Cette fin de semaine se tenait le tout premier Camp de développement régional de triathlon. Le camp se déroulait en Outaouais, plus précisément à Gatineau. Sans contredit, le camp a été un succès autant pour les entraîneurs que pour les 24 athlètes participants. Félicitations à tous pour le succès de cet événement! Voici un résumé du scénario des activités rédigé par Alain Charlebois.

 

Camp régional de triathlon, secteur Outaouais

Rien de moins qu’un cinq étoiles

La fin de semaine dernière se déroulait au Cégep de l’Outaouais le premier camp régional de triathlon pour les athlètes de l’Outaouais. Selon son réalisateur, l’entraîneur maître Raymond Paris, cette cohorte se mérite tout simplement un Oscar pour sa performance. Revoyons un peu le scénario de la fin de semaine.

Titre du film : camp régional de triathlon « the beginning »

Producteurs : Triathlon Québec, Club Espoir de Gatineau et Raymond Paris, entraîneur maître pour Triathlon Québec.

Réalisateur : Michel Elibani, évaluateur de Triathlon Canada.

Metteurs en scène : Ce camp d’entraînement, au-delà de son mandat de donner une belle expérience aux athlètes, se voulait du même coup une opportunité pour les entraîneurs en formation de parfaire leurs connaissances et compléter leur niveau d’entraîneur compétitif. Les voici.

Francis Bachand de  Capitale Triathlon, cinq ans d’expérience en triathlon, deux ans et demi comme entraîneur.

Étienne Couture de Knowlton en Estrie, douze ans d’expérience comme entraîneur avec une spécialité en préparation mentale de haut niveau.

Sarah David Riel, du club de triathlon Rive Nord, six ans d’expérience en triathlon, trois ans comme entraîneur.

George Gay, du club les Rapides et les Antilopes  de Montréal, sept ans d’expérience  comme athlète et entraîneur.

Les principaux acteurs : Vingt-quatre athlètes de 11 à 16 ans de la région de l’Outaouais, principalement du club Espoir de la région, qui voulait vivre une belle expérience d’entraînement, améliorer leurs techniques, rencontrer de nouveaux athlètes, avoir de nouveaux trucs, s’entraîner fort et surtout s’amuser dans un contexte sécuritaire. Les vingt-quatre athlètes ont été divisé en trois groupes selon leur âge et expérience : acteurs premier rôle, deuxième rôle et ceux en étant à leur première expérience cinématographique. Aucun athlète n’aurait pu camper un rôle au cinéma muet…

Les acteurs de soutien : d’autres entraîneurs étaient également présents pour donner un coup de main lors de la fin de semaine. Notons plus spécifiquement la présence de Daniel Soucy, qui a fait le chemin depuis Magog pour assister au camp.

Daniel Soucy, entraîneur du club de triathlon de Magog, trois ans d’expérience comme athlète et entraîneur.

Marie Andrée Leblanc, entraîneur chef du club Espoir

Élodie Pigeon, entraîneur adjoint, club de triathlon Espoir

Éric Deshaies, entraîneur adjoint sport-études club Espoir, entraîneur club de triathlon les Taureaux.

Alain Charlebois, entraîneur chef sport-études club Espoir, entraîneur club de triathlon les Taureaux.

Scénario : Ce long métrage s’est déroulé au Cégep de l’Outaouais où le groupe avait la chance d’utiliser la piscine 25m de l’établissement, tout en étant à deux minutes de marche de la nouvelle piste d’athlétisme fraîchement rénovée, merci aux Jeux du Québec 2010, de l’école Mont-bleu et à  quelques kilomètres de vélo du majestueux Parc de la Gatineau, particulièrement calme lors du tournage le samedi matin, sous un ciel incertain.

Lors de la première journée d’action, les athlètes ont débuté par une courte mais efficace présentation sur les choix propices au mieux être. Dès 9h, le groupe enfourchait son vélo pour le reste de l’avant-midi : échauffement, exercices techniques, sillonnage, intervalles étaient au rendez-vous de cette matinée. L’heure du dîner était bien remplie avec un atelier sur la prévention des blessures sportives. En après-midi, la natation était au programme suivi par une courte séance de gainage.

Le tournage de la journée du dimanche a également été un succès avec en bonus, un beau soleil et vingt-cinq degrés au compteur. Le premier entraînement du jour a été de la course à pied, incluant un chrono sur 2000m. L’avant-midi s’est terminé pour l’ensemble du groupe par une pratique des transitions supervisée par le groupe d’entraîneurs. Comme la journée précédente, la natation était la dernière épreuve du camp.

Commanditaires : à défaut de remercier la Sodec, le club Espoir tient à souligner la participation de la ville de Gatineau pour les frais de location des locaux et le physiothérapeute Alain Chenier de Physio Outaouais pour sa conférence sur la prévention des blessures, offerte gratuitement.

Conclusion : Tout est bien qui finit bien. Raymond Paris et Michel Elibani ont été grandement impressionné par le travail des quatre nouveaux entraîneurs et l’ensemble de l’équipe organisatrice. Ils ne dénombrent aucun incident, aucune blessure, aucune anicroche, un parcours pratiquement sans faute pour les nouveaux entraîneurs. Bref, un synopsis filmé d’une seule prise et sans bloopers. Un scénario digne d’Hollywood quoi…

Rédaction : Alain Charlebois

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *