Triathlon Québec a vécu toute une fin de semaine ! Notre communauté a eu la chance de profiter du beau temps et du soleil lors des Championnats du monde sprint et relais à Montréal et du Subaru IRONMAN 70.3, 5150 et sprint à Mont-Tremblant. Plusieurs athlètes ont gravi les échelons de la hiérarchie mondiale !

Championnats du monde sprint et relais

Élites

Au Vieux-Port de Montréal, des athlètes de tous les niveaux ont compétitionné dans les rues (et le fleuve !) de la métropole. Chez les élites, des noms connus, comme Emy Legault, Jérémy Briand et Charles Paquet ont pris part à l’événement. Fraîchement de retour du Mexique, où elle a fait son premier podium international, Legault a pris le 12e rang avec un temps de 24 min  22 s dans l’épreuve du Super Sprint. L’athlète a donné tout un spectacle à la foule montréalaise en se rendant à la deuxième étape des finales et en faisant une remontée spectaculaire lors de la portion de la course à pied. 

Du côté des hommes, Jérémy Briand et Charles Paquet représentaient fièrement le Canada. Briand a réussi à décrocher le 33e rang avec un temps de 20min et 17s  tandis que Paquet s’est glissé à la 19e position en 22 min  37 s. Durant la ronde des qualifications, Briand s’est retrouvé dans le chaos d’une chute en vélo et n’a pas réussi à passer l’étape du repêchage. Pour Paquet,  l’athlète s’est rendu jusqu’à la deuxième ronde des finales, avec un énorme rattrapage lors de la portion du vélo. 

En équipe maintenant, le quatuor composé d’Emy Legault, Tyler Mislawchuk, Charles Paquet et Dominika Jamnicky n’était préalablement pas les favoris de la compétition. Avec un temps total de  1 h 29 min et 6 s,  ils se sont montrés extrêmement compétitifs et ont atteint le 5e rang.

Junior/U23

Nos athlètes juniors et U23 ont célébré la Saint-Jean en faisant fureur aux Championnats du monde ! Au total, 5 athlètes québécois portaient l’uniforme canadien. D’abord chez les femmes, Noémie Beaulieu est arrivée tout juste au pied du podium. La jeune athlète a terminé sa course quelques secondes après la médaillée de bronze. Sa compatriote, Clara Normand s’est hissée au 24e rang avec un temps cumulatif de 1 h 1 min et 5 s. Chez les hommes, Mathis Beaulieu, Louis Marchand et Nathan Grondin ont pris part à la compétition. Beaulieu a pris la 7e place et a terminé la course en 52 min 19 s. Marchand et Grodin sont arrivés respectivement 43e et 48e aux championnats. Avec ces temps, on peut être certain de revoir ces noms dans d’autres palmarès mondiaux dans un futur proche. 

Au relais mixte, Filip Mainville, Pavlos Antoniades, Kira Gupta-Baltazar et Colette Reimer représentaient le Canada. Tout comme les élites, l’équipe s’est classée au 5e rang avec un temps de 1 h 26 min 21 s, seulement à 4 secondes de la 4e position occupée par les Hongrois. 

Pour consulter les résultats détaillés, cliquez sur ce lien : https://triathlon.org/results/result/2022_world_triathlon_sprint_relay_championships_montreal  

Subaru IRONMAN 70.3 de Mont-Tremblant

 

À quelques heures de Montréal, il y avait un autre événement d’envergure : le Subaru IRONMAN 70.3 de Mont-Tremblant ! Les participants étaient clairement au rendez-vous et prêts pour l’événement, car on pouvait compter plus de 2300 inscriptions ! Cela s’ajoute aux plus de 1000 inscriptions au 5150 et au sprint de la veille. ! 

Chez les PRO hommes, c’est l’Ontarien Lionel Sanders qui a pris les grands honneurs. Les spectateurs ont témoigné une scène épique lorsque Sanders a pris un grand retard lors de la portion vélo en raison d’une crevaison. L’athlète a réussi à rattraper ses compétiteurs et a été en mesure de décrocher la 1ère position.  Le Québécois Nicolas Gilbert a pris la 11e place avec un temps remarquable de 4 h 2 min 42 s. Du côté des PRO Femmes, Tamara Jewett du Canada a remporté la course en 4 h 19 min 30 s. Pamela-Ann St -Pierre du Canada s’est hissée au 5e rang avec un temps de 4 h 35 min 16 s.

Au classement général, du côté des hommes, 3 Québécois ont occupé le podium. Félicitations à Simon Leblanc, Jérémie Martin et Zed Roy ! Du côté des femmes, l’Américaine Katie Colville a pris la première position tandis que Alice Côté-Allard et Andrée-Anne Dumont, toutes les deux de la province, ont occupé respectivement la 2e et 3e position.

En équipe, nous tenons à mentionner les performances incroyables des athlètes du Rouge et Or de l’Université Laval. Le groupe a obtenu le deuxième meilleur temps en équipe. 

Pour en savoir plus sur les résultats ou pour vous inscrire à l’édition de l’année prochaine, cliquez sur ce lien : https://www.ironman.com/im703-mont-tremblant  

 


Triathlon Québec tient à remercier les deux organisateurs des événements, soit Triathlon Mondial Groupe Copley et IRONMAN, et toutes les personnes qui se sont impliqués pour permettre leurs réalisations ! 

Le temps de repos sera court, car il y aura deux autres événements qui auront lieu durant la première fin de semaine du mois de juillet. Bonne chance à tous les athlètes qui participeront au Triathlon CanadaMan Woman sprint et XTreme Tri, au Triathlon de Laval en partenariat avec Décathlon ainsi qu’au Triathlon de Pohénégamook. N’oubliez pas d’identifier @Triathlonquebec sur vos réseaux sociaux. On veut suivre vos exploits !

Triathlon Québec est fière de vous présenter les athlètes du mois, deux personnalités qui se sont illustrées entre autres par leurs performances sportives et leur partage envers la communauté du Triathlon. Pour le mois de mai, nous mettons en lumière deux athlètes qui évoluent sur un nouveau circuit cette saison, soient Béatrice Normand chez les juniors et Nicolas Gilbert chez les professionnels en longue distance. Nous nous sommes entretenus avec eux au sujet der leurs récentes performances et leurs prochains objectifs. Découvrez ici l’entrevue de Béatrice et de Nicolas.

Béatrice, en quelques phrases, dis-nous quel est ton profil d’étude, ton lieu d’entraînement, club et entraîneur et depuis combien de temps pratiques-tu le triathlon.

Je termine présentement ma 3e année du secondaire. J’étudie au Collège Bourget dans la parcours passion triathlon dirigé par Dorothée Chouinard. J’ai débuté le triathlon à 4 ans avec Tri-O-Lac. Cette année, je m’entraîne avec Côte Saint-Luc triathlon, mon entraîneur est Kyla Rollinson.

Tu en es à ta première année chez les juniors et ton baptême sur la distance sprint s’est déroulé à la course nationale américaine de Richmond en Virginie. Le niveau y était plutôt relevé et tu y as fait bonne figure en terminant 16e sur 80 compétitrices. Peux-tu nous raconter brièvement ton expérience et les points forts de ta course?

J’ai débuté ma première année Junior à Richmond. Mon objectif était de tester les distances. La natation était beaucoup moins agressive que ce à quoi je m’attendais. Je suis embarquée sur mon vélo et déjà un pack était formé. C’est la première fois que j’ai aussi bien roulé! La course s’est ensuite super bien déroulée, mes jambes étaient éclatées pour le premier km, mais ensuite ça a très bien été.

Tu viens de remporter la première étape de la Coupe Québec junior à Nicolet il y a quelques jours sur un format particulier (deux distances super-sprint). Qu’est-ce que cette victoire signifie pour toi et comment as-tu trouvé le format?

J’ai adoré la course de Nicolet! Sincèrement, je ne m’attendais pas à finir première sur un circuit aussi court, car le vélo technique n’est pas ma force et les courtes distances de course off the bike non plus! Donc j’étais super contente et surprise du progrès fait dans la dernière année!

Quel est ton prochain objectif au calendrier et comment se présentent pour toi les prochaines semaines d’entraînement et d’école ?

Les prochaines courses seront Joliette et Drummondville ainsi que la qualification pour les Jeux du Québec en triathlon et en athlétisme. Je ferai les courses Grand Prix, le calibre est très élevé, je veux tester mes limites et découvrir ce niveau. Il me reste 3 semaines d’école, alors je vais continuer à m’entraîner durant ces journées afin de donner mon 100% lors les compétitions à venir.

Remerciement ou autres éléments que tu voudrais partager?

Merci beaucoup à mes entraîneurs, mes commanditaires et Triathlon Québec!

 

Nicolas, quelques phrases, dis-nous quel est ton domaine d’emploi, ton lieu d’entraînement, club et entraîneur et depuis combien de temps pratiques-tu le triathlon.

Je suis conseiller au Vérificateur Général du Québec, donc je travaille dans le domaine de la comptabilité publique en audit financier. Je pratique le triathlon depuis que je fais du vélo à 2 roues, mais je m’y consacre de façon plus sérieuse sans trop me prendre au sérieux depuis l’âge de 14 ans. Je fais équipe avec Benoît-Hugo St-Pierre et notre approche consiste principalement à optimiser mon environnement de performance pour en tirer le maximum. J’habite à St-Nicolas en banlieue de Québec et je suis membre indépendant présentement, mais j’ai toujours été affilié au club de triathlon Trimégo à Trois-Rivières auparavant.

Tu fais officiellement ton entrée chez les professionnels en longue distance cette année, bien que cela se prépare depuis un moment. En parallèle, tu travailles à temps plein comme comptable. Peux-tu nous en dire un peu sur ton cheminement des dernières années et comment tu concilies travail et entraînement?

Mon cheminement en tant qu’étudiant-athlète était plutôt typique. Je faisais partie de l’équipe du Québec lorsque j’évoluais dans les programmes sports-études. En 2017, j’ai complété mon premier demi longue distance en moins de 4h, ce qui me laissait croire que j’avais un certain potentiel. En 2018 et 2019, j’ai tenté ma chance à nouveau sur les coupes continentales dans le but d’atteindre le niveau coupe du monde, mais sans réel succès. J’ai donc mis à profit l’année 2020 pour développer mon endurance spécifique en vélo et en course à pied. L’été dernier, j’ai pris le départ des 3 courses demi longue distance au Québec, soit le triathlon du Lac William, le Trimemphré et le triathlon Esprit pour gagner de l’expérience sur ma nouvelle épreuve de prédilection.

J’ai un horaire assez flexible et je travaille souvent de la maison, donc je m’entraîne le matin, le midi et/ou le soir. Habituellement, je passe 7 ou 8h par jour au travail et je m’entraîne environ 3h au total. La fin de semaine, j’en profite habituellement pour enchaîner et faire de longues sorties en vélo ou en ski de fonds. C’est un mode de vie exigeant, mais je ne fais rien d’excessif en termes d’intensité ou de volume considérant mes capacités. Bref, je m’efforce de rendre l’utile à l’agréable en diversifiant mes activités, en faisant du transport actif, en m’entraînant avec des amis ou en me divertissant pendant l’effort.

Tu as livré une solide performance en terminant 12e des Championnats nord-américains de 70.3 qui se déroulait à Chattanooga au Tennesse, soit ta première course dans les ligues majeures si on peut dire. Peux-tu nous raconter brièvement ton expérience et les points forts de ta course?

Un triathlon longue distance à l’extérieur du pays, c’est différent d’un événement de course à pied régional de 5km, il peut y avoir beaucoup d’imprévus en raison du voyagement, du matériel et de la durée. Je suis arrivé en pleine forme et j’ai donné le meilleur de moi-même malgré la chaleur accablante. Il faut dire que c’est difficile de se préparer adéquatement au Québec pour un demi Ironman aussi tôt dans la saison, donc ma préparation spécifique en ce sens n’était pas optimale, mais je m’en suis relativement bien sorti. J’ai bien géré mon effort et mon alimentation même si j’ai frappé le mur dans les derniers miles, ce qui m’a coûté ma qualification pour les championnats du monde. C’est un bon début je crois!

Ton prochain objectif est Tremblant, une première participation pour toi à cet événement. Quelles sont tes attentes ?

Contrairement à d’autres athlètes professionnels, je n’ai aucune obligation de participer ou de performer, car je suis autonome et j’ai peu de compte à rendre. Ceci dit, j’estime qu’une performance aux alentours de 3h50 serait plus que satisfaisante pour moi si les conditions le permettent. Cependant, ma priorité est surtout de rester aux avant-postes jusqu’en T2, sans hypothéquer mes réserves énergétiques pour la course à pied, afin de maximiser mes chances de terminer parmi les 5 premiers.

Un contingent de dix-huit athlètes québécois a pris part aux Championnats Panaméricains Junior, U23 et Élite présentés à St-Georges en Utah la fin de semaine dernière. Ce projet de l’Équipe Québec visait plusieurs objectifs pour clôturer la saison, tel que l’opportunité de marquer des points ITU, prendre de l’expérience sur la distance olympique pour les athlètes U23/Élites et peaufiner la préparation en vue des Championnats du monde juniors qui auront lieu la fin de semaine prochaine au Portugal. Les résultats ont été au rendez-vous, avec plusieurs excellentes performances dans toutes les catégories.

Catégorie U23/Élites

Les hommes ont été les premiers à plonger dans le réservoir du Quail Creek State Park pour lancer la première journée de compétitions. Un peloton d’une dizaine d’athlètes dans lequel figurait Charles Paquet (Rouge et Or), Filip Mainville (Rouge et Or) et Thomas Bilodeau (Rouge et Or), a pris avantage du parcours technique et valloneux pour se forger une avance de deux minutes sur ses poursuivants à l’entrée de la seconde transition. La course allait alors se jouer entre le Mexicain Irving Perez et Charles Paquet. Malgré plusieurs attaques pour le distancer, l’athlète du Rouge et Or a dû s’avouer vaincu au terme d’un sprint remporté par le vétéran et olympien Perez. C’est un premier podium sur le circuit ITU cette saison pour Charles qui s’envolera vers Abu Dhabi lundi en vue de l’épreuve de la Série mondiale. Filip Mainville a quant à lui pris une solide 12e position et 5e U23 à sa première compétition sur distance olympique. Thomas Bilodeau et Mathieu Benoît (CSL Triathlon) ont respectivement terminé aux 28e et 30e rangs.

Chez les femmes, Emy Legault (CSL Triathlon) a obtenu le meilleur résultat de la journée avec une 5e position. Après un premier tour de natation difficile, l’athlète a pu remonter avec brio dans le deuxième tour et pendre les devants avec quelques athlètes afin de s’octroyer une avance significative sur le peloton de chasse avant la portion course à pied. Kamille Larocque (Rouge et Or) et Claudie Simard (Rouge et Or), qui en étaient à leur baptême sur la distance olympique, ont bien tiré leur épingle du jeu en terminant 10e et 13e (4e et 7e U23). Céline Marks et Andréanne Brière-Dulude n’ont pas été en mesure de terminer la course.

Catégorie junior

La journée du dimanche était consacrée à la relève alors que le titre de champion(ne) panaméricain(e) était en jeu dans la catégorie junior. Grâce à une exécution de course convaincante dans les trois disciplines, Noémie Beaulieu (Rouge et Or) a filé vers sa première victoire sur le circuit international en distançant l’Américaine Faith Dasso et sa compatriote Sophia Howell au terme des cinq kilomètres de course. Maïra Carreau (Hippocampe), Clara Normand (CSL Triathlon) et Raphaëlle Rivard sont toutes parvenues à se hisser dans le top 8 en terminant aux 5e, 6e et 8e rangs pour compléter une excellente performance collective de nos jeunes Québécoises.

Du côté masculin, à la faveur d’une solide portion natation, Mathis Beaulieu (Rouge et Or) et Nicolas Bolouri (CSL Triathlon) se sont glissés dans le peloton de tête à vélo qui a creusé un écart de près de deux minutes sur la concurrence. Malheureusement, une chute survenue dans le deuxième tour est venu anéantir les espoirs de résultats de Mathis et il a été contraint à l’abandon. Nicolas Bolouri réalise le meilleur résultat de la journée avec une très belle 7e position. William Nolet (Rouge et Or), Alexandre Leblanc et Louis Marchand (Hippocampe) complètent la course en 11e, 16e et 21e place. Jérémy Lajoie (Rouge et Or) n’a pu terminer l’épreuve.

NCAA

Parallèlement à ces courses avaient lieu des compétitions comptant pour le championnat NCAA et deux québécoises étaient engagées pour représenter leurs universités respectives. En division 1, l’athlète de St-Jean-sur-Richelieu Alexandrine Coursol (Arizona State University) prenait une belle 4e position alors que Clara Normand (Wagner Seahawks) se classait en 13e position.

Bilan

C’est donc sur ce bilan très positif que se conclut le dernier projet de l’Équipe Québec de la saison. Bravo à tous les athlètes participants et merci grandement aux entraîneurs Kyla Rollinson (CSL Triathlon), Jean-Frédéric-Fortin (Hippocampe) et Pierre-Yves Gigou (Rouge et Or) pour leur support dans la réussite de ce projet.

À l’image de son parcours pour arriver jusqu’à Tokyo, Amélie Kretz a su se dépasser et surmonter les obstacles pour prendre une incroyable 15ème place et signer la meilleure performance féminine de tous les Jeux olympiques pour une Canadienne. Flora Duffy est la nouvelle championne olympique de triathlon. L’athlète des Bermudes a remporté la médaille d’or avec un chrono de 1:55:36. Elle s’impose devant la Britannique Georgia Taylor-Brown (1:56:50) et l’américaine Katie Zaferes (1:57:03). 

Jusque dans sa course olympique, la triathlète de Sainte-Thérèse aura fait preuve d’une résilience sans pareil. Elle nous confiait ce matin : “J’avais hâte de courser, l’entraînement s’est vraiment bien passé dans les dernières semaines alors j’avais hâte de pouvoir exécuter une grosse course”. Après une natation compliquée de son propre aveu ” j’ai eu une mauvaise nage, je me suis retrouvée plus loin en vélo que j’aurais aimé. Le courant sur le côté gauche était vraiment intense, toutes les nageuses de gauche se sont fait avoir” et seulement 26e à la sortie de l’eau, Amélie Kretz s’est “battue jusqu’à la fin”. À l’attaque mais tout de même prudente à vélo sur une asphalte détrempée, elle remonta en 21ème position à la fin des huit tours à la faveur d’un excellent positionnement, très souvent bien placée dans la roue de la spécialiste Taylor Knibb. “J’ai fait ce que je pouvais en vélo pour remonter, mais les filles en avant étaient déjà parties”. Une bonne deuxième transition et la chasse pouvait commencer. Elle gagna finalement cinq place à la faveur du 8e temps sur ce 10 km (34:41). “J’avais de bonnes jambes de course aujourd’hui (hier ndrl), j’ai pu remonter quelques positions”. Elle termina finalement 15e, la meilleure performance canadienne de l’histoire des Jeux olympique. C’est une 15 place qui vaut beaucoup plus.”On veut toujours plus comme athlète, c’est sûr qu’en voyant que j’ai eu le 8e temps de course aujourd’hui je me dis que si j’avais eu la nage que je suis capable d’avoir habituellement, j’aurais pu vraiment bien faire. Mais avec le parcours des dernières années, et surtout des derniers mois, cette 15e position vaut beaucoup plus qu’une 15e place. Je tiens à remercier ma famille, mon coach Alex Sereno, mon équipe de soutien, Dominique et Stéphane et un gros merci à Triathlon Québec !”

Amélie Kretz sera de nouveau en action ce vendredi à 18h30 avec le relais mixte en compagnie de Joanna Brown, Tyler Mislawchuk et Matt Sharpe.

C’est le week-end dernier que s’est déroulé un camp de l’Équipe du Québec junior et développement à Montréal. Rassemblant une trentaine d’athlètes provenant de plusieurs clubs, le projet a été l’occasion de réaliser des séances d’entraînement spécifiques à l’approche des premières compétitions. Les entraînements se sont déroulés sur divers sites du Parc Jean Drapeau, tels que le complexe aquatique, le circuit Gilles-Villeneuve et la plage Jean-Doré.

Sous la supervision principale de Kyla Rolllinson, entraineure du club Tri-O-Lacs et de l’équipe canadienne qui ira aux Jeux de Tokyo, Dorothée Chouinard, elle aussi du club Tri-O-Lacs, et Francis Sarrasin Larochelle, entraineur provicial, les athlètes ont aussi pu bénéficier des conseils de l’entraîneur cycliste Chris Rozdilsky, du préparateur physique Charles Castonguay et de la consultante en préparation mentale Fanny Girardin lors de divers ateliers. Le projet a connu un franc succès et les athlètes sont repartis avec de nouvelles connaissances et une dose de motivation supplémentaire pour le dernier bloc de préparation avant le début des courses québécoises.

Voici un petit aperçu de la programmation de ces trois journées bien remplies.

Jeudi 1er juillet : 

14h15 – 15h45  : Entraînement de vélo

Sortie de incluant 3 x 10min avec progression vers rythme de course incluant des objectifs spécifiques de formations et d’échappées.

15h45 – 16h30 : Entraînement de course à pied en enchaînement

5 x 800 mètres  – Repos 200m jog – Progressif 1 à 3 puis 4 et 5 au rythme de compétition 5 kilomètres.
Bloc d’éducatifs avec Charles Castonguay

4 x 150 mètres pace 1500 mètres – Repos 1min.

16h45 – 18h00 : Atelier préparation mentale (gestion de stress) avec Fanny Girardin en rotation avec Atelier mobilité/yoga avec Charles Castonguay.

18h00 – 19h15 : Entraînement de natation en eau libre avec variations de rythme et de formation en divers sous-groupe.

Vendredi 2 juillet :

9h00 – 9h30 : Atelier de gainage et activation pré-natation avec Charles Castonguay

9h30 – 11h00 : Entraînement de natation en piscine 25m. Éducatifs techniques et travail de vitesse et de départ.

13h00 – 15h00 : Entraînement vélo technique (virages et pilotage) / habiletés de transitions / travail de peloton.

Samedi 3 juillet :

8h00 à 8h30 – Réchauffement de natation, vélo et course et préparation aux multi-enchaînements.

  • Enchaînement 1 (300 – 9km – 2km).
  • Enchaînement 2 en équipe de 3 (300 – 4,5km – 1km).
  • Enchaînement 3 relais par discipline.

Emy Legault, Amélie Kretz et Alexis Lepage étaient en action cette fin de semaine du côté de l’étape de Coupe du monde de triathlon de Lisbonne. Au programme, un relais mixte qualificatif pour les Jeux olympiques le vendredi puis des épreuves individuelles sur distance olympique le samedi et dimanche.

Vendredi – relais mixte par équipe

Les équipes qui montaient sur le podium de cette épreuve où les quatre relayeurs de chaque formation devaient enchaîner 300 mètres de natation, 7 kilomètres de vélo et 1,6 kilomètre de course à pied assuraient leur place pour les Jeux olympiques de Tokyo. Après l’annonce d’un relais remanié par Triathlon Canada, la première à être en action dans la capitale portugaise était donc l’athlète du club Tri-O-Lacs, Emy Legault. Positionnée en première relayeuse, la Québécoise était un peu en retard sur la tête de course à la sortie de la T1 mais elle réussit à combler son retard sur le vélo et rejoindre le peloton de tête. Même si elle perdit un peu de temps sur les favoris à la course à pied, le Canada était toujours dans le coup lorsqu’elle transmit le relais à Aiden Longcroft-Harris. Malheureusement, ce dernier a ensuite été pris derrière une chute à vélo tout juste avant la zone de transition qui anéantissait tout espoir de qualification olympique pour le relais canadien. Malgré cela, l’athlète de Rigaud en tirait du positif : “C’était une première expérience, car je n’avais jamais participé à une course de relais de ce niveau-là. Il m’en manque encore à la course à pied mais je suis contente de mon positionnement au niveau de la natation et du vélo. L’équipe a travaillé vraiment fort pour obtenir un bon résultat et je suis vraiment contente d’avoir prit le départ à leurs côtés”.

La Belgique a terminé au premier rang devant l’Italie et la Suisse obtenant par la même occasion leurs billet pour Tokyo cet été.

Samedi – épreuve individuelle masculine

Alexis Lepage était le seul québécois engagé sur cette étape lusitanienne qui marquait son grand retour à la compétition après plus d’un an. Comme il nous l’avait confié jeudi soir à l’occasion de notre live Facebook, son mandat était d’aider Tyler Mislawchuk durant la natation et le vélo pour qu’il demeure en bonne position et pour le mener vers une bonne performance. Malgré une excellente natation qui lui permit de sortir parmi les quinze premiers athlètes de l’eau, le Gatinois n’avait pas les jambes à vélo et décida de ne pas poursuivre son effort, comme il n’était plus en mesure de faire ce qu’on lui demandait d’accomplir. Tyler Mislawchuk a quant à lui été ralenti par une crevaison en vélo et s’est finalement classé 51e, tandis que Matthew Sharpe, en concurrence avec Alexis Lepage pour un billet pour Tokyo a décidé de se retirer tout juste avant la course à pied.
“Les chances que je me retrouve au sein de l’équipe olympique ont plutôt diminuées aujourd’hui (samedi), a admis Alexis Lepage. Il faut être assez humble pour reconnaître que Matt Sharpe a fait du bon boulot dans les dernières courses et que je n’ai pas été à la hauteur”.

Après sa victoire lors de la WTCS de Yokohama la semaine d’avant, le Norvégien Kristian Blummenfelt a une fois de plus été le plus rapide en affichant un temps de 1 h 42 min 33 s. Il a devancé le Suisse Max Studer (+8 secondes) et l’Espagnol Genis Grau (+22 secondes).

Dimanche – épreuve individuelle féminine

Pour cette épreuve, deux québécoises étaient donc au départ. Emy Legault, mais aussi Amélie Kretz, cette dernière se devant de performer afin de conserver ses chances de qualification olympique après la non qualification du relais. Avec une magnifique sixième place, le contrat fût donc rempli, lui permettant de bondir de douze échelons au classement mondial de qualification olympique. Après une bonne natation dans des conditions très difficiles, elle manqua de peu le premier peloton mais se retrouva dans un groupe de chasse en compagnie de la double médaillée olympique Nicola Spirig, une athlète redoutable sur le vélo. La bonne collaboration permit au groupe de rejoindre le peloton de tête avant la deuxième transition. Malgré une crampe en T2, l’athlète de Ste-Thérèse accéléra dans les deux premiers kilomètres de la course à pied pour combler son retard et a flirté avec la troisième place pendant environ cinq kilomètres. « J’avais brûlé trop de gaz et je n’avais plus les jambes pour répondre. Je me suis retrouvée en quatrième position et je me suis fait rattraper au quatrième tour. Je me suis accrochée du mieux que je pouvais dans les 500 derniers mètres, mais je n’avais pas les jambes pour aller avec les autres » confiait Amélie Kretz à Sportcom. Elle compléta finalement le parcours en 2 heures 9 secondes (+1 minute 4 secondes).
Sur le podium, Nicola Spirig, de la Suisse, a devancé l’Irlandaise Carolyn Hayes (+12 secondes) et l’Américaine Kirsten Kasper (+34 secondes). Emy Legault s’est quant à elle classée 37ème.
Amélie Kretz occupe désormais le 75e rang du classement de qualification olympique, ce qui place le Canada en bonne position pour décrocher un deuxième billet à l’épreuve féminine, qui comptera 55 participantes à Tokyo.

« C’est motivant et ça me donne confiance de voir qu’il reste de la place pour de meilleurs résultats. C’est un pas dans la bonne direction afin de pouvoir qualifier une deuxième place canadienne pour les femmes. C’est juste du positif aujourd’hui », a mentionné Amélie Kretz.

Les compétitons à venir pour les athlètes de l’Équipe du Québec 

Emy Legault sera à nouveau en action dès la semaine prochaine. Ce sera également le cas pour Charles Paquet et Jérémie Briand puisqu’il seront tous au départ de la Coupe du Monde d’Arzachena en Italie, une épreuve aux allures de WTCS. Ensuite, Amélie Kretz sera au départ de la WTSC de Leeds, une étape très importante dans sa quête olympique. Ensuite, elle s’envolera vers le Mexique pour la Coupe du monde de Huatulco où elle retrouvera Emy Legault ainsi qu’Alexis Lepage, Charles Paquet et Jérémie Briand. Ces compétions seront à suivre sur la plateforme TriathlonLIVE.

Du 5 au 9 mai dernier se sont déroulés les premiers tests de l’Équipe du Québec de la saison. Après plusieurs mois d’entraînement et avec le report des premières compétitions au Québec, l’occasion était idéale pour les athlètes d’évaluer leur niveau de forme. Au programme, un 750 mètres de natation, un contre-la-montre de vélo de 8 kilomètres sur route et un 3000 mètres de course sur piste. Une quarantaine d’athlètes des équipes du Québec Développement, Junior et Élite ont pris part aux différentes épreuves.

Les distances de natation et de course font partie à la fois des indicateurs de performances retenus par Triathlon Québec et Triathlon Canada dans certaines politiques de sélection. Afin de respecter les mesures sanitaires en vigueur, les tests se sont déroulés à deux endroits distincts, soit à Québec et Montréal. Les athlètes étaient divisés en plusieurs sous-groupes et les départs se sont faits de façon individuelle.

Natation

Évidemment, la fermeture des piscines dans certaines régions n’a pas permis à l’ensemble des athlètes de disputer cette épreuve. La réduction de l’accessibilité aux installations et aux entraîneurs a également eu un impact pour l’ensemble des athlètes. Malgré tout, d’excellentes performances ont été réalisées alors que six hommes ont nagé sous les 8min30 (1’08”/100m) et quatre femmes sous les 9min30 (1’14”/100m). Le champion provincial en titre dans la catégorie U15, Olivier Desjardins du Club Hippocampe, a été le plus rapide en 07’58”. Du côté féminin, Emy Legault a réussi un chrono de 09’02”. L’athlète du club Tri-o-Lacs s’envole d’ailleurs cette semaine en Europe pour une série de courses sur le circuit World Triathlon dont deux Coupes du Monde.

Vélo

À Québec comme à Montréal, les athlètes devaient parcourir deux boucles de quatre kilomètres sur des parcours plats et très similaires, offrant peu de difficulté technique, mais une exposition au vent significative. Cette distance a été choisie car elle se rapproche de celle que l’on retrouve dans le relais par équipe mixte. De plus, il arrive souvent que les relayeurs et relayeuses doivent fournir un effort individuel ou avec un nombre restreint d’athlètes. Être en mesure de développer une puissance élevée pour un effort d’une douzaine de minutes dans une position aérodynamique devient donc très important. À cette épreuve, c’est Michaël Simard (Memphrémagog) et Clara Normand (Tri-o-Lacs) qui ont été les plus rapides avec des moyennes respectives de 44,5 et 37,8 km/h pour 396 et 265 watts de puissance.

Course à pied

L’épreuve de 3000 mètres s’est déroulée sur des piste de 400 mètres extérieures afin d’assurer le plus de standardisation possible et les athlètes ont pu bénéficier de condition météo clémentes. Avec des départs individuel aux dix secondes, chaque coureur devait se concentrer sur son propre rythme et viser une constance au fil des sept tours et demi. Charles Paquet (Rouge et Or de l’Université Laval) a impressionné avec une meilleur marque personnelle de 8’13” (2’44/km), lui qui participera à une Coupe du monde en Italie dans deux semaines. Chez les femmes, Kamille Larocque a elle aussi signé un record personnel en 10’19” (3’26/km).

L’actualité du mois de mai pour les athlètes de l’Équipe du Québec 

Du côté des Élites, Amélie Kretz sera la première en action et ce, dès vendredi soir, puisqu’elle sera au départ de la WTCS de Yokohama au Japon. Auparavant, vous pourrez la retrouver en entrevue sur notre page Facebook ce jeudi à 19h30. Sa course sera à suivre en direct sur TriathlonLive vendredi dès 21h. On la retrouvera ensuite, tout comme Emy Legault et Alexis Lepage, au départ de la Coupe du Monde de Lisbonne. Les deux athlètes devraient également être alignés ensemble à l’occasion du relais.
Comme mentionné précédemment Emy Legault et Charles Paquet seront au départ de la Coupe du Monde d’Arzachena en Italie, tout comme Jérémie Briand.
Du côté des Junior/U23, nous travaillons présentement à l’organisation d’un camp pour la fin mai afin de palier au report des premières compétitions et de relancer la dynamique de groupe.

Triathlon Québec est heureuse de confirmer la nomination de ses équipes du Québec Élite, U23 et Junior pour la prochaine saison. Malgré une saison 2020 caractérisée par la quasi-absence de compétitions, l’accès souvent limité aux installations, aux entraîneurs et aux entraînements de groupe, les athlètes ont fait preuve d’une grande résilience dans la poursuite de leur préparation.

En plus des résultats au championnat provincial, les compétitions de 2019 et les tests de performance réalisés en 2020 ont été considérés dans le processus de sélection. La composition de l’Équipe du Québec développement, formée majoritairement d’athlètes de 15 à 17 ans sera annoncée au cours des prochains jours.

Une des priorités du programme de l’Équipe du Québec, particulièrement chez les Juniors et les U23, est de préparer les athlètes à performer au meilleur de leurs capacités lors des Championnats canadiens individuels et sur les courses continentales.  Pour la saison qui arrive, les événements de Montréal et de Long Beach à la mi-juillet feront partie des courses ciblées si le contexte est favorable. Des tests spécifiques, des camps d’entraînements et le début de la Série Grand Prix sont prévus au calendrier dans la phase de préparation.

À moyen terme, les objectifs du programme sont de favoriser le cheminement vers le circuit de compétitions internationales de niveau supérieur (course ETU, Coupe du Monde, Championnats du monde U23). En vue du processus de qualification pour les Jeux du Canada en 2022, des activités et compétitions seront planifiées pour développer la synergie et la compétitivité du groupe d’athlètes éligibles à une sélection.

Les athlètes sélectionnés bénéficient de plusieurs avantages notamment du support logistique et financier lors de camps d’entraînement et de compétition et des services médico-sportifs. De plus, ils seront habillés par notre nouveau partenaire, Bioracer Canada. Les vêtements portés par les athlètes seront disponibles sur notre boutique en ligne verra le jour dans les prochaines semaines.

Équipe du Québec Élite

Nom de l’athlète Entraîneur Nom de l’athlète Entraîneur
Amélie Kretz Alex Sereno Alexis Lepage Jono Hall
Élisabeth Boutin Frédéric Jardot Jérémy Briand Luc Morin
Emy Legault Kyla Rollinson Charles Paquet Pierre-Yves Gigou
Karol-Ann Roy Craig Taylor Edouard Garneau Pierre-Yves Gigou
Andréanne Brière-Dulude Marc-Antoine Christin Edmond Roy Caroline Martineau

Équipe du Québec U23

Nom de l’athlète Entraîneur Nom de l’athlète Entraîneur
Alexandrine Coursol Jean-Frédéric Fortin Pavlos Antoniades Alex Sereno
Claudelle Dumas Pierre-Yves Gigou Thomas Bilodeau Pierre-Yves Gigou
Kamille Larocque Caroline Martineau Nicolas Harvey Pierre-Yves Gigou
Élizabeth Lemieux Daniel Soucy Filip Mainville Pierre-Yves Gigou
Claudie Simard Pierre-Yves Gigou Edmond Roy Caroline Martineau
Zed Roy Frédéric Jardot
Michaël Simard Daniel Soucy

Équipe du Québec Junior

Nom de l’athlète Entraîneur Nom de l’athlète Entraîneur
Noémie Beaulieu Pierre-Yves Gigou Nicolas Bolouri Kyla Rollinson
Isla Britton Nathan Grondin Nicolas Proulx-Bégin
Maïra Carreau Jean-Frédéric Fortin Jérémy Lajoie Pierre-Yves Gigou
Marika Couture Nicolas Proulx-Bégin Alexandre Leblanc Éric Douville
Sarah Hamel André Breton William Nolet Pierre-Yves Gigou
Marie-Ange Hébert Jean-Frédéric Fortin Loic Poulin-Desjardins Nicolas Proulx-Bégin
Clara Normand Kyla Rollinson Benjamin St-Pierre Nicolas Proulx-Bégin
Léo Roy Alex Sereno