Chiropratique du sport – Prévention et traitement des blessures en triathlon – Chronique 4

Par Dre Joany Marcotte
Chiropraticienne, D.C

Une des blessures la plus fréquemment rencontrée, principalement dans la portion natation, est la tendinite de la coiffe des rotateurs. Elle est  souvent appelée l’épaule du nageur. Toutefois cette problématique se retrouve également dans les blessures dites “quotidiennes”. 

Laissez-moi vous éclairer sur cette condition !

Débutons avec un peu d’anatomie et de physiologie.

Capture d’écran 2014-08-01 à 10.51.57

L’épaule est l’articulation du corps ayant le plus d’amplitude de mouvement en terme de degré. Il s’agit également de l’articulation la plus instable. En effet, l’articulation gléno-humérale est trop disproportionnée. La tête de l’os huméral est trois fois plus grosse que la cavité dans laquelle elle s’insère (voir image ci-contre).  La stabilité doit donc être assurée par d’autres structures tel que la capsule articulaire, le labrum et plus particulièrement les muscles.

Capture d’écran 2014-08-01 à 10.57.14Parmi l’ensemble de ces muscles, on en retrouve 4 qui forment ce qu’on appelle la coiffe des rotateurs. Il s’agit du supra-épineux, du infra-épineux, du petit rond et du sous-scapulaire (voir image ci-contre). Le muscle le plus souvent blessé parmi les 4 est le supra-épineux étant donné la position anatomique de son tendon. Bien sûr, plusieurs autres muscles peuvent être impliqués et sont à considérer dans cette problématique.

La blessure

Le mécanisme de blessure est simple. Il s’agit de mouvements répétitifs (surtout au dessus des épaules) ou de surutilisation. En natation, c’est souvent les mouvements de rotation des bras au dessus de la tête (passage hors de l’eau) qui sont répétés à maintes reprises. Et le muscle le plus souvent affecté par ce geste est le supra-épineux.

Plusieurs facteurs peuvent influencer, voire mener à cette problématique. En voici quelques uns:

  • nombre d’heures et distance d’entraînement effectués par semaine.
  • mauvaise technique de nage
  • fatigue
  • manque de souplesse
  • mauvaise gestion des principes d’entraînement (intensité, volume, repos, etc.)
  • manque d’échauffement
  • surcharge
  • blessures antérieures
  • mauvaise posture de sommeil
  • mauvaise alimentation ou hydratation

 

L’évolution

Capture d’écran 2014-08-01 à 10.58.51Lorsque le tendon du muscle supra-épineux passe dans sa partie sub-acromial (sous l’os acromion) de façons répétées, il peut se produire une irritation. Ceci provoque une inflammation puisque le corps va tenter de venir ”réparer” cette irritation, ce qui est une bonne chose en soi.  Vous avez ici la forme aigue : la tendinite.

Toutefois, cette ”réparation” du corps consiste à  créer un nouveau tissu plus fibreux et épais nommé tissu cicatriciel, ce qui mènera à une augmentation de l’épaisseur du tendon et provoquera des adhésions entre les différents tissus. La chronicité s’installe et l’inflammation diminue; c’est la tendinose. Ceci diminue l’espace libre pour le tendon, il a donc moins de place pour bouger puisqu’il est écrasé sous la voûte de l’acromion ce qui conduit au syndrome d’accrochage; caractérisé par un mauvais glissement du tendon lorsque les bras sont au-dessus des épaules. Il en résultera de la douleur et une perte d’amplitude de mouvements. Il faut également mentionner qu’à un endroit spécifique du tendon du supra-épineux, on retrouve une zone ayant une mauvaise irrigation sanguine (ne reçoit pas ou pratiquement pas de sang). On appelle cet endroit la zone critique. Cela rend donc la réparation encore plus difficile.

Si la situation n’est pas corrigée, le processus se poursuit et on observe alors une diminution dans l’apport d’éléments nutritifs ou d’oxygène à notre tendon.  Le problème tend donc devenir  chronique, s’étend à d’autres muscles et ainsi rend la guérison plus difficile.

Quels sont les symptômes ? 

Les symptômes prennent longtemps avant de se manifester. Le plus souvent lorsque ceux-ci surviennent, le problème est déjà bien installé. Lorsqu’ils se manifestent, ils se caractérisent le plus souvent par une douleur antérieure et latérale à l’épaule qui débute de manière insidieuse c’est-à-dire tranquillement, sans traumatisme apparent.  

Les activités au-dessus des épaules vont augmenter la douleur. La douleur peut être présente la nuit. Vous pouvez avoir de la difficulté à faire une abduction complète (élévation du bras sur le côté) ou encore une rotation externe de l’épaule (ex: action de se coiffer). Des engourdissements sont parfois présents le long du bras jusqu’au coude.

Dans les stades plus avancés, le patient peut ressentir une perte de force.

Traitements

  • L’approche thérapeutique utilisée par votre chiropraticien (ou tout autre thérapeute sportif) devra cibler 4 éléments :
  • calmer la phase aigue de la tendinite
  • réparer les tissus
  • renforcer ou étirer certains muscles de l’épaule
  • corriger la mécanique afin d’éviter la récidive

Ces traitements comprendront :

Travail des tissus mous (fascia, muscles, tendons, capsule, nerfs) et ce à l’aide de plusieurs méthodes différentes tels que Active Realease Technique (A.R.T), Graston (traitement fait à l’aide d’instruments brevetés fait d’acier inoxydable), des points gâchettes (pression ischémique), des frictions transverses, des massages profonds, du kinésiotape (bandage proprioceptif) etc. Toutes ces modalités de traitement auront pour but de diminuer la douleur et les adhésions présentes dans les muscles. Cela permettra également de relâcher les muscles et les spasmes musculaires protecteurs spécifiques.

Des manipulations ou ajustements articulaires de l’épaule et de la colonne vertébrale peuvent également être effectués afin de redonner une amplitude et un mouvement optimal.

Plusieurs exercices et conseils d’ergonomie pourront être donnés au patient afin de retrouver des amplitudes de mouvements complètes, de diminution de la tension au niveau musculaire et afin que celui-ci participe activement à sa guérison et évite ainsi une récidive.

Un programme de réhabilitation de l’épaule avec des exercices spécifiques de renforcement et de proprioception/stabilisation peut par la suite être fait par le thérapeute ou en suivi conjoint avec un kinésiologue afin de s’assurer d’un bon retour aux activités. Des exercices spécifiques au sport peuvent ensuite être faits dans les phases finales de la réhabilitation.

Il s’agit donc d’un processus spécifique et personnalisé car chaque blessure est différente et chaque personne l’est tout autant. Il faut s’adapter et composer avec les facteurs présents.

Voici quelques conseils rapides si vous avez une tendinite de la coiffe des rotateurs: diminuez le papillon, car il prédispose plus à l’accrochage, diminuez le volume d’entraînement et évitez une trop grande intensité dans l’entraînement surtout en phase aiguë.

Vous pouvez aussi consulter :

La chronique sur le traitement des blessures aiguës.

La chronique sur la prévention des blessures sportives.

Joany Marcotte, Chiropraticienne

Coordonnatrice provinciale pour le Partenariat CCSS(Q) – Triathlon Québec

Bibliographie:

Mya Lay Sein et al, Shoulder pain in elite swimmers: primarily due to swim-volume-induced supraspinatus tendinopathy, british journal of sports medicine, 2010: 44, pp 105-113.

Pnbicevic et al., Rotator cuff impingement, Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, Volume 27, Number ?, 2005, pp 80-590

Andreas H. Gomoll et al., Rotator Cuff Disorders Recognition and Management Among Patients With Shoulder Pain, arthritis and rheumatism, Volume 50, Number 12, December 2004, pp 3751–3761

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *