Les athlètes de l’Équipe du Québec sont désormais rentrés de leur second camp de préparation de l’année qui avait lieu du 2 au 15 mars à Clermont en Floride. En dépit de la tournure exceptionnelle des événements due à la pandémie du COVID-19 qui sévit partout dans le monde, c’est l’occasion de faire le point sur les apports de ce camp.

Alors que l’objectif principal était de « préparer au mieux les compétitions de Clermont et Sarasota afin de lancer la saison de la meilleure des façons pour nos athlètes élites et établir un point de référence pour nos juniors », l’évolution du coronavirus aura eu raison de la deuxième compétition initialement programmée. Malgré une grosse déception pour les athlètes, notamment pour les juniors en raison de l’absence de leur unique compétition, il y a quand même beaucoup de positif à tirer de ce camp comme nous le confiait Léo Roy “Même si, à ma grande déception, je n’ai pas pu courser, j’ai tout de même pu enchaîner deux bonnes semaines d’entraînement en compagnie de mes amis d’un peu partout au Québec. J’ai appris que dans l’incertitude, nous devons toujours rester concentrés et prêts à toutes éventualités. L’équipe d’encadrement de Triathlon Québec a par ailleurs su être très rassurante auprès des athlètes et leur famille”.

Du côté des seniors, qui eux ont quand même eu l’opportunité de s’aligner sur la ligne de départ de la compétition PATCO de Clermont, le constat est assez similaire comme nous le disait Élisabeth Boutin, auteure de la meilleure performance québécoise : “J’ai adoré mon camp avec Triathlon Québec. Ça fait déjà plus de 5 ans que je voyage au sein de l’Équipe du Québec et cette année, nous étions une trentaine d’athlètes à y participer. Ça m’a permis de voir la prochaine génération d’athlète et je suis contente qu’on puisse offrir un bel encadrement à ces jeunes pour favoriser leur réussite. Nous avons vécu une situation hors de l’ordinaire, mais on a su s’adapter et se réorienter en conséquence. Je suis fière de représenter Triathlon Québec. Merci à tous ceux qui se sont impliqués”.

Pour l’entraîneur provincial Francis Sarrasin Larochelle, on retient beaucoup de positif : “Les athlètes ont très bien travaillé pendant les deux semaines en réalisant des séances de qualité et en étant pro-actif dans leur récupération. Ils sont également arrivés en forme et bien préparés grâce au travail réalisé avec leurs entraîneurs respectifs. L’ambiance et la cohésion de groupe entre recrues et vétérans étaient excellentes. Enfin, l’équipe d’entraîneurs et de soutien composée de Kyla Rollinson, Félix Levesque-Pero, Daniel Soucy, Charles Castonguay et Frédéric Jardot a été dévoué à tous les niveaux et a réalisé un travail d’équipe exemplaire pour accompagner nos athlètes le mieux possible”.

L’ensemble des athlètes québécois présents lors du camp, ainsi qu’Amélie Kretz, Emy Legault et Alexis Lepage qui étaient en action du côté de l’Australie, sont donc maintenant de retour au pays et observent tous une période d’isolement de 14 jours comme le recommande le ministère. Comme le confiait récemment Amélie Kretz “c’est sûr que ça change les plans, mais en ce moment, le problème est plus gros que le triathlon”.

Les triathlètes se sont élancés au départ d’une épreuve de l’Union Internationale de Triathlon (ITU en anglais) pour une dernière fois avant la suspension du calendrier international jusqu’à 30 avril. Samedi, à la Coupe du monde sprint de Moloolaba (Australie), Amélie Kretz a pris le 22e rang dans un doublé britannique pour finir à un peu plus de 2 minutes de la gagnante, Vicky Holland.

Georgia Taylor-Brown et Ashleigh Gentle (Australie) ont été les autres médaillées de cette épreuve où l’autre Québécoise présente, Emy Legault, s’est classée 35e.

En entrevue d’après course, Kretz a mentionné que si elle a sauvé les meubles à la natation et au vélo, c’est à la course à pied que les choses se sont gâtées.

« Une journée un peu difficile pour moi. J’ai perdu du temps et raté le premier groupe en natation. En vélo, j’ai travaillé vraiment fort avec deux ou trois autres filles et nous avons rejoint le premier groupe à la mi-parcours. J’ai eu une bonne transition vélo-course, mais je me suis vite rendu compte que j’avais laissé mes jambes sur le vélo. Malheureusement, ça m’a pris 3 kilomètres pour retrouver mes bonnes sensations et il était trop tard. C’est donc une 22e place décevante pour moi. »

Abandon d’Alexis Lepage

À l’épreuve masculine, Alexis Lepage a complété les épreuves de natation et de vélo avant de s’arrêter à celle de la course à pied.

« C’est une contre-performance. J’étais assez confiant avant le départ, mais une fois sur le vélo, mon corps m’a dit non et le mental a suivi (en ce sens.) Je suis content de retourner à la maison. Ce fut une semaine stressante avec beaucoup de changements de plans », a-t-il relaté.

Matthew Sharpe a été le meilleur Canadien en se classant au 19e rang à cette épreuve qui a aussi été le théâtre d’un doublé, néo-zélandais cette fois, où Ryan Sissons s’est imposé.

L’incertitude des prochaines semaines

Le calendrier international de triathlon est à son tour remanié en raison de la pandémie du COVID-19. En vertu de leur classement mondial et du nombre de places attribuées au Canada aux épreuves olympiques individuelles, Kretz et Lepage n’apparaissent pas dans les classements provisoires de l’ITU. La porte demeure toutefois ouverte pour une place à la nouvelle épreuve du relais mixte.

Lepage n’entend pas baisser les bras et entend continuer à tout mettre en œuvre pour vivre sa première expérience olympique :

« Pour l’instant, c’est encore envisageable. Il y a encore beaucoup d’incertitudes de ce qui adviendra des critères de sélection et des horaires des prochaines compétitions. De mon côté, je vais faire tout ce que je peux pour être le meilleur athlète sur distance super sprint (relais) et on va voir où cela me mène. »

Kretz a l’expérience des Jeux de Rio en poche et elle est plutôt philosophe face à la situation qui secoue la planète.

« On va attendre de voir ce que la fédération internationale décide de faire avec la sélection et on y va un jour à la fois ! C’est sûr que ça change les plans, mais en ce moment, le problème est plus gros que le triathlon. Mon plan est de retourner à la maison et évaluer ce qu’on va faire pour se préparer le mieux possible pour les compétitions qui vont reprendre, on l’espère, dans six semaines. »

Retrouvez les résultats de cette course ici : https://www.triathlon.org/results/result/2020_mooloolaba_itu_triathlon_world_cup

Merci à Sportcom pour l’écriture de cet article légèrement modifié par notre équipe.

Alors que trois courses concernant des athlètes de l’Équipe du Québec étaient initialement au programme ce samedi, seule l’épreuve de Coupe du monde de Mooloolaba en Australie aura lieu. Comme l’épreuve de Coupe du monde qui devait se tenir le 22 mars au même endroit, l’ITU, en accord avec les autorités locales, ont décidé d’annuler la PATCO de Sarasota-Bradenton. En conséquence, seuls Amélie Kretz, Emy Legault et Alexis Lepage seront sur le pont.

À Mooloolaba, Amélie Kretz aura pour objectif de “chasser des points pour assurer une seconde place qualificative au Canada et sécuriser la présence d’un relais aux Jeux”. Emy Legault de son côté, tentera de continuer sur sa belle lancée après sa 3ème place obtenue lors de l’épreuve de Rayong en Thaïlande. Elles auront fort à faire avec la présence sur la start-list des trois meilleurs britanniques, respectivement deuxième, quatrième et sixième au classement mondial. Chez les hommes, Alexis Lepage fera sa rentrée après plusieurs semaines de camp au Portugal. Les néozélandais Hayden Wilde et Sam Ward feront figure de favoris. Les courses seront à suivre en direct sur TriathlonLIVE à partir de 23:00 (ET).

Du côté de la Floride, l’annulation de la Coupe du monde et de la PATCO de Sarasota-Bradenton met donc un terme au camp de l’Équipe du Québec. Malheureusement, les athlètes juniors de l’équipe du Québec n’auront pas l’occasion de lancer leur saison tandis qu’Élisabeth Boutin, Charles Paquet et Jérémy Briand n’auront pas l’occasion de confirmer les belles performances entrevues la semaine passée. L’ensemble des athlètes québécois prendront la direction du Québec ce soir et demain avant d’observer une période d’isolement de 14 jours comme le recommande le ministère.

Ce samedi 7 mars marquait le coup d’envoi des compétions de la saison 2020 pour les athlètes de l’Équipe du Québec lors de la PATCO de Clermont en Floride avec de belles performances à la clé.

Les femmes sont les premières à prendre le départ avec sept athlètes québécoises de cette première course de la saison dans des conditions de nage difficiles. En raison des vagues, les officiels ont pris la décision de changer le parcours de nage avec deux tours au lieu d’un, ce qui a pour conséquence d’accentuer les écarts. À la sortie de l’eau, Élisabeth Boutin et Alexandrine Coursol sont aux avant-postes, leur permettant d’accrocher le premier peloton. À la faveur d’une accélération bien sentie à la toute fin du vélo, Élisabeth Boutin sort en première positon de la deuxième transition avec une légère avance sur ses poursuivantes. À la course, elle voit deux américaines et deux canadiennes passer devant elle et termine en 5ème position alors qu’Alexandrine Coursol se classe en 14ème position, des résultats très encourageants pour la suite de la saison.
Au final, l’américaine Renee Tomlin s’impose devant la canadienne Dominicka Jamnicky et une autre américaine, Kaitlin Donner. A noter également la 20ème position de Claudie Simard et la belle 26ème place d’Ariane Lalancette après 10 mois sans compétition.

Chez les hommes, dix athlètes étaient engagés dans cette compétition floridienne. Après une nage toute aussi mouvementée que chez les femmes, Charles Paquet, Jérémy Briand et Filip Mainville sortent bien positionnés. Malheureusement, il leur manque quelques secondes pour accrocher le premier peloton ce qui les empêche de jouer la victoire malgré des temps de course remarquables, les trois athlètes réalisant leur cinq kilomètres en moins de 15 minutes. Ils terminent respectivement en 6ème, 9ème et 10ème position, avec un premier top 10 au niveau continental pour Filip Mainville.
Les américains réalisent le triplé avec la victoire de William Huffman devant Tommy Zafares et Austin Hindman

Après une courte récupération, place à une nouvelle semaine de camp d’entrainement avant de prendre part à la compétition de Sarasota.

Retrouvez l’ensemble des résultats ici !

Après un premier projet au tout début de l’année 2020, les athlètes de l’Équipe du Québec se sont retrouvés hier soir à Clermont en Floride (ÉU) pour prendre part à un second camp d’entrainement qui s’étendra du 2 au 15 mars. En plus de bénéficier d’une température plus clémente permettant de rouler à l’extérieur, nos athlètes auront en ligne de mire leurs deux premières compétitions continentales de la saison (PATCO).

Ce projet piloté par l’entraineur provincial Francis Sarrasin-Larochelle et les entraineurs de club Kyla Rollinson, Félix Levesque-Pero et Daniel Soucy réunira un contingent de 34 athlètes âgés de 16 à 25 ans. Les athlètes auront également la chance de compter sur une équipe de soutien intégrée de qualité avec Frédéric Jardot, qui agira à titre de massothérapeute, ainsi que le kinésiologue Charles Castonguay qui supervisera différentes sessions de préparation physique, gainage et mobilité.

Outre le fait de bénéficier de conditions d’entrainement optimales, ce voyage permettra d’officiellement lancer la saison 2020 de nos athlètes élites puisqu’ils prendront part aux épreuves PATCO sur distance sprint de Clermont et Sarasota qui auront lieu les samedis 7 et 14 mars.

Selon les mots de Francis Sarrasin-Larochelle, joint par téléphone, ce camp aura une double vocation : « Bien entendu, l’objectif premier sera de préparer au mieux les compétitions de Clermont et Sarasota afin de lancer la saison de la meilleure des façons, surtout pour nos athlètes élites. Pour les plus jeunes, ce projet sera également l’occasion de bâtir la cohésion de groupe dans la perspective des Jeux du Canada 2021 et prendre part à une première expérience de camp avec Triathlon Québec. Les objectifs seront multiples, tels la gestion de la charge d’entraînement et de la récupération, la nutrition, la préparation à une course d’envergure et le travail des habiletés spécifiques.»

Exceptionnellement, nous couvrirons ces deux compétitions à l’étranger sur nos réseaux sociaux en quasi direct entre le 8 et 12 mars alors suivez-nous !

Voici les athlètes présents :

  • Elisabeth Boutin
  • Claudie Simard
  • Ariane Lalancette
  • Kamille Larocque
  • Claudelle Dumas
  • Elizabeth Lemieux
  • Alexandrine Coursol
  • Noémie Beaulieu
  • Marie-Ange Hébert
  • Clara Normand
  • Raphaëlle Leblond
  • Marika Couture
  • Shelby Lajeunesse
  • Sarah Hamel
  • Alexandra Morel
  • Michael Simard
  • Loic Poulin Desjardins
  • Mathis Beaulieu
  • Benjamin St-Pierre
  • Charles Paquet
  • Pavlos Antoniades
  • Filip Mainville
  • Jérémy Briand
  • Edouard Garneau
  • Edmond Roy
  • Thomas Bilodeau
  • Zed Roy
  • Edward Ouellet
  • Mathieu Benoît
  • Nicolas Harvey
  • Léo Roy
  • William Nolet
  • Nicolas Boulouri
  • Nathan Grondin
  • Michael Simard
  • Loic Poulin Desjardins
  • Mathis Beaulieu
  • Benjamin St-Pierre

Liens vers les listes de départ des 2 courses PATCO :

Clermont

Sarasota

Une vingtaine d’athlètes de l’Équipe du Québec ont débuté l’année sous le soleil en prenant part à un camp d’entraînement à Deerfield Beach en Floride. Alors qu’ils sont maintenant de retour dans le froid québecois, c’est l’occasion de dresser le bilan de ce premier rassemblement de la saison.

L’entraîneur-provincial, Francis Sarrasin Larochelle, ainsi que les entraîneurs de clubs Alex Sereno (CAMO), Pierre-Yves Gigou (Rouge et Or) et Jean-Frédéric Fortin (Hippocampe) ont assuré l’encadrement durant ces deux semaines de camp. Contrairement à l’an passé, aucune blessure n’était à déplorer chez les athlètes en ce début de saison ce qui a permis d’effectuer le travail comme prévu, sans adaptation des entrainements. Au vu du bon niveau de forme générale, les coachs ont choisi de mettre l’accent  sur la charge d’entrainement puisque les athlètes ont accompli un bon volume dans les trois disciplines à raison de trois entraînements par jour ainsi que des séances de préparation physique. Ce travail vient compléter la préparation réalisée depuis l’automne en plus d’être nécessaire avant d’entamer les prochains cycles d’entraînement qui gagneront en intensité au fur et à mesure que la saison de compétitions approche.

Une journée type du camp pouvait se décrire comme suit :

7h00 – Lever des athlètes et déjeuner

8h00 – Course en sous-groupe à basse intensité de 30 à 60 minutes

9h30 – Départ pour la piscine

10h00 – Séance de natation pour un total moyen de 5000 mètres avec une série mettant l’emphase sur diverses qualités en fonction des jours (endurance, vitesse, puissance aérobie maximale) et une portion plus technique

12h00 – retour aux maisons, repos et dîner

15h00 – Départ pour une sortie de vélo de 2h00 à 3h00 en sous-groupe incluant du travail de peloton à basse ou moyenne intensité le long de l’Océan Atlantique

18h30 – Souper et repos

Sur une base hebdomadaire les athlètes ont donc nagé en moyenne 25-30km, pédalé 300-350 km et couru 45-55km.

Ce premier camp de l’année était également l’occasion d’intégrer les nouveaux éléments à l’équipe. En effet, deux athlètes, dont Noémie Beaulieu,  vivaient leur première expérience avec l’équipe du Québec : “Mon premier camp avec l’équipe du Québec a vraiment été au-delà de mes attentes. J’ai reçu beaucoup de conseils techniques qui me seront très utiles et j’ai appris a connaitre de très belles personnes. Ce camp m’a permis de commencer l’année du bon pied et de couler des bases solides pour la saison 2020! Merci a triathlon Québec pour l’organisation”. Un avis également partagé par l’entraineur provincial, Francis Sarrasin Larochelle : “C’est la première fois que nous organisons un projet au début janvier et je suis très satisfait de cette nouvelle formule. L’an dernier, nous avions eu des performances modestes en mars et plusieurs (trop) de blessures en avril, attribuables en partie à une base d’entraînement insuffisante. J’ai confiance que ce camp sera bénéfique à la fois pour la santé et le niveau de forme général des athlètes et pour des performances intéressantes dès le début de saison”.

Le défi pour les athlètes est maintenant de réaliser des cycles d’entraînement plus intensifs tout en maintenant  les bonnes habitudes d’entraînement et d’hygiène de vie dans un contexte rythmé par le quotidien travail, école… Or, comme chacun le sait, l’excellence réside dans ces petits détails. L’objectif est donc de garder le cap pour la suite de la saison qui débutera dès le mois de mars à l’occasion de courses continentales de Clermont et Sarasota en Floride.

Membres de l’équipe du Québec présents lors du camp :

FemmesHommes
Amélie Kretz (CAMO)Charles Paquet (Rouge et Or)
Elisabeth Boutin (CAMO)Edouard Garneau (Rouge et Or)
Kamille Larcoque (CAMO)Thomas Bilodeau (Rouge et Or)
Claudie Simard (Rouge et Or)Pavlos Antoniades (Trimégo)
Ariane Lalancette (Rouge et Or)Filip Mainville (Trimégo)
Claudelle Dumas (Rouge et Or)Edmond Roy (CAMO)
Alexandrine Coursol (Hippocampe)Zed Roy (CAMO)
Marie-Ange Hébert (Hippocampe)Léo Roy (CAMO)
Élizabeth Lemieux (Memphrémagog)Nicolas Bolouri (Tri-o-Lacs)
Noémie Beaulieu (Espoirs de Gatineau)William Nolet (Rouge et Or)

 

Triathlon Québec est heureuse d’annoncer la composition de ses équipes du Québec junior, U23 et élite pour la saison 2020. L’année 2019 a été marquée par d’excellentes performances de nos athlètes, tant sur la scène nationale qu’internationale, et la prochaine saison de compétitions s’annonce tout aussi prometteuse.

L’Équipe du Québec 2020 sera forte d’un contingent de 12 athlètes juniors, 12 athlètes U23 et huit athlètes Élites. Quelques-uns de ceux-ci devraient aussi être nommés sur l’Équipe nationale sous peu.

Au cours des prochains mois, Triathlon Québec poursuivra son travail auprès des entraîneurs et des divers intervenants sportifs de ces athlètes pour optimiser le support à l’entraînement comme en compétition. À court terme, l’Équipe du Québec se rendra en Floride pour des camps d’entraînements en janvier et en mars afin de préparer les premières compétitions de la saison qui auront lieu à Clermont et Sarasota.

Deux objectifs majeurs de la saison se dérouleront au Québec, soient les championnats canadiens qui se tiendront à Montréal les 27-28 juin et ceux de relais par équipe mixte qui se dérouleront la semaine suivante à Gatineau. Défendre les titres individuels et de relais obtenus en 2019 et viser un nombre record de performances sur le podium et dans le top 8 feront partie des objectifs lors de ces compétitions.

Au niveau international, le but sera surtout d’accompagner les athlètes junior et U23 dans leur transition vers la catégorie supérieure et les aider à se rapprocher du podium dans les épreuves continentales. À moyen terme, l’objectif est de les préparer à courir sur le circuit de la Coupe du Monde.  Une forte représentation québécoise sur l’équipe nationale et celle des championnats du monde qui auront lieu à Edmonton est également une priorité du programme en 2020.

 

Voici la liste des athlètes composant les équipes du Québec junior, U23 et Élite.

Équipe du Québec Élite

  • Élisabeth Boutin, Amélie Kretz, Emy Legault, Karol-Ann Roy
  • Jérémy Briand, Edouard Garneau, Alexis Lepage, Thomas Windisch

Équipe du Québec U23

  • Andréanne Brière-Dulude, Ariane Lalancette, Kamille Larocque, Claudie Simard
  • Pavlos Antoniades, Thomas Bilodeau, Xavier Houle, Filip Mainville, Charles Paquet, Félix Plourde-Couture, Edmond Roy, Zed Roy

Équipe du Québec Junior

  • Noémie Beaulieu, Isla Britton, Maïra Carreau, Alexandrine Coursol, Claudelle Dumas, Marie-Ange Hébert, Élizabeth Lemieux, Clara Normand
  • Nicolas Bolouri, Nicolas Harvey, William Nolet, Léo Roy

 

Les triathlètes québécois Alexis Lepage, Charles Paquet et Jérémy Briand étaient de la Coupe du Monde ITU ce dimanche, à Lima, la capitale du Pérou.

Malgré une température clémente (22 °C), les triathlètes ont dû affronter la lourdeur de l’humidité (69 %).

Charles Paquet a obtenu le meilleur résultat canadien de la journée, complétant l’épreuve en 53 minutes et 23 secondes, bon pour le 16e rang.

Il s’agit d’une très bonne performance pour l’athlète du club de triathlon Rouge et Or qui a enchaîné les podiums sur le circuit continental cette saison. Il n’avait cependant pas obtenu ce type de résultat en Coupe du Monde depuis 2017.

Ennuyé par des crampes aux muscles abdominaux lors de la portion de course à pied, Alexis Lepage a terminé en 34e position avec un temps de 54 minutes et 12 secondes.

Jérémy Briand a été contraint à l’abandon.

Charles et Jérémy seront à nouveau en action dimanche prochain à l’occasion de la dernière Coupe du monde de la saison, à Santo-Domingo, en République-Dominicaine.

 

Tous les résultats: ici

Le triathlète québécois Edmond Roy a pris le 26e rang des Championnats du monde Xterra chez les professionnels qui se sont tenus à Maui dimanche dernier.

Roy a franchi le fil d’arrivée en un temps de 2 heures et 56 minutes.

L’athlète de Nicolet qui étudie en génie à l’Université de Montréal en était à sa première participation à ces mondiaux chez les élites, lui qui est âgé de seulement 20 ans.

La course a été remportée par le Sud-Africain Bradley Weiss chez les hommes et Flora Duffy chez les femmes.

Rappelons que plus tôt, cette année, Edmond avait gagné le XTERRA de Tremblant ainsi que celui de Bromont en plus de finir 4e de l’épreuve de Québec qui faisait partie du Xterra Pan Am Tour.

C’est une expérience formatrice pour l’athlète qui court également sur le circuit continental ITU.

Vous pouvez voir les résultats ici.

Près d’une cinquantaine de triathlète prenaient le départ de la Coupe du Monde féminine de triathlon à Miyazaki, une ville située sur l’île de Kyūshū, au Japon.

C’est la Japonaise Ai Ueda qui à remporter l’épreuve, avec un temps de 1 heure, 59 minutes et 32 secondes. Le podium a été complété par les Belges Claire Michel (1:59:39) et Valerie Barthelemy (2:00:09).

La Québécoise Amélie Kretz a réalisé une solide performance, livrant une excellente exécution dans les trois disciplines et terminant en 6e place (2:00:20). Il s’agit de son meilleur résultat en Coupe du Monde depuis 2016, alors que cette course lui permet de gagner d’importants points en vue de la sélection olympique de 2020.

“Ça été une bonne course. Je me suis bien positionné dans l’eau et en vélo c’était agressif alors je suis resté vers l’avant pour éviter d’être prise en arrière durant les virages. À la course à pied, les deux premiers tours étaient confortables, je me suis mise en position pour compétitionner pour le podium. Après 3 tours et demi sur 4 j’étais encore dans la game, mais les filles ont accéléré le dernier 500 m et je n’ai pas été capable de répondre” explique Kretz, jointe au Japon après sa course.

Elisabeth Boutin et Emy Legault participaient elles aussi à l’épreuve de la Coupe du Monde.

“[Ce fut une] grosse journée [pour moi] avec des conditions dont je ne suis pas familière, mais [je suis] bien contente d’avoir eu l’opportunité d’être sur la ligne de départ aujourd’hui. Je peux construire autour de cette course et continuer de travailler fort” confie Boutin, après sa course ou elle a terminé au 32e rang avec un temps de 2:07:17.

Emy Legault a complété l’épreuve en 2:09:09, en 38e place. “Pour ma part la course a été difficile et j’ai encore beaucoup de travail à faire pour être compétitive à ce niveau surtout sur la distance olympique. Je suis tout de même contente d’avoir pu exécuter certains points techniques comme il faut” a commenté la Québécoise à la suite de sa performance.