Alors que le Gala de Triathlon Québec se tiendra le 9 novembre prochain à Gatineau, la fédération est fière aujourd’hui de dévoiler le travail du comité de sélection et d’annoncer les finalistes dans les différentes catégories.  Merci à tous ceux et celles qui ont soumis des candidatures, rendant le travail de délibération du comité de sélection difficile.

N’oubliez surtout pas de vous procurer vos billets, afin d’assister au Gala, animé par l’humoriste et triathlète Maxim Martin et organisé en collaboration avec le Club Espoir Triathlon de Gatineau.

Athlète jeunesse féminin de l’année:

  • Frederique Danis (Triosisko Triathlon)
  • Léa Boucher (Tribut Triathlon)
  • Marika Couture (Club de triathlon Rouge et Or)
  • Shelby Lajeunesse (Tribut Triathlon)

Athlète jeunesse masculin de l’année:

  • Léandre Binette (Trivic)
  • Mathis Beaulieu (Club de triathlon Rouge et Or)
  • Nolan Turgeon (Trivic)
  • Samuel Beaulieu (Club Espoir triathlon Gatineau)

Athlète junior féminin de l’année:

  • Alexandrine Coursol (Club de triathlon Hippocampe)
  • Kamille Larocque (CAMO)
  • Noémie Beaulieu (Club Espoirs triathlon Gatineau)

Athlète junior masculin de l’année:

  • Filip Mainville (Trimégo)
  • Léo Roy (CAMO)
  • Pavlos Antoniades (Trimégo)

Athlète élite féminine de l’année:

  • Amélie Kretz (CAMO)
  • Elisabeth Boutin (CAMO)
  • Karol-Ann Roy

Athlète élite masculin de l’année:

  • Alexis Lepage (Club de triathlon Rouge et Or)
  • Charles Paquet (Club de triathlon Rouge et Or)
  • Jérémy Briand (McGill Triathlon Club)

Athlète professionnelle féminine de l’année:

  • Pamela-Ann Bachelder St-Pierre (Club de triathlon Rouge et Or)

Athlète professionnel masculin de l’année:

  • Antoine Jolicoeur-Desroches (Trimégo)
  • Christophe Busset (Capitale Triathlon)
  • Edmond Roy (CAMO)

Athlète groupe d’âge féminine de l’année:

  • Andrée-Anne Dumont
  • Catherine Vaillancourt
  • Myriam Michaud

Athlète groupe d’âge masculin de l’année:

  • Frédéric Roy
  • Ilrick Duhamel

Club développement de l’année:

  • Bionick Triathlon
  • Triathlon de Laval
  • Tri-O-Lacs

Club adulte de l’année:

  • Bionick Triathlon
  • Capitale Triathlon
  • Club Triathlon Rive-Sud

Entraîneur développement de l’année:

  • Dorothée Chouinard
  • Éric Deshaies
  • Félix Lévesque-Péro

Entraîneur excellence de l’année:

  • Cette année, le prix Triomphe pour l’entraîneur “excellence” ne sera pas remis. Aucun dossier de candidature complet n’a été acheminé.

Événement, niveau régional de l’année:

  • Triathlon de Québec à Ste-Foy
  • Triathlon Jean Coutu de St-Hubert
  • Xterra Tremblant

Événement, niveau provincial de l’année:

  • Triathlon Esprit de Montréal
  • Triathlon de Gatineau présenté par Première Générale
  • Triathlon Duchesnay
  • Xterra Bromont

Événement, niveau international de l’année:

  • Triathlon Mondial Groupe Copley de Montréal
  • Xterra Québec Pan Am Tour 2019

Triathlon Scolaire de l’année:

  • Triathlon Vision – École Vision Québec nord  (Mackenzie Stairs)
  • Triathlon scolaire Beauharnois-Salaberry – Commission scolaire Vallée des Tisserands et Commission scolaire New Frontiers (Pierre Carry)
  • Triathlon nordique des jeunes de la Virée Nordique de Charlevoix – Écoles de la commission scolaire de Charlevoix (Claude Miville)

Officiel-le de l’année:

  • Caroline Gélinas
  • Claude Boivin
  • Yan Therrien

Événement coup de cœur du public pour la saison 2019:

  • Triathlon des Défis du Parc National de la Mauricie
  • Triathlon de Sorel-Tracy
  • Triathlon Duchesnay

 

Le programme provincial de développement 2019-2020 a été lancé les 28-29 septembre dernier à Bromont à l’occasion d’un premier camp d’entraînement. S’adressant à une quarantaine d’athlètes de 14 à 18 ans (âge au 31 décembre 2019) provenant des quatre coins du Québec, ce projet s’inscrit dans le processus qui mène au programme l’Équipe du Québec et aux compétitions de plus grande envergure tels les championnats canadiens et les Jeux du Canada de 2021. Les athlètes et entraîneurs auront l’occasion de participer à divers camps et activités qui leur permettront d’enrichir leur connaissance et leur pratique courante en plus de se préparer aux étapes suivantes du développement de leurs athlètes.

Voici un petit retour sur le camp de Bromont.

Le samedi matin, les athlètes sont accueillis au centre national de Bromont et on se prépare pour une sortie à basse intensité sur la piste cyclable de l’Estriade. C’est l’occasion pour les athlètes de se délier les jambes et de converser tout en admirant les couleurs d’automne. De retour au centre, les athlètes se changent pour une séance de course à pied avec des intervalles. Le préparateur physique du projet, Charles Castonguay, explique l’échauffement avec plusieurs éducatifs et exercices d’activation et de coordination. L’entraîneure Kyla Rollinson prend la relève et dirige la séance qui comprend des efforts sur 1600 et 800 mètres avec comme consigne d’accélérer sur la dernière portion de l’effort. Après cette séance de qualité, les athlètes reviennent au centre pour dîner.

En après-midi, le groupe se séparent en deux. Charles Castonguay explique le premier programme de préparation physique de l’année, que les athlètes peuvent expérimentés. L’autre partie du groupe part rouler… sous la pluie, ce qui ne l’empêche pas de réaliser un bon travail technique de virages et de sillonage sous les instructions de Kyla. Après cette première journée chargée, c’est le temps de socialiser autour d’un souper spaghetti.

La journée du dimanche démarre avec un jogging léger de vingt minutes dans les sentiers avoisinants le centre. Puis, le groupe se sépare à nouveau pour les trois séances restantes du camp. Les athlètes ont l’occasion de faire du vélo de montagne et de travailler leur réflexe et leurs habiletés de pilotage. Ensuite, ils ont l’occasion de suivre un atelier d’initiation à la piste, une première pour la majorité. La conduite d’un vélo de piste est très différente en l’absence de freins et de changements de vitesse mais surtout, à cause de l’inclinaison du vélodrome qui peut être intimidante au début. Tous les athlètes réussissent et prennent goût à cette nouvelle discipline au fur et à mesure que la séance avance et que la confiance se gagne. Enfin, les athlètes réalisent une autre séance de préparation physique avec Charles avec les outils nécessaire pour intégrer le plan dans leur quotidien. C’est ainsi que se termine ce premier camp avec cette cohorte d’athlètes motivés.

Le prochain camp se tiendra à l’Institut national du sport les 18-19-20 octobre. Pour connaître plus de détails sur le projet, cliquez ici. Il est à noter que de nouveaux athlètes seront invités en cours d’année. La sélection des athlètes est basée sur plusieurs critères tels que les résultats des compétitions provinciales, les indicateurs de performances dans les trois disciplines, l’attitude, la progression et l’engagement des athlètes.

La Québécoise Noémie Beaulieu et le Britanno-colombien Aiden Longcroft-Harris ont été couronnés champions de la Série nationale de développement 2019 – une série de courses nationales lancée ce printemps par Triathlon Canada en collaboration avec les organismes provinciaux de sport.

Beaulieu, qui s’entraîne à Gatineau, au Québec, sous la direction de l’entraîneur Eric Deshaies, a été solide dans cette série de 14 épreuves. Son palmarès estival compte des victoires dans les épreuves individuelles et de relais à l’étape d’Edmonton de la série. L’athlète de 15 ans est également montée sur le podium à l’épreuve de la Super ligue de triathlon jeunesse à Ottawa en plus de terminer deuxième au triathlon de la Super ligue de triathlon jeunesse à Jersey.

Longcroft-Harris, de Victoria, a également connu une saison exceptionnelle, tant en sol canadien qu’à l’étranger. Entraîné par l’entraîneur provincial de Triathlon Colombie-Britannique, Kelly Guest, l’athlète de 20 ans a été le seul Canadien à terminer la course du Championnat du monde des moins de 23 ans à Lausanne, en Suisse. Il a également remporté le maillot bleu à la Super ligue de triathlon à Jersey. Cheminant à travers les programmes de Triathlon Colombie-Britannique, Longcroft-Harris a célébré son premier podium CAMTRI en carrière ce printemps au Mexique.

« Nous sommes très fiers du travail de tous les athlètes qui ont participé aux courses cet été, ainsi que de leurs entraîneurs, et du travail que les partenaires provinciaux ont accompli pour assurer le succès de la première année de cette série de courses unique », a déclaré Eugene Liang, directeur de haute performance de Triathlon Canada, qui a ajouté que la série aurait été impossible sans l’engagement bénévole des comités organisateurs et officiels locaux. « Notre plan est de continuer à faire évoluer cette série avec nos partenaires provinciaux dans le but de répondre aux exigences continues de la compétition afin que nos jeunes triathlètes canadiens soient préparés pour une longue et fructueuse carrière élite. »

La Québécoise Claudie Simard, qui a terminé deuxième au total des points, est la gagnante chez les moins de 23 ans. Les efforts de Beaulieu lui ont également valu les honneurs de la catégorie junior féminine.

Longcroft-Harris a également décroché le titre des moins de 23 ans. Un autre Québecois, William Nolet, a remporté le titre masculin junior après avoir terminé deuxième au classement général de la série masculine.

Le total global des points de la Série nationale de développement peut être consulté ici.

Visant à offrir plus d’occasions de courses régionales aux athlètes juniors et moins de 23 ans âgés de 16 à 23 ans qui font la transition vers la compétition ITU en évoluant sur la voie vers le podium de Triathlon Canada, la nouvelle série comportait 14 courses désignées provenant des séries provinciales existantes. La série de courses nationales a offert des occasions de courses régionales pour appuyer le développement des athlètes et des entraîneurs canadiens.

« Cette série de courses de développement a été un pas en avant décisif qui est nécessaire pour accroître le bassin de talents et pour optimiser le succès de la prochaine génération de triathlètes d’élite du Canada, » ajoute Liang. « L’expérience, le contact et les possibilités avantageuses d’entraînement et de course sont essentiels à la progression des athlètes de haut niveau. Grâce à l’appui de nos organismes provinciaux de sport, cette nouvelle série a comblé le vide et a servi d’outil de dépistage des talents pour notre programme national. »

La Série nationale de développement a été conçue pour familiariser les athlètes et les entraîneurs avec le système de l’ITU en y ajoutant une attribution de points semblable à celle de l’ITU, un classement semblable à celui de l’ITU et des formats de course et profils de parcours comme ceux de l’ITU. Elle fonctionne pour les catégories junior et des moins de 23 ans, telles que définies par les règles de l’ITU.

La série a été divisée en un système à quatre niveaux pour déterminer les points et les exigences des courses.

Source: Triathlon Canada

Nos représentants se sont démarqués ce matin à l’épreuve de la Super League à Jersey au Royaume-Uni.

En raison des conditions froides, pluvieuses et venteuses, l’épreuve a été écourtée pour un format natation-vélo-course-vélo-course.

Noémie Beaulieu a obtenu le meilleur résultat de la délégation en montant sur la deuxième marche du podium dans la catégorie jeunesse femme.

Chez les hommes juniors, Pavlos Antoniades, Filip Mainville et Nicolas Harvey ont rivalisé avec certains des meilleurs triathlètes européens en terminant respectivement 5e, 8e et 14e.

Chez les femmes juniors, Alexandrine Coursol réalise une belle 8e place tandis que Kamille Larocque a terminé au 19e rang. Léo Roy et Nicolas Bolouri ont quant à eux pris les 12 et 14e rangs à l’occasion de leurs première course internationale en carrière sur un autre continent.

Chez les professionnels, Claudie Simard devrait faire face à l’élite mondiale pour la première fois. Son parcours s’est arrêté à mi-chemin compte tenu de la règle qui exclut tout athlète qui est à plus de 90 secondes de la tête.

Les athlètes ressortent certainement grandis de cette expérience internationale avec plusieurs apprentissages à intégrer au programme d’entraînement et de développement, au cours des prochaines années.

Résultats complets

La délégation des meilleurs athlètes juniors québécois est arrivée à Jersey au Royaume-Uni cet après-midi. Les athlètes, qui ont été sélectionnés en fonction de leurs résultats aux championnats canadiens et sur le circuit provincial, auront la chance de participer à l’épreuve de la Superleague dans la catégorie junior ou jeunesse ce samedi. Les athlètes côtoieront les athlètes professionnels au cours des prochains jours et de s’aligneront sur le même parcours que ceux-ci pour l’événement. L’épreuve sera disputée sur format enduro,  soit un enchaînement de deux triathlons sans interruption. Le le tout se déroulera sur un parcours très technique dans le port de cette île Britannique en matinée. Les meilleurs athlètes d’une dizaine de pays européens seront du départ.  Claudie Simard, cinquième de l’étape de qualification Superleague d’Ottawa, sera la seule représentante à s’élancer parmi les professionnels en après-midi !

Voici la liste de nos représentants et leur faits saillants cette année :
Professionnelle

Claudie Simard – 5e de l’épreuve de Superleague Ottawa et 7e aux Championnats canadiens élite

Junior femmes (18-19 ans)

Alexandrine Coursol – Championne canadienne en titre et 10e aux Championnats panaméricains juniors

Kamille Larocque – Championne québécoise en titre

Junior hommes (18-19 ans)

Pavlos Antoniades – 16e aux Championnats du monde junior

Filip Mainville – Vice-champion canadien junior et 5e aux Championnats panaméricains juniors

Nicolas Harvey – médaillé de bronze aux Championnats Canadiens Juniors

Jeunesse femmes (15–17 ans)

Noémie Beaulieu – Gagnante de la Coupe du Québec Junior et de la Série Grand Prix chez les juniors

Isla Britton – Médaillée de bronze aux Championnats Canadiens Juniors

Jeunesse hommes (15-17 ans)

Léo Roy – Champion québécois junior et médaillé de bronze aux Championnats Canadiens Juniors

Nicolas Bolouri – 8e des Championnats canadiens juniors

Entraîneur de la délégation

Félix Levesque-Pero – Entraîneur du groupe sports-étude au Club de Triathlon Université Laval, il a conduit plusieurs de ses athlètes sur les podiums de la Coupe Québec Junior et Jeunesse et au titre de Champion des clubs dans l’épreuve de relais par équipe mixte

La québécoise Emy Legault, qui prenait part à la coupe continentale d’Osaka au Japon à terminer quatrième, hier.

Au fil d’arrivée, Legault affichait un chrono total de 1 heure, 3 minutes et 33 secondes, à seulement 2 secondes du podium.

 

Pour voir les résultats détaillés de la course

Dans le cadre du projet de prêt de flottes de vélos, Triathlon Québec à procéder à la distribution de deux flottes dans deux écoles de la région de Saint-Jérôme.

L’École Mariboisé (11 vélos et 11 casques) et l’École Notre-Dame (12 vélos et 12 casques) ont reçu livraison de leurs flottes cette semaine.

Depuis 2016, c’est plus de 330 vélos qui ont été mis en circulation au sein des écoles en milieu défavorisé.

L’objectif de ce projet est de développer chez les jeunes des habiletés motrices, de saines habitudes de vie, une bonne estime de soi et bien sûr, la réussite scolaire.

Investir dans le sport chez les jeunes, c’est investir dans une plus belle société.

D’ailleurs, une partie des fonds recueillis par le Défi 12 heures servira à financer ce programme.

La campagne de financement se poursuit afin d’atteindre l’objectif de 65 000$. Soyez généreux, c’est pour une bonne cause!

Faire un don: https://tinyurl.com/dons-defi12heures

Plus de 310 participants s’étaient donné rendez-vous à Salaberry-de-Valleyfield pour la troisième édition du Défi 12 heures de Triathlon Québec.

Cet événement est une collecte de fonds qui sert à financer le programme Triathlon Scolaire. Tous les dons ramassés vont servir à poursuivre la mission de la Fédération auprès des jeunes, particulièrement en milieu défavorisé, pour l’accessibilité au sport et le développement des saines habitudes de vie.

La météo n’a pas été clémente. Tôt le matin, la pluie s’est acharnée sur le site de l’événement alors que les athlètes procédaient à l’enregistrement et installait leur matériel dans la zone de transition.

Puis au courant de la journée, le vent s’est violemment levé, rendant les tours de vélo plus difficiles.

Mais la communauté québécoise de triathlon en est une de passionnés. Ils n’ont jamais abandonné, gardant leur bonne humeur, leur sourire et leur dynamisme, tout au long des douze heures du Défi!

 

Les exploits sportifs de la journée

  • Triathlon le plus rapide – Homme : Éric Desjardins (37,20)
  • Triathlon le plus rapide – Femme : Claudine Poirier (41,36)
  • Le plus grand nombre de triathlons/duathlon complété – Homme : Billy Lapointe (15 tours)
  • Le plus grand nombre de triathlons/duathlon complété – Femme : Caroline Malloux (13 tours)
  • Équipe ayant complété le plus grand nombre de triathlons/duathlon : Club Espoir 1 (20 tours)
  • Équipe ayant complété le plus grand nombre de tours de course à pied : Les Morneau (48 tours ou 120 km)
  • Équipe la plus dynamique : Club Espoir 1
  • Équipe ayant recueilli le plus gros montant en dons : Sherbrooke (+ de 3500$)
  • Équipe corporative ayant fait le tour le plus rapide : Huub – The Vegan and the Wo (32,09)
  • Équipe corporative ayant fait le plus grand nombre de tours : Huub – The Vegan and the Wo (19 tours)
  • Équipe corporative – 1ere place : Huub – The Vegan and the Wo
  • Équipe corporative – 2e place : MS1-Timing
  • Équipe corporative – 3e place : Les Décathloniens

 

Remerciements

Félicitations à tous les participants. Merci de votre présence et de votre générosité.

Merci à notre porte-parole, Maxim Martin et à sa fille Livia Martin, qui sont d’excellents ambassadeurs du sport et de son accessibilité

Grâce à vos efforts, nous avons ramassé plus de 45 000$ en dons, qui serviront à financer notre programme Triathlon Scolaire. Cela va permettre d’initier encore plus de jeunes au sport et aux saines habitudes de vie.

Triathlon Québec veut prendre le temps de remercier ses partenaires: La ville de Salaberry-De-Valleyfield, Huub, le CCSSQ, Décathlon, Vélo-Station, Enersanté, RINSE, Pro Circuit Endurance, Triathlon de Valleyfield, Lou-Tec et Hôtel Plaza Valleyfield.

Un merci spécial à SS Lacasse pour la conception des t-shirts officiels du Défi 12 heures ainsi qu’à Protocole – Trophées d’exception et Jean-Philippe Caron pour la conception des trophées remis aux gagnants.

Nous tenons également à remercier nos commanditaires: Metro Daoust, Chambre commerce & d’industrie Beauharnois Valleyfield Haut Saint Laurent, Marché Public De Valleyfield, Natation plus, Énergie Cardio, Méchoui Lechasseur Traiteur Divin et Authentique, Microbrasserie Maltéus et Couche-Tard.

Merci à l’équipe de Ms1-Timing pour le chronométrage, à Claude Reid, député de Beauharnois pour sa visite, son allocution et son implication, a notre photographe officiel Jean Roy qui a capté tous les précieux moments de la journée et surtout, un merci exceptionnel à tous les bénévoles qui ont fait un travail remarquable tout au long de l’événement. Votre sourire, votre chaleur et votre dévouement nous permettent de dire aujourd’hui que l’événement a été un succès.

On se retrouve l’an prochain, pour la 4e édition du Défi 12 heures!

La campagne de financement se poursuit afin d’atteindre l’objectif de 65 000$. Soyez généreux, c’est pour une bonne cause!

 

Pour voir les résultats: Cliquez ici!
Pour voir les photos de l’événement: Cliquez ici!

 

 

MERCI AUX PARTENAIRES DU DÉFI 12 HEURES 2019!

Amélie Kretz n’avait jamais pris part à une Coupe du monde aussi relevée que celle de Banyoles, disputée samedi, en Espagne. La Québécoise a finalement pris le 34e rang de la compétition disputée sous la forme de distance sprint (750 m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied).

Il s’agissait d’une course avec « le calibre le plus fort en Coupe du monde jamais vu » par la Québécoise. Après une belle prestation à la natation, Kretz se trouvait à 6 secondes du groupe de meneuses, composé de 7 participantes. « J’ai eu une solide natation et nous étions plus de 45 filles pour la portion en vélo. Tout s’est joué à la course à pied où j’ai connu plus de difficulté et où j’ai le plus souffert », a-t-elle expliqué.

Cette contre-performance pour conclure l’épreuve a coûté cher à Amélie Kretz, qui a stoppé le chronomètre à 58 min 9 s. « C’est décevant comme résultat, mais on passe à la prochaine. »

Ce peloton relevé, digne des Séries mondiales selon Kretz, n’a pas eu d’impact sur l’état d’esprit de la Canadienne durant la compétition. « J’adore me mesurer aux meilleures et je sais que j’ai ma place à l’avant. Ça va venir, je dois juste être plus patiente. »

L’Allemande Laura Lindemann a été la plus rapide avec un temps de 55 min 38 s, suivie par l’Américaine Tamara Gorman (55 min 52 s) et de Flora Duffy (55 min 55 s), des Bermudes.

Amélie Kretz va maintenant profiter d’une semaine de repos avant de reprendre l’entraînement en vue des Coupes du monde qui seront disputées en Asie, en octobre.

52e, Alexis Lepage arrête sa saison

Chez les hommes, Alexis Lepage a pris le 52e rang en raison d’un chronomètre de 52 min 11 s à cette épreuve où son compatriote Tyler Mislawchuk a terminé au pied du podium.

Constamment à l’étranger depuis décembre dernier, l’athlète de Québec a annoncé qu’il mettait un terme à sa saison après cette course. La fatigue physique et mentale ont fait en sorte qu’il était préférable, selon lui, de revenir à la maison pour refaire ses forces.

« Je ne suis vraiment pas content de ma course. Depuis le dernier mois, je ne me sens pas super bien et je vais mettre fin à ma saison pour revenir plus fort. Ces temps-ci, mon corps me dit juste non », a reconnu celui qui n’avait pas complété le triathlon de Lausanne, la semaine dernière, en raison d’une blessure au pied.

Le Français Vincent Luis a remporté la médaille d’or en complétant la course en 49 min 58 s. L’Espagnol Mario Mola (50 min 1 s) et le Hongrois Bence Bicsak (50 min 18 s) sont venus compléter le podium.

« Ce fut une longue saison, la meilleure de ma carrière, même si c’était en dents de scie. Je reste très satisfait d’avoir fait un podium en Coupe du monde, deuxième au relais des Jeux panaméricains et cinquième au relais des Championnats du monde de Hambourg. »

Lepage avait encore trois ou quatre courses à son horaire d’ici la fin de la saison, mais il préfère s’accorder une période de repos.

« Sur Instagram, on n’a pas l’impression qu’un athlète a la vie difficile. C’est souvent loin d’être facile », ajoute-t-il, en parlant du défi que représente maintenir une vie sociale saine lorsque l’on est constamment à l’étranger.

 

Source: Sportcom

 

Malgré des courses difficiles aux championnats du monde à Lausanne, les athlètes québécois repartent de Lausanne avec des apprentissages importants.

Pour certains, les résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes, pour d’autres, la malchance s’est invitée dans leurs courses.

Pavlos Antoniades, Filip Mainville et Alexandrine Coursol ont respectivement terminé 16e, 28 et 48e de leur course alors que Charles Paquet et Alexis Lepage ont été contraint à l’abandon sur chute.

Les exigences du sport et le niveau des compétiteurs évoluent rapidement et le parcours de Lausanne présentait un profil difficile et exigeant.

Dans ce contexte, il devient essentiel de s’adapter rapidement et de se préparer minutieusement pour être compétitif au niveau international. Cette expérience sera assurément bénéfique pour les athlètes et entraîneurs pour les prochaines courses de cette envergure.

Pavlos Antoniades était somme toute heureux de sa performance, lui qui disputait une première épreuve depuis le mois de mars en raison d’une blessure à la hanche.

« C’était bien de revenir à la compétition! J’aurais voulu faire mieux que l’année passée, mais ça reste quand même une bonne performance. J’ai été ralenti par les blessures et je n’ai pas pu m’entraîner autant que j’aurais voulu », a confié Antoniades, qui a terminé à 51 secondes du gagnant, le Portugais Ricardo Batista (55 min 5 sec).

Après un bon départ à la nage, l’athlète de 18 ans a connu quelques difficultés au vélo et à la course à pied, une facette de son sport qu’il n’a pu peaufiner au cours des derniers mois en raison de sa blessure.

« Le parcours de vélo était assez difficile! Il y avait de bonnes montées et la fin était très technique. Ensuite, j’ai manqué d’énergie lors de la course à pied. Ça fait à peine quelques semaines que j’ai recommencé à courir et ça paraît. Il m’en manquait un peu aujourd’hui (vendredi) », a-t-il expliqué, tout en insistant sur les aspects positifs à retirer de cette journée.

« Ça faisait très longtemps que je n’avais pas été dans une compétition et cette course m’aidera à reprendre le rythme. Je suis content d’être de retour. »

« J’avais une grosse douleur à la hanche et je n’ai pas été capable de continuer. C’était impossible de courir », a expliqué le Québécois Charles Paquet, qui s’en sort sans blessure grave.

« Je me sentais vraiment bien! C’est frustrant de ne pas avoir pu tester ma course à pied, mais ça fait partie du boulot. Je vais me reprendre », a-t-il conclu.