,

Le syndrome de la bandelette ilio-tibiale (BIT)

Chiropratique du sport
Prévention et traitement des blessures en triathlon Chronique 5

Par Joany Marcotte, chiropraticienne DC

Tout l’été nos chiropraticiens bénévoles ont couvert les triathlons de la coupe du Québec. Le but : offrir des soins préventifs et curatifs aux triathlètes. Après quelques calculs des statistiques que nous cumulons après chaque compétition, nous avons constaté que la majorité des traitements sont effectués dans la région du genou et de la jambe. Plus particulièrement, le trouble de la bandelette est une des conditions qui a été la plus souvent traitée par nos chiropraticiens.

ITBLe syndrome de la bandelette  ilio-tibiale (BIT) est en réalité la cause la plus commune de douleur à l’aspect latéral du genou chez l’athlète. Les gens qui en souffrent vont se plaindre de douleur vive au niveau du condyle fémoral latéral (côté latéral du genou) qui s’intensifie à 30 degrés de flexion du genou. Ce phénomène s’observe aussi bien à vélo que durant la course à pied. Au commencement, les symptômes se manifestent après un certain laps de temps dans l’entraînement puis, plus la problématique s’aggrave, plus la douleur se fait ressentir en début d’entraînement et parfois même au repos.

Plusieurs facteurs de risques peuvent être associés à cette problématique.

En vélo:

  • pédales trop près de l’axe
  • cales mal ajustées
  • selle trop haute
  • pédales sans degrés de liberté
  • trop de volume trop tôt dans la saison

En course à pied:

  • Beaucoup de course en descentes
  • Faire beaucoup de course sur piste ou dans la même direction
  • Avoir un volume d’entraînement trop élevé (beaucoup de millages par semaine)
  • Faiblesse des abducteurs de la hanche (fessiers).
  • Foulée trop longue

Les recherches concluent que ce syndrome résulte d’une inflammation qui est secondaire à une friction répétée de la bandelette contre le condyle fémoral latéral lors d’une flexion/extension. La bandelette ilio-tibiale est en réalité une continuation de la portion tendineuse du muscle tenseur du fascia lata ou TFL (muscle latéral de la hanche). La bandelette est également attachée au grand et au moyen fessier. Son rôle est d’assister le TFL lors de l’abduction de la hanche, dans le contrôle et la décélération de la hanche ainsi que pour aider la stabilisation du genou.  Ainsi, le frottement répété de la bandelette sur le genou lors de la couse longue distance ou de vélo provoquera des microlésions dans les fibres et éventuellement une inflammation et un épaississement de la bandelette.

Traitement et prévention

Lors de la phase aiguë, qui est la phase inflammatoire, le traitement est sensiblement le même que dans la plupart des blessures sportives c’est-à-dire que l’on utilise des modalités, comme  la glace ou le repos, puisque ce sont des étapes assez importantes et générales. Pour en savoir plus, référez-vous à notre précédent article : ”marche à suivre en cas de blessure”.

Une fois cette phase terminée (24h à quelques jours), certaines indications spécifiques à cette blessure doivent être connues et accomplies par le patient dans le but de guérir et de prévenir cette problématique:

  • Éviter tous les stress pouvant créer une friction de la bandelette au niveau du genou.
  • Évitez la course sur piste en rotation pour un certain temps.
  • Éviter la descente lors de la course (évite la friction) pour un certain temps
  • Favoriser un rythme de course rapide (évite la friction)
  • Faire un renforcement des muscles abducteurs et extenseurs de la hanche (grand et moyen fessier).
  • Faire un échauffement adéquat avant l’entraînement.
  • Automassage sur rouleau (foam roaller) surtout au niveau de l’attache proximale de la bandelette c’est-a-dire au niveau des muscles fessiers et tenseur du fascia lata (côté latéral de la hanche) puisque ces muscles travaillent en synergie.
  • L’étirement de la bandelette elle-même est presque inutile étant donné son potentiel d’étirement/souplesse qui est physiologiquement limité. De plus, aucun étirement n’est conseillé si cela augmente la douleur.
  • Traitement adéquat fait par un professionnel de la santé impliquant du travail musculaire, des mobilisations, l’application de kinésiotape et des conseils personnalisés.

Lorsque la condition le permettra, vous pouvez reprendre l’entraînement normalement tout en intégrant les principes d’entraînement c’est-à-dire en dosant le volume, l’intensité et la variabilité de vos entraînements afin d’éviter une récidive. Pour plus de renseignements sur cette condition, n’hésitez pas à en parler avec votre chiropraticien du sport.

Référence:

Cosca D., MD, Navazio F., MD, PhD, Common Problems in Endurance Athletes, American Family Physician, Volume 76, Numéro 2, 15 juillet 2007, pp 237-244

Fairclough J. et al, The functional anatomy of the iliotibial band during flexion and extension of the knee: implications for understanding iliotibial band syndrome, J. Anat. (2006) 208, pp 309–316

Par Dre Joany Marcotte, Chiropraticienne / Coordonnatrice provinciale CCSSQ-Triathlon Québec

1 réponse

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.