Alexis Lepage et Amélie Kretz ont tous deux fini près des 10 meilleurs de leur épreuve lors de la Coupe du monde de triathlon, dimanche, malgré la chaleur suffocante qui régnait sur la ville mexicaine de Huatulco.

Chez les hommes, le Canadien Tyler Mislawchuk a remporté la compétition sur distance sprint avec un chrono de 55 min 4 s. L’Américain Morgan Pearson (+7 secondes) a mis la main sur l’argent alors que le Brésilien Manoel Messias (+15 secondes) a récolté le bronze.

Le Québécois Alexis Lepage a franchi la ligne d’arrivée en 55 min 38 s à 34 secondes du vainqueur.

« C’était assez chaud avec beaucoup d’humidité et des conditions qui ressemblent à Tokyo. Ça s’est super bien passé tout au long de ma course, sauf le dernier kilomètre où je commençais vraiment à avoir très chaud, même très, très chaud. J’ai été distancé du peloton de six ou sept coureurs qui se battaient pour la cinquième et sixième place. Je suis très satisfait d’avoir bien réussi à performer dans ces conditions difficiles », a dit le 11e du classement général.

Le Québécois Charles Paquet figure quant à lui au 40e rang avec un temps de 57 min 44 s. Les Canadiens Matthew Sharpe (6e), Michael Lori (22e), Martin Sobey (24e), John Rasmussen (32e), Alexander Hinton (52e) et Taylor Forbes (DNF) ont participé à la course.

« Nous avions tous la même stratégie qui était de rester à l’avant pour éviter les chutes et d’être bien placé parmi les premiers pour les parties plus techniques. Nous nous sommes un peu entraidés entre guillemets, mais nous n’avions pas une stratégie de groupe », a ajouté Lepage, 25 ans.

La chaleur accable Kretz

Du côté féminin, Amélie Kretz, de Sainte-Thérèse, a obtenu le meilleur résultat du pays avec une 12e place et un temps de 1 h 1 min 54 s. La Lavalloise Karol-Ann Roy (1 h 5 min 16 s) pointe quant à elle au 32e échelon.

« Je ne suis pas satisfaite, mais il y a du positif. C’était des conditions très difficiles. L’eau à 30 degrés et l’air à plus de 35 degrés. Mon but était de garder ma température corporelle la plus basse possible et le plus longtemps possible », a expliqué Kretz.

L’athlète de 26 ans a pédalé dans le premier groupe de vélo et est restée prudente à l’avant pour éviter les chutes. Toutefois, à la course à pied, la chaleur était difficile à supporter.

« J’ai eu très chaud! Mes jambes sont revenues sur le deuxième tour, mais j’étais déjà un peu trop loin. Il y a du positif, mais j’ai encore beaucoup de travail à faire pour revenir avec les meilleures. C’est bien excitant! »

Le podium a été composé de l’Américaine Summer Rappaport (1 h 0 min 56 s), de la Russe Alexandra Razarenova (1 h 1 min 5 s) et de l’Autrichienne Lisa Perterer (1 h 1 min 18 s).

L’équipe canadienne s’envolera maintenant vers les Séries mondiales de relais mixte à Nottingham, en Grande-Bretagne, qui auront lieu samedi prochain. Cette épreuve figurera d’ailleurs pour la première fois au programme olympique aux Jeux de Tokyo 2020. Les athlètes du pays poursuivent donc le processus de qualification étalé sur deux ans.

« Nous devons accumuler des points à environ cinq compétitions par année et terminer dans le top-14 des pays (à la fin du processus) », a expliqué Alexis Lepage.

Pour la qualification individuelle, le principe est le même. « Nous avons 12 courses de Coupes du monde et Coupes WTS sur deux années qui sont prises en considération. La première année de qualification est terminée. Jusqu’à maintenant, pour la deuxième année, qui se terminera en mai 2020, j’ai un moyen résultat et un très bon. Il me reste encore beaucoup de compétitions à faire pour avoir ma place sur l’équipe », a conclu Lepage.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *