintenant en ligne. Ça n’a pas été chose facile dû à la pandémie, croyez-nous ! Le comité Coupe Québec a sélectionné sept évènements très solides pour composer le cru 2021. Des évènements connus de tous et qui ont su faire leur marque au fil des ans. Nous serons assurément entre bonnes mains !

Visitez la page liée à la Coupe Québec 2021 pour tous les détails.

Il faut comprendre que la pandémie aura des impacts encore pour la saison 2021. Les événements CQ en sont conscients et préparent déjà un plan « approuvé COVID » qui respectera toutes les normes de la santé publique en vigueur. Évidemment, si l’on se fie aux normes actuelles, la capacité de chaque événement sera coupée de presque moitié dû à la distanciation physique et les journées seront plus longues dû aux départs en contre-la-montre et à la capacité maximale de personnes autorisées sur le site de compétition. Les partenaires financiers seront aussi plus durs à dénicher, la pandémie ayant laisser des traces dans plusieurs PME québécoises. Plusieurs autres mesures devront également être mises en place pour assurer des événements sécuritaires.

Cela veut essentiellement dire pour les comités organisateurs beaucoup moins de revenus, pour beaucoup plus de dépenses. Néanmoins, plusieurs sont prêts à relever le défi d’offrir des événements de qualité malgré ces contraintes supplémentaires. Donc, pour 2021, ne vous attendez pas à des chandails, des médailles de participation, des repas copieux d’après course, etc. On revient à la base. On revient au sport pour le sport.

Nous disons donc un énorme merci aux comités organisateurs et aux bénévoles, car c’est grâce à eux que nous pourrons enfin revivre une saison Coupe Québec, différente certes, mais une saison complète de compétitions.

La Coupe Québec 2021 reviendra donc à la base. Des distances sprint, olympique et une longue distance. Toutes les étapes seront comptabilisées sur 1000 points.

Il a été décider par le comité CQ de ne pas offrir d’épreuves avec sillonnage pour les groupes d’âge. Avec la distanciation physique à respecter, mieux vaut jouer de prudence. Mais le sillonnage reviendra en force dans un futur proche. Cela étant dit, nous suivons la situation de près pour élaborer différents protocoles afin de permettre le sillonnage pour les catégories U13, U15, Junior et Élite.

 

Un 3 de 8 – (4 sur distance sprint, 3 sur distance olympique et 1 longue distance)

Les trois meilleurs résultats sur les huit étapes seront comptabilisés au classement. Ces huit étapes sont réparties sur sept évènements situés dans six régions différentes.

  1. Joliette – distance sprint (championnat québécois)
  2. Drummondville – distance sprint
  3. Sherbrooke – distance olympique (championnat québécois)
  4. Montréal – distance sprint (championnat canadien)
  5. Gatineau – distance olympique
  6. Magog – distance sprint (samedi) et longue distance (dimanche – championnat québécois)
  7. Duchesnay – distance olympique

 

Nouveauté : Défi « triple couronne » québécoise

Ce n’est pas parce qu’il y a la COVID qu’on ne peut pas se lancer de nouveaux défis ! Participer aux trois championnats québécois afin de conquérir le trône du Québec en Triathlon.

  • 06/06/2021 : Joliette – Championnat québécois sprint
  • 20/06/2021 : Sherbrooke – Championnat québécois olympique
  • 11/07/2021 : Magog – Championnat québécois longue distance

Vous pourrez également jumeler la triple couronne québécoise à la « triple couronne Montréalaise 2021 » au Triathlon Mondial Groupe Copley et à la « triple couronne canadienne ». Plus de détails à venir très bientôt.

 

La Super Série sera en 2022

Le lancement de la Super Série n’a pas pu voir le jour en 2020 comme prévu, pandémie oblige. Le comité CQ a pris la sage décision de prendre un pas de recul pour 2021. Rappelons que l’essence même de la Super Série est d’offrir des épreuves hors normes incluant du sillonnage et des formats spéciaux. Avec la limite maximale de personnes à respecter sur le site de compétition et les normes de distanciation physique en vigueur, disons que l’organisation de ces épreuves seraient très compliquée. Ce n’est que partie remise pour la Super Série en 2022.

 

Calendrier des événements qualificatifs

Le calendrier des événements qualificatifs pour la saison 2021 pour les championnats du monde 2022 sera à jour sous peu. Quelques détails sont encore à confirmer avec Triathlon Canada.

 

Merci à tous de votre patience et de votre support au cours des derniers mois. Au plaisir de vous (re)voir très bientôt dans une zone de transition !

Avant d’entreprendre le sujet du off-season, j’aimerais vous expliquer grossièrement la planification annuelle d’entrainement. En bref, on sépare l’année en trois périodes : Pré-Saison, Saison, et Hors-Saison. Dans chacune de ces périodes, on divise en catégories : période de préparation générale (PPG), spécifique (PPS), de compétition (PC) et de récupération.  Chacun de ces blocs comportent un objectif précis, que ce soit musculaire (prendre du muscle, perdre du poids), technique (stabilisateurs, flexibilité, réflexes, explosion), psychologique (analyse de mouvement, préparation mentale) et finalement, de repos (traitements des blessures, récupération psychologique). Pour la période off-season de triathlon, nous parlerons donc de l’évolution des mois de Novembre à Avril.

En fait, la période off-season débute lorsqu’il n’y a plus de compétitions à ton calendrier. À cette période, je te suggère de prendre du repos. Deux à 4 semaines, tout dépendant de la saison précédente. Si des blessures ont du être gérées et reportées pendant la période de compétition, il est temps de prendre ça en charge, en premier. Dans le cas où tout se passe bien physiquement, on peut en profiter pour s’occuper de notre tête. Ces semaines sont importantes pour « faire autre chose », s’adonner à d’autres activités et passe-temps, être en famille, pratiquer un sport différent. C’est l’occasion de mettre notre tête d’athlète et notre esprit compétitif de côté. Pas de montre, pas de planification, juste de faire du sport pour le plaisir !

« Oui mais je vais perdre tout ce que j’ai gagné ?! ». Je te confirme que tu ne perdras pas 11 mois d’efforts acharnés en 4 semaines !

Ensuite on entame la PPG. Cette période est fort utile pour développer musculairement et permettre à notre corps d’être plus fort (ou plus flexible) lors de nos entrainements futurs. Je vous donne l’exemple d’un cycliste : si ses jambes sont plus fortes, musclées, et sa ceinture abdominale plus solide, ne sera-t-il pas capable de « pousser plus de watts » sur son vélo par la suite ? Le coureur, quant à lui, sera plus performant dans sa foulée, lui permettant ainsi moins d’effort pour atteindre plus de vitesse, et de là moins s’épuiser et parcourir plus de distance ? C’est également la période, en triathlon, où mettre l’emphase sur la nage, et l’entrainement en piscine. Vos semaines devraient donc se concentrer sur la musculation (générale) et la natation.

Les mois suivants seront plus spécifique (PPS) et les mouvements choisis en entrainement reflèteront votre discipline. Vous pourrez donc augmenter les heures sur le vélo et les exercices d’explosion en musculation ainsi que les exercices de stabilisateurs et d’entrainement du core. Progressivement, intégrez plus de course, puis pratiquez vos transitions. On délaisse lentement la musculation afin de faire plus de places aux entrainements spécifiques au triathlon et à la pratique de nos trois sports, soit nage, vélo et course à pied.  Combiner tous ces beaux entrainements à une alimentation saine, équilibrée, combinée d’heures de sommeil récupératrices, et vous atteindrez le sommet de votre performance au moment souhaité.

Bon entrainement !

Une Collaboration de Kim St-Vincent
Kinésiologue SPARK SPORTS NUTRITION

Après le succès de la série de triathlons virtuels de Triathlon Québec présentée par Spark Sports Nutrition et afin de vous garder motivés durant l’hiver, nous sommes heureux de vous présenter la course virtuelle par étape Triathlon Québec !

Triathlon Québec vous propose une série de cinq courses virtuelles à compléter sur la plate-forme Zwift à la manière d’une course à étapes cycliste. Que vous souhaitiez renouer avec la compétition avec des athlètes provenant des quatre coins du Québec ou simplement faire une bonne séance d’entraînement, cette série est faite pour vous !

Lire la suite et s’inscrire !

 

Suite à l’annonce de la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Isabelle Charest concernant un plan d’aide de 70 millions de dollars pour soutenir les artisans du sport, du loisir et du plein air, touchés par la pandémie, nous vous invitons à prendre connaissance du communiqué suivant.

Montréal, le 16 octobre 2020

Triathlon Québec accueille positivement l’annonce du Gouvernement du Québec d’allouer un montant de 8.7 millions supplémentaire aux fédérations sportives québécoises.

Hier, la ministre déléguée à l’Éducation et la ministre responsable de la Condition féminine, Mme Isabelle Charest, annonçait un plan d’aide de 70 millions de dollars pour soutenir les artisans du sport, du loisir et du plein air qui ont été durement touchés par la pandémie.

La ventilation complète des 70 millions n’a pas encore été communiquée mais l’aide directe actuellement confirmée aux 56 fédérations sportives québécoises représente 8.7 millions de dollars. Cette aide va se matérialiser par une hausse de 60% des programmes de financement déjà en place soit, le Programme de soutien aux fédérations sportives du Québec (PSFSQ) et le Programme de soutien au développement de l’excellence (PSDE). De son côté, la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) recevra 12 millions à elle seule, soit 1 million par équipe.

Comme toutes les fédérations sportives québécoises, Triathlon Québec et ses clubs ont subi un contrecoup financier important, notamment en raison de la diminution des événements et des inscriptions. En plus de l’aspect économique, le confinement a aussi durement touché les athlètes de tous les niveaux.

Dans son point de presse, Mme Isabelle Charest a rappelé l’importance d’assurer la pérennité des organismes. C’est pour cette raison que le financement des fédérations sportives a été bonifié de 60%. C’est un pas dans la bonne direction et cette aide financière va permettre à bien des fédérations sportives québécoises de reprendre leur souffle.

Des détails restent cependant à préciser afin de nous assurer que les organisations et les athlètes représentés par Triathlon Québec puissent bénéficier de cette aide car aucun des deux programmes bonifiés ne permet un financement de la structure sous la fédération. De plus, une grande partie de ce financement doit servir à des projets précis alors qu’aucune activité fédérée n’est permise en ce moment. Notons aussi certaines incohérences auxquelles le milieu sportif fait face. À titre d’exemple, il est possible d’aller nager en longueur dans un bain libre alors que la pratique encadrée par un entraineur certifié est interdite.

À propos de Triathlon Québec :

Triathlon Québec est la fédération sportive québécoise mandatée par le Gouvernement du Québec pour promouvoir et développer le triathlon et ses variantes. Organisme à but non lucratif créé en 1988, Triathlon Québec se distingue par un fort engagement dans le développement des triathlons scolaires, la prévention par le sport et les saines habitudes de vie, ainsi qu’une présence équilibrée dans chacune des sphères de la pratique sportive en plus d’offrir plusieurs séries et événements de haute qualité.

-30-

Organisme à but non lucratif créé en 1988, Triathlon Québec est la fédération sportive québécoise mandatée par le Gouvernement du Québec pour promouvoir et développer le triathlon et ses variantes (courte et longue distance, duathlon, aquathlon, aquavélo, triathlon et pentathlon d’hiver, cross triathlon, swimrun, etc.).

Triathlon Québec se distingue par un fort engagement dans le développement des triathlons scolaires, la prévention par le sport et les saines habitudes de vie, ainsi qu’une présence équilibrée dans chacune des 5 sphères de la pratique sportive (découverte, initiation, récréation, compétition et haut niveau) en plus d’offrir plusieurs séries d’événements de haute qualité.

Tâches principales :

Sous la responsabilité de la direction générale, le directeur technique est responsable mais sans s’y limiter, des points suivants :

  • Programmation des compétitions ;
  • Programme de formation des délégués techniques et officiels ;
  • Programmes liés aux compétitions : antidopage, paratriathlon, ÉcoTQ, etc ;
  • Service aux événements : conseil, révision des plans, visites techniques, assignation d’officiels, présence terrain ;
  • Encadrement de l’équipe technique (coordonnateur technique, employés saisonniers, officiels) ;
  • Liaison avec Triathlon Canada et la fédération internationale pour le volet technique et compétition ;
  • Élaboration et mise à jour des différents documents techniques (partenariat, règlement de sécurité, etc.) ;
  • Gestion du budget compétition ;
  • Gestion du matériel évènementiel ;
  • Suivi des ententes de développement du triathlon avec les partenaires ;
  • Participation à différents comités.

Exigences du poste :

  • Détenir 5 années d’expérience pertinente ;
  • Connaître le triathlon ;
  • Détenir un permis de conduire valide ;
  • Connaissance de la suite Office ;
  • Bon français parlé et écrit ;
  • Détenir un diplôme d’études en coordination d’événement ou dans un domaine lié à l’emploi un atout ;
  • Expérience en tant qu’officiel de triathlon un atout ;
  • Expérience de conduite d’un camion cube un atout ;
  • Bilinguisme un atout.

Qualités personnelles :

  • Aimer le travail de terrain et être en bonne forme physique ;
  • Aimer le travail en équipe ;
  • Avoir un intérêt marqué pour les évènements sportifs ;
  • Faire preuve de leadership, de débrouillardise et être bon communicant

Conditions de travail :

  • Poste permanent et à temps plein : disponibilité à travailler de nombreuses heures les fins de semaine durant la saison des compétitions ;
  • Lieu de travail : Montréal, Stade Olympique
  • Entrée en fonction : 1er novembre 2020
  • Salaire concurrentiel et avantages sociaux

*Nous vérifions les antécédents judiciaires.
*Une formation d’officiel et une formation de premiers soins seront données.

Faites parvenir votre CV détaillé ainsi qu’une lettre de motivation avant 18h00, dimanche 18 octobre 2020 en complétant le formulaire ci-dessous.

Suite à l’annonce faite par la ministre Isabelle Charest aujourd’hui, Triathlon Québec annonce que les activités encadrées de triathlon seront suspendues à compter du 8 octobre dans les régions où le palier d’alerte est rouge. Cette situation sera réévaluée par les autorités gouvernementales après le 28 octobre en fonction de l’évolution épidémiologique. 

Vous trouverez ici le « Napperon COVID-19 » mis à jour avec les mesures des régions en zone rouge.

Napperon_zone_rouge

Les activités en zones oranges, jaunes et vertes peuvent se poursuivre selon les consignes de notre Guide de relance du triathlon en situation de pandémie.
Pour connaître le palier d’alerte de votre région carte des paliers d’alerte par région : carte des paliers d’alerte de Covid-19 par région.

Activités organisées non autorisées

À l’exception des programmes Sport-études et des concentrations en sport au secondaire, aucune activité organisée n’est permise pour toutes les activités physiques, sportives, de loisir ou de plein air.
Tout comme nous l’avons vécu au printemps dernier, le seul encadrement possible est un encadrement à distance. Par exemple, l’entraineur fourni le plan d’entrainement à distance et l’athlète fait son entrainement seul ou, l’entraineur offre un entrainement virtuel à des athlètes qui sont chacun dans leur maison. Pour les entrainement virtuels, veuillez respecter les recommandations établies par notre assureur en avril dernier (voir communiqué du 15 avril/ Mémo Assurances-Covid-19).

Sport-études, concentrations en sport, activités interscolaires et parascolaires

  • Aucune activité parascolaire ou interscolaire ne sont permises.
  • L’offre au sein des programmes Sport-études et de concentration sportive sont dispensés dans le cadre des services éducatifs de la formation générale des jeunes et sont maintenues selon les modalités suivantes :
    – Un seul groupe-classe stable autorisé;
    – Un groupe-stable supplémentaire peut être créé à la condition de maintenir une distanciation de deux mètres entre les élèves de groupes-classes stables différents, en tout temps et d’observer rigoureusement les règles sanitaires;
    – En pratique organisée ou en entraînement seulement, tout en respectant l’application stricte des mesures de distanciation et l’absence de contacts entre les personnes;
    – Le groupe en question peut donc se retrouver sur un même plateau, mais les exercices doivent se réaliser seul ou en dyade;
    – Les compétitions, les parties et les spectateurs sont interdits.

Programme Alliance Sport-Études

Ces athlètes ne peuvent continuer l’entrainement en personne.

Salles d’entrainement – préparation physique

Toutes les salles sont fermées, même pour les sports-études.

Note importante concernant le port du masque

Notez que la directive concernant le port du masque ou du couvre-visage a évoluée. Le port du masque ou du couvre-visage est maintenant obligatoire dans les lieux publics intérieurs, et ce, pour tous les paliers d’alerte, même une fois assis et à deux mètres de distance des autres personnes.

Sachant que les différents messages et les différentes règles peuvent porter à confusion, nous sommes à votre disposition pour répondre du mieux que l’on peut à toutes vos interrogations. Bien que ces nouvelles règles soient très restrictives, nous demandons à tous nos clubs, entraineurs et athlètes de les respecter rigoureusement. C’est notre devoir collectif de participer à l’effort afin d’affronter cette 2e vague. Si la situation devient trop lourde, nous vous rappelons que vous n’êtes pas seul et que l’équipe de Sport’aide est là pour vous écouter et vous supporter.

Exemples sous forme de questions/réponses

Est-ce que je peux faire du vélo ?

  • Oui. Seul ou avec des membres de votre famille. Vous ne pouvez toutefois pas faire une sortie avec votre club préféré.

Est-ce que mon club de triathlon peut offrir des cours en plein air ?

  • Non, aucune activité organisée n’est permise, même si c’est en plein air.

Est-ce que je peux aller nager à la piscine ?

  • Votre club ne peut tenir d’entraînements. Mais si votre piscine municipale est ouverte, vous pouvez aller faire des longueurs seul, ou si vous faites partie d’un groupe sport-études avec une classe-bulle bien définie, vous pouvez pratiquer votre sport dans le respect des consignes sanitaires.

Retrouvez toutes les informations dans la section Covid-19 de notre site internet.

C’est après plus de huit saisons passées à Triathlon Québec que nous vous annonçons le départ d’Eric Noël, directeur technique de la Fédération. Il quittera ses fonctions à la fin du mois de décembre. Arrivé en poste en octobre 2012, Eric a su faire sa marque dans le monde du triathlon, tant au niveau québécois que canadien.

Avec ses idées innovatrices, Éric Noël a contribué de façon significative et avec leadership à la réalisation de plusieurs projets dont la refonte complète de la formation et de la certification des officiels, qui est maintenant une référence à l’échelle canadienne, et la mise sur pied en 2016 du programme antidopage “100% propre” qui inclut des tests antidopage chez les athlètes groupes d’âge.

Quelques faits d’armes

  • En 2013, écriture des règles du Triathlon d’hiver du format S3 (raquette, patin, ski de fond) créé par l’équipe du Pentathlon des neiges. Les règles sont reprises en grande partie l’année suivante par la fédération internationale qui les inclut dans les règles de compétition ITU et sont appliquées sur les épreuves de Coupe du monde d’hiver.
  •  En 2015, création de la Série Grand Prix avec son collègue Francis Sarrasin-Larochelle. Ayant à coeur le développement des triathlètes québécois, cette nouvelle série leur permet de vivre une expérience de plus haut niveau avec l’introduction des zones de transition élites, de la tente de pénalité et des bourses pour soutenir l’excellence provinciale.
  • En 2015 toujours, refonte de la série Coupe Québec Triathlon et Duathlon pour jumeler les distances sprint et olympique sous la même Coupe. Cette décision ne fait pas que des heureux !
  • En 2016, il participe à la création du comité technique composé d’officiels et d’entraineurs. Le comité révise et modifie au besoin les règles de compétition de Triathlon Québec en fonction de la réalité du terrain et des modifications aux règles de compétition apportées par l’ITU.
  • En 2017,  toujours soucieux d’améliorer la Coupe Québec, il prend en main la mise en place des épreuves et des formats non-standards pour dynamiser la série et rehausser l’expérience des athlètes avec pour objectif que chacun y trouve son compte : les courses groupe d’âge avec sillonnage font leur apparition, des formats combo, demi-finales/finales, Enduro etc. sont au calendrier de la nouvelle Coupe Québec (un énorme merci aux comités organisateurs qui acceptent d’organiser ces évènements d’un nouveau genre).
  • En 2018, pour le 30e anniversaire de la Fédération, il propose la création du Temple de la Renommée de Triathlon Québec. Il sera mandaté d’en écrire les statuts et règlements. Quatre personnes à ce jour ont été intronisées.
  • En 2019, création du comité Coupe Québec composé d’athlètes passionnés qui apportent leurs idées pour rendre la série toujours plus intéressante et attractive.
  • Egalement en 2019, fort de son expertise en tant qu’officiel sur des épreuves de paratriathlon internationales, il travaille à l’avancement du paratriathlon. Un premier pas est fait avec la mise en place d’un volet spécifique paratriathlon qui inclut entre autres un guide technique pour les comités organisateurs et des règles de compétition simplifiées.
  • En 2019 toujours, élaboration d’une première certification écoresponsable dédiée aux évènements sportifs au Québec. La certification ÉcoTQ est maintenant devenue une référence dans le sport local et a fait son chemin dans le triathlon jusqu’au niveau national et international.
  • En 2020, écriture de guide d’organisation en temps de pandémie et refonte du règlement de sécurité de la Fédération. Son dernier mandat sera de livrer un projet qu’il porte depuis trois années maintenante : un guide d’organisation complet pour aider les comités organisateurs dans leurs démarches.

Des compétences techniques et un professionnalisme qui font l’unanimité

Pendant toutes ses années, Éric a été le lien premier entre la Fédération et ses comités organisateurs partenaires. Toujours disponible et prêt à les aider, ses qualités professionnelles et humaines ont grandement contribué à faire ce qu’est le circuit de triathlon au Québec aujourd’hui.

Ainsi, René Pomerleau, directeur de course du Trimemphré Magog nous confiait “Je viens d’apprendre, avec tristesse, son départ de Triathlon Québec. Au cours des dernières années, nous avons relevé des défis importants dans l’organisation d’événement. Mentionnons les Jeux du Canada, les Coupes ITU, les Coupes du monde paratriathlon et de nombreuses Coupe Québec.Il a toujours été derrière nous pour nous prodiguer de précieux conseils et nous l’avons apprécié. Sa disponibilité, son dévouement et son professionnalisme sont des atouts sérieux.  Nous l’avons senti récemment dans sa détermination à aider les organisations à passer à travers la Covid-19. Je lui souhaite bonne chance dans ses nouvelles fonctions et il nous fera toujours plaisir de continuer à collaborer avec lui”.
Pour Claudia Proulx, organisatrice de course et coach des Zéclairs de Nicolet, Éric aura été “LA référence en organisation d’évènements pendant toutes ces années à TQ. Dynamique, efficace, généreux de son temps et de ses idées, il est un visionnaire qui laissera un grand vide dans notre cœur d’organisateurs. Un homme calme et drôle, attachant et échevelé à qui on doit respect et remerciement pour ces années de dévouement ! Bon succès pour la suite !”

Chez ses collègues aussi, Éric laissera un souvenir intarissable. Notre directrice générale, Marie-Eve Sullivan tenait à le souligner : “Cher Éric, merci pour ton immense contribution au développement du triathlon à travers tous les beaux projets que tu as su porter avec passion et leadership au cours des 9 dernières années. Tu es une des personnes les plus passionnées et déterminées que j’aie eu l’occasion de côtoyer. Travailler avec toi fut une aventure des plus enrichissantes. Ton petit côté givré et toutes tes histoires inusitées qui nous ont tant fait rire, dont celle du Capitaine Rosemont, vont nous manquer. Bien que tes ambitions professionnelles t’emmènent aujourd’hui vers un nouveau défi, tu resteras dans la grande famille du triathlon pour poursuivre ta mission et transmettre ta passion et nous aurons toujours le plaisir de collaborer ensemble. Je te souhaite beaucoup de succès dans tes nouvelles fonctions et je te souhaite de réaliser tes ambitions professionnelles les plus folles !”
Francis Sarrasin-Larochelle, son acolyte de terrain de longue date, souhaitait également rendre un vibrant hommage à son collègue et ami :  “Bien que nous n’ayons eu aucune opportunité de remplir et vider le camion cube cette saison ou de nous lever aux aurores pour des événements aux quatre coins du Québec, ces rituels hebdomadaires que nous avons partagé avec différents collègues au fil des dernières années resteront ancrés dans ma mémoire. Le legs que tu laisses à notre sport est inestimable. Tu as su dynamiser et amener le triathlon au Québec à un autre niveau grâce ton leadership, ton souci du détail, ton ardeur au travail et surtout, ton côté très humain avec tous les acteurs de la communauté, que ce soient des athlètes, des officiels, des directeurs de course, des bénévoles, des entraîneurs et bien entendu, tes collègues. Ce fût une aventure inspirante que de te côtoyer pendant ces sept années et essoufflante que de partager autant d’idée pendant nos jogs sur l’heure du midi. Merci pour tout et bonne chance dans ce nouveau défi !

Officiel à l’international

Eric a également beaucoup voyagé en tant qu’officiel de niveau continental en triathlon. Il a participé à quelques séries mondiales (WTS) dont Chicago (2014), Abu Dhabi (2018), Bermudes (2018 et 2019), Edmonton (2019) et évidemment Montréal (2016 à 2019) en plus d’une dizaines d’évènements de niveau continental ou Coupe du monde au Canada, aux États-Unis ou en Espagne, dont certains comme officiel en chef ou délégué technique.
Au cours de ces huit saisons, Eric a été présent sur plus de 250 évènements au Québec du niveau régional au niveau international. Il aime particulièrement préparer et participer aux Jeux du Québec et surtout entendre la chanson thème qui le berce au cours des quatre jours que dure le triathlon aux Jeux. Il espère pouvoir être présent pour l’édition reportée en 2021.

Le passé et l’avenir

L’ambiance du bureau et ses collègues lui manqueront évidemment beaucoup. Il ne pourra plus aller courir dans le parc Maisonneuve sur l’heure du midi avec ses collègues ou arpenter les couloirs du stade olympique en chaussettes. Il regrettera aussi sans doute la conduite du camion cube toutes les fins de semaine sur les routes du Québec et la traditionnelle crème glacée la veille des évènements. Il aimait tant le mini-putt.
Mais la tradition continuera ! Nous le reverrons assurément sur quelques évènements au Québec comme officiel au cours des prochaines années. Et il ne va pas trop loin car il endossera le rôle de directeur de course au Triathlon Mondial Groupe Copley, ce qui l’amènera à travailler étroitement avec nous. Et puis, en toute sincérité, n’est-il pas la personne la plus à même d’organiser le grand retour des championnats du monde sur le territoire Québécois ?

Bien qu’il reste toujours du travail à faire, le développement d’une fédération étant à l’infini, on peut tout de même lui dire « Mission accomplie ». Pendant huit ans, il y a mis tout son cœur et son énergie.