Articles

VICTORIA—Sarah-Anne Brault, l’une des triathlètes olympiques les plus respectées au Canada, continuera de façonner l’avenir de Triathlon Canada tout en siégeant pour deux autres années au conseil d’administration de l’organisme.

Brault, qui a officiellement pris sa retraite après avoir représenté le Canada aux Jeux olympiques d’été de 2016 à Rio et aux Jeux du Commonwealth de Glasgow, ainsi qu’à plusieurs championnats du monde, épreuves de Série mondiale de triathlon et de Coupe du monde, avait été élue représentante des athlètes au conseil d’administration en 2017. Étant donné qu’il s’agit d’un poste avec droit de vote, Triathlon Canada a changé le titre du siège d’athlète au conseil d’administration de huit membres pour celui de directeur des athlètes afin de mieux refléter ce rôle.

« C’est un immense honneur d’avoir l’occasion de faire entendre la voix des athlètes au conseil d’administration pour un autre mandat afin de s’assurer que le leadership de Triathlon Canada est informé et éduqué sur les questions qui sont importantes pour les athlètes d’élite au Canada », a déclaré Brault, qui a été membre de l’équipe nationale pendant 10 ans.

Pour être considérés pour le poste de directeur des athlètes, les candidats doivent avoir fait partie de l’équipe nationale de haute performance de Triathlon Canada, avoir pris leur retraite de toute compétition active de triathlon ou paratriathlon ITU élite pendant 12 mois, ne pas détenir un brevet CCI en vigueur et être disponibles pour assumer leurs fonctions, incluant la participation à cinq réunions annuelles du comité d’administration ainsi que l’assemblée générale annuelle,

Brault était la seule candidate admissible et a confirmé par acclamation sa réélection au poste de directrice des athlètes.

« Au cours des deux dernières années, j’ai acquis une compréhension incroyable des nombreux enjeux et questions auxquels Triathlon Canada est confronté lorsqu’il s’agit du programme de haute performance, sans parler de la gouvernance globale de l’organisation. Du financement aux politiques de sélection et à la désignation des équipes, l’expérience que j’ai acquise m’a donné l’occasion de représenter le groupe d’athlètes tout en prenant des décisions éclairées et objectives dans l’intérêt de faire progresser le triathlon au Canada », a ajouté Brault.

Très performante, tant sur le terrain de jeu qu’en classe, cette athlète de 29 ans qui réside maintenant à Victoria a obtenu un diplôme en finances et en économie de l’Université West Virginia, où elle faisait partie de l’équipe de course cross-country. Elle a par la suite obtenu une maîtrise en finance à l’Université McGill.

Brault a commencé le triathlon en 2006 avant de déménager au Québec, puis en Australie pour les trois dernières années de sa carrière qui a été marquée par cinq résultats parmi les 15 premières au classement de la Série mondiale de triathlon. En plus de s’aligner au départ à Rio, sa meilleure performance en carrière a été une quatrième place à une course de la Série mondiale de triathlon à Auckland, en Nouvelle-Zélande, en 2016.  Brault a également célébré deux podiums en Coupe du monde.

Mme Brault entamera officiellement son deuxième mandat à l’assemblée générale annuelle en septembre.

 

À propos de Sarah-Anne Brault

Sarah-Anne Brault est née à Lévis (Québec), le 1er décembre 1989.

Remplaçante dans l’équipe olympique de 2012 avant ses débuts olympiques en 2016, à Rio, Sarah-Anne Brault a représenté le Canada à trois Championnats du monde juniors de 2006 à 2008 et a été sacrée championne panaméricaine junior en 2008. Elle a remporté sa première victoire internationale chez les seniors en 2011 à une compétition de la Coupe panaméricaine avant de remporter le Championnat panaméricain 2012.

Cette année-là, elle a également fait ses premiers pas à la Série mondiale de triathlon et remporté ses premières médailles en Coupe du monde, soit le bronze à Ishigaki et l’argent à Edmonton. En 2013, elle a rejoint l’équipe nationale, mais une fracture de stress a limité sa capacité à concourir. L’année suivante, elle a inscrit ses meilleurs résultats en carrière à la Série mondiale de triathlon en se classant 4e à Auckland et 7e à Yokohama, avant de participer pour la première fois aux Jeux du Commonwealth.

En 2015, à Auckland, elle s’est encore une fois taillé une place dans le top 10. Tout en poursuivant ses études à l’université West Virginia, Sarah-Anne a concouru en athlétisme en salle et en plein air ainsi qu’en cross-country ; elle a fait partie de la deuxième équipe All-American en 2011. Aux Jeux du Canada en 2005, elle a disputé l’épreuve du 5000 m et elle a terminé à la 2e place.

VICTORIA—Afin de mieux préparer un plus grand nombre de jeunes triathlètes canadiens à la compétition internationale élite, Triathlon Canada lance, en collaboration avec les organismes provinciaux du sport, une nouvelle série nationale de développement pour 2019.

Visant à offrir plus d’occasions de courses régionales aux athlètes de 16 à 23 ans des catégories junior et U23 qui progressent vers la compétition ITU sur la voie vers le podium de Triathlon Canada, la nouvelle série est constituée de 14 courses identifiées dans les séries provinciales existantes. La série nationale de courses offrira des occasions de courses régionales pour appuyer le développement des athlètes et des entraîneurs canadiens.

« La création de cette série de courses de développement est une étape décisive qui est nécessaire pour élargir le bassin de talents et pour optimiser le succès de la prochaine génération de triathlètes élites du Canada, » a déclaré Eugene Liang, directeur de la performance chez Triathlon Canada. « L’expérience, les possibilités et les occasions peu coûteuses d’entraînement et de course sont essentielles à la progression des athlètes de haut niveau. Grâce à l’appui de nos organismes provinciaux de sport, nous croyons que cette nouvelle série comblera ce vide et servira d’outil de dépistage de talents pour notre programme national. »

Les athlètes canadiens qui se développent sur la voie vers le podium de Triathlon Canada à l’étape s’entraîner à s’entraînerdu modèle de développement à long terme de l’athlète, ou ceux qui n’ont pas été sélectionnés pour faire partie de l’équipe nationale ou de l’équipe nationale de développement, devront établir un calendrier avec leur entraîneur pour accumuler des points dans un maximum de six des 14 courses prévues entre la Colombie-Britannique et les Maritimes. La seule course obligatoire pour tous les athlètes sera la course super sprint des Championnats canadiens au Apple Triathlon de Kelowna, le 6 juillet.

« La compétition au niveau élite exige de la planification, de la préparation, de la discipline et une approche professionnelle envers le sport », a déclaré Liang, qui a ajouté que les athlètes ne devraient pas participer à plus de six des courses à travers le pays. « Cette série offre aux athlètes et aux entraîneurs une structure professionnelle, un système de points et un calendrier de course pour mieux les préparer à réussir lors de la prochaine étape importante de la compétition élite. »

La Série nationale de développement est conçue pour familiariser les athlètes et les entraîneurs au système de l’ITU en intégrant une système d’attribution de points et de classement similaire à celui de l’ITU, ainsi que des formats de course et des profils de parcours de l’ITU. Elle s’harmonisera avec les catégories junior et des moins de 23 ans, tel que défini par les règles de l’ITU. Les exemptions d’âge pour les athlètes de moins de 16 ans ne seront pas permises.

La série a été divisée en un système à quatre niveaux pour déterminer les points et les exigences de course :

Niveau 1 – Championnats canadiens; obligatoires

Points – prime de 20% pour les épreuves individuelles

Le niveau 1 comprend les Championnats canadiens de relais mixte juniors  et des moins de 23 ans qui auront lieu à Edmonton le 21 juillet.  Il s’agit d’un événement unique qui récompense les meilleures équipes.  Aucun point n’est attribué, mais les athlètes qui participent au relais ont l’option de participer également à l’épreuve individuelle de niveau 2 la même fin de semaine, avec une prime de 15%.  Les équipes de relais doivent être déterminées par les organismes provinciaux de sport.

Niveau 2 – Championnats régionaux; optionnels avec prime de points

Prime de 15%

Niveau 3 – Séries; optionnelles avec un maximum de quatre courses

Points – Standard

Niveau 4 – Remplacement; optionnel, substitut pour une épreuve de niveau 3

Points – Standard

Calendrier complet des courses de la Série nationale de développement

Tout au long de la saison de compétition, Triathlon Canada mettra à jour le classement de la Série nationale de développement tous les vendredis à midi HNP.

Pour de plus amples renseignements au sujet de la Série nationale de développement

À PROPOS DE TRIATHLON CANADA

Triathlon Canada est l’organisme directeur du sport au pays. Des athlètes, des entraîneurs et des officiels de la base jusqu’à l’élite forment les plus de 22 000 membres de Triathlon Canada. Avec le soutien de ses précieux partenaires corporatifs – 94 FORWARD, 2XU Canada, Training Peaks, Zizu Optics, Subaru Canada – ainsi que le gouvernement du Canada, le Comité olympique canadien, le Comité paralympique canadien et À nous le podium, Triathlon Canada développe des champions olympiques, paralympiques et mondiaux dans toutes les disciplines. Pour plus d’informations sur Triathlon Canada, veuillez nous rendre visite sur  www.triathloncanada.com.

Le processus en ce qui concerne les qualifications pour les championnats du monde par groupe d’âge a été modifié par Triathlon Canada pour l’année 2019.

Désormais, chaque athlète désirant se qualifier pour les mondiaux doit remplir un avis d’intention en ligne, sur le site de Triathlon Canada et au coût de 20$, avant l’épreuve de qualification.

Ce montant sera déduit des frais d’inscription si l’athlète se qualifie. L’application sera ouverte 3 semaines avant chaque course et fermera la veille de l’événement.

Il sera possible de compléter l’avis d’intention 3 semaines avant la date de l’événement et fermera la vieille de la course.

Les athlètes qui ne se qualifieront pas seront automatiquement mis sur la liste d’attente. S’ils ne sont pas sélectionnés par la suite pour participer aux mondiaux, ils perdront leur dépôt de 20$.

Pour plus d’informations, visitez ce lien sur le site de Triathlon Canada