Les athlètes de l’Équipe du Québec sont désormais rentrés de leur second camp de préparation de l’année qui avait lieu du 2 au 15 mars à Clermont en Floride. En dépit de la tournure exceptionnelle des événements due à la pandémie du COVID-19 qui sévit partout dans le monde, c’est l’occasion de faire le point sur les apports de ce camp.

Alors que l’objectif principal était de « préparer au mieux les compétitions de Clermont et Sarasota afin de lancer la saison de la meilleure des façons pour nos athlètes élites et établir un point de référence pour nos juniors », l’évolution du coronavirus aura eu raison de la deuxième compétition initialement programmée. Malgré une grosse déception pour les athlètes, notamment pour les juniors en raison de l’absence de leur unique compétition, il y a quand même beaucoup de positif à tirer de ce camp comme nous le confiait Léo Roy “Même si, à ma grande déception, je n’ai pas pu courser, j’ai tout de même pu enchaîner deux bonnes semaines d’entraînement en compagnie de mes amis d’un peu partout au Québec. J’ai appris que dans l’incertitude, nous devons toujours rester concentrés et prêts à toutes éventualités. L’équipe d’encadrement de Triathlon Québec a par ailleurs su être très rassurante auprès des athlètes et leur famille”.

Du côté des seniors, qui eux ont quand même eu l’opportunité de s’aligner sur la ligne de départ de la compétition PATCO de Clermont, le constat est assez similaire comme nous le disait Élisabeth Boutin, auteure de la meilleure performance québécoise : “J’ai adoré mon camp avec Triathlon Québec. Ça fait déjà plus de 5 ans que je voyage au sein de l’Équipe du Québec et cette année, nous étions une trentaine d’athlètes à y participer. Ça m’a permis de voir la prochaine génération d’athlète et je suis contente qu’on puisse offrir un bel encadrement à ces jeunes pour favoriser leur réussite. Nous avons vécu une situation hors de l’ordinaire, mais on a su s’adapter et se réorienter en conséquence. Je suis fière de représenter Triathlon Québec. Merci à tous ceux qui se sont impliqués”.

Pour l’entraîneur provincial Francis Sarrasin Larochelle, on retient beaucoup de positif : “Les athlètes ont très bien travaillé pendant les deux semaines en réalisant des séances de qualité et en étant pro-actif dans leur récupération. Ils sont également arrivés en forme et bien préparés grâce au travail réalisé avec leurs entraîneurs respectifs. L’ambiance et la cohésion de groupe entre recrues et vétérans étaient excellentes. Enfin, l’équipe d’entraîneurs et de soutien composée de Kyla Rollinson, Félix Levesque-Pero, Daniel Soucy, Charles Castonguay et Frédéric Jardot a été dévoué à tous les niveaux et a réalisé un travail d’équipe exemplaire pour accompagner nos athlètes le mieux possible”.

L’ensemble des athlètes québécois présents lors du camp, ainsi qu’Amélie Kretz, Emy Legault et Alexis Lepage qui étaient en action du côté de l’Australie, sont donc maintenant de retour au pays et observent tous une période d’isolement de 14 jours comme le recommande le ministère. Comme le confiait récemment Amélie Kretz “c’est sûr que ça change les plans, mais en ce moment, le problème est plus gros que le triathlon”.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *