Après ma victoire à l’aquathlon, 5 jours avant la compétition de triathlon, c’était maintenant le moment tant attendu, la raison principale de ma venue aux Championnats du monde en Nouvelle Zélande. Je me sentais très confiant pour cette course. L’aquathlon avait été un bon test pour voir ce qui fonctionnait (ou pas). C’était aussi l’occasion de tester l’eau côté température (brrrr!) et côté courants de marée!

Également, durant ces 5 jours de préparation en vue de ma course finale, j’ai eu des très bons entraînements avec les entraîneurs de l’équipe nationale de paratriathlon  (Alan Carlson et Vincent Gauthier). Une fois la préparation physique complétée, nous avons pu travailler sur des petits détails que nous avions remarqués durant l’aquathlon. Avec Alan j’ai aussi été capable de  travailler sur les plans tactique et psychologique.

Le jour de la course

Ce matin là, je ne m’étais jamais senti aussi prêt pour une course: les aspects technique, athlétique et mental avaient été travaillés en détail grâce à l’aide de Alan Carlsson tout au long de ces 5 jours. Je vous dit tout suite que j’ai terminé 7e sur 15 athlètes dans ma catégorie (tri 1) et je peux vous dire que cela a été la meilleure course de ma vie même si j’ai terminé 7e! Si et seulement si je n’avais pas été pénalisé de 1 minute 45 seconde à la sortie de l’eau, j’aurais pu monter sur la 3e marche du podium!

Je vous explique: ITU nous fourni les personnes autorisées à nous sortir de l’eau pour nous amener à une zone de pré-transition. Voici ce qui est arrivé: j’étais dans le peloton de tête de mon groupe (tri1) et nous étions 7 ! Lorsque nous sommes arrivés au ponton pour aller faire la portion vélo; il y avait que seulement 12 personnes mandatés par ITU  pour nous sortir de l’eau et nous amener à la zone de pré-transition en haut du bassin pour seulement 6 athlètes. Le problème c’est que nous étions 7 et c’est malheureusement moi qui a écopé !

On était 7 tri1 et Charles Moreau était parmi ceux la! Alors j’ai passé 1minite 45 sur le pont à attendre qu’il y ait des aides disponibles pour me transporter dans la zone de pré-transition. Une fois rendu en Haut c’est Alan Carlsson et Claude Lachapelle qui étaient mes aidants dans la zone  de transition pour enlever le wet suit et m’embarquer dans mon vélo. Les deux gars ont été parfait et ont exécuté leurs tâches à la perfection. De plus, Alan m’a bien remis sur le Focus de la course parce j’étais hors de moi avec cet incident. C’est plus facile à accepter lorsque une erreur vient de soi-même. Qu’est ce que la ITU va faire… un  dossier à suivre!!

Donc, pour ce qui est du reste de la course, j’ai le 5e meilleur temps au vélo  et le 4e à la course à pied mais selon les calculs des entraîneurs durant la portion course j’ai eu un 15 secondes de pénalité! J’aurais été trop vite en vélo dans la zone de transition en vélo!!! Après la course ils m’ont dit que c’était parce que j’ai mis mon casque après m’être assis dans mon vélo! Nous avons regardé pour faire un protêt pour le 15 secondes de pénalité  mais pour  le temps perdu pour la sortie de l’eau après avoir regardé les règlements nous n’avions pas de raison solide et il était surtout difficile de calculer combien de temps nous aurions sauvé en bout de ligne! Nous avons rédigé un rapport à ITU  pour savoir ce qu’ils feront avec cela et surtout pour qu’aux Olympiques en 2016 ça ne se reproduise pas, car le para-triathlon y sera!

En terminant, je voudrais remercier Triathlon Québec pour le soutien en 2012 ainsi que  dans le cadre de ce championnat du monde! Merci aussi à mes amis qui m’ont supporté toute l’année, Alan Carlson, Vincent Gauthier, La famille Lachapelle et les gens de Port Cartier! Bien oui les gens de Port Cartier ils sont partout où je vais et sont en grand nombre à me donner des bons encouragements!

Pierre Ouellet

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *