Logo-CCSSQ-2011Par Dre Joany Marcotte, chiropraticienne DC

Pour une 4e saison d’affilée, le Conseil Chiropratique des Sciences du Sport du Québec (ccssq.ca) poursuit son partenariat avec la Fédération de Triathlon du Québec afin d’offrir des soins musculo-squelettiques aux athlètes qui prennent part à la Coupe du Québec. En effet, lors des 9 différentes compétitions de duathlon ou triathlon de cette prestigieuse série, une équipe de chiropraticiens sera sur place afin de vous offrir bénévolement des traitements musculo-squelettiques adaptés aux sportifs. Ils pourront également vous référer vers différentes ressources de votre région en plus de répondre à vos questions et de vous donner de précieux conseils sur vos blessures ou la prévention de celles-ci.

Votre chiropraticien est un professionnel de la santé possédant 5 années de formation universitaire, détenant un doctorat de premier cycle en chiropratique. Il est également important de noter que la profession de chiropraticien est reconnue par l’Office des professions du Québec, c’est pourquoi elle relève d’un ordre professionnel dont la principale mission est d’assurer la protection du public. Pour ce faire, l’Ordre des chiropraticiens du Québec établit des normes de pratique que tous les chiropraticiens doivent respecter. De plus, au Québec on retrouve un organisme qui regroupe des chiropraticiens ayant un intérêt axé sur les soins aux athlètes. Il s’agit du CCSSq, le Conseil Chiropratique des Sciences du Sport du Québec. Pour en faire partie, le chiropraticien doit détenir plusieurs certifications et compétences: il doit entre autres avoir suivi le programme court de 2ieme cycle en chiropratique sportive. Cette formation de 2 ans se concentre sur les plus récents développements dans le domaine des soins chiropratiques s’adressant aux athlètes afin d’affiner leur expertise en milieu sportif.

En tant qu’athlète, il est important de connaître les différentes  ressources s’offrant à vous afin d’optimiser vos performances, votre santé et votre qualité de vie. Il est également important d’avoir une prise en charge adéquate et rapide si une blessure survient lors d’une course, et ce par un thérapeute compétent. Plusieurs disciplines de la santé sont excellentes pour ce genre de suivi et c’est le cas entre autres de la chiropratique sportive. Que ce soit pour une douleur, en prévention ou pour optimiser votre condition, nous serons présents pour vous. N’hésitez donc pas à venir nous voir ou poser des questions.

Il s’agit d’un privilège très intéressant pour les membres de Triathlon Québec. On vous invite donc à aller à la rencontre des chiropraticiens qui seront sur place pour vous! Vous pourrez les repérer facilement puisque ceux-ci seront sous une tente rouge adjacente à celle de Triathlon Québec.

De plus, tout au long de la saison, plusieurs capsules au sujet de l’éducation, la prévention et le traitement des blessures en triathlon seront publiées sur le site même de triathlon Québec ainsi que sur leur page Facebook.

Voici en bonus quelques citations d’athlètes évoluant dans différentes disciplines et qui consultent régulièrement leur chiropraticien du sport. Bonne saison à tous!

“..lifting weights and seeing a chiropractor on a regular basis has made me a better golfer. I’ve been going to chiropractors for as long as I can remember. It’s as important to my training as practicing my swing.” – Tiger Woods ­­-  Gagnant de 14 titres majeurs dans la PGA  

“The team wasn’t just riders. It was the mechanics, masseurs, chefs, soigneurs, and doctors. But the most important man on the team may have been the chiropractor.”“The guy who put us all back together was our chiropractor” – Lance Armstrong, 7 fois champion du Tour de France Usain-Bolt

Usain Bolt, l’homme le plus rapide du monde en train de recevoir un traitement par son chiropraticien.

“You obviously can’t compete at your fullest if you’re not in alignment. And your body can’t heal if your back is not in alignment. Every track and field athlete that I have ever met has seen a chiropractor at one time or another. In track and field, it is absolutely essential. Chiropractic care is one of the things I think that no one has denied or refuted” – Dan O’Brian, Médaillé d’or au Olympique – Decathlon

” …as long as I see the chiropractor, I feel like I’m one step ahead of the game.” – Tom Brady, New England Patriots, 4 fois champion au Superbowl et nommé 3 fois   Superbowl MVP

“I didn’t know how much I could improve until i started seeing a chiropractor. Since I’ve been in chiropractic, I’ve improved by leaps and bounds both mentally an physically.” – Michael Jordan, Champion de Basket Ball

“Bodybuilders and fitness people have been using chiropractic very extensively in order to stay healthy and fit. I found it was better to go to a chiropractor before you get injured. We are a perfect team – the world of fitness and the world of chiropractors.” – Arnold Schwarzenegger, 7 titres de Mr. Olympia.

 10454071_745868082139870_4949012164464683683_o

Liens et Références:

Conseil Chiropratique des Sciences et du Sport du Québec

Page Facebook du CCSSQ

Association des chiropraticien du Canada

Association des Chiropraticien du Québec

Ordre des Chiropraticien du Québec

 

Dre Joany Marcotte,

Chiropraticienne

Coordonnatrice provinciale pour le Partenariat CCSS(Q) – Triathlon Québec

 

L’Aqua complexe de Drummondville innove avec une zone de transition sécuritaire aux abords de la piscine.  De mai à septembre, il sera dorénavant possible de pratiquer les enchaînements nage, vélo et course à pied.

Il suffit d’apporter votre maillot, votre vélo et vos chaussures et d’installer votre équipement dans la zone de transition sur la promenade de la piscine  prévue à cet effet.  Cette nouvelle aire vous permettra d’accéder à l’extérieur du complexe à même le bord de la piscine.

Les athlètes peuvent maintenant mieux se préparer aux transitions que demande le triathlon de façon concrète et réaliste.

Chapeau à l’Aqua complexe de Drummondville pour cette merveilleuse innovation!

Bon entraînement et bonne saison.

Aqua_complexe_Drummondville

Horaire et coût : https://www.piscinesdrummondville.com/nouveau-transition-triathlon/

Coordonnées :

Aqua Complexe :  1380, Montplaisir, Drummondville (Québec) J2C 0M6
Téléphone : (819) 477-1063
Télécopieur : (819) 477-4731
info@piscinesdrummondville.com

Ça y est, les conditions sont bonnes. On peut maintenant commencer à profiter pleinement de l’hiver! Près de 15 événements de triathlons d’hiver se tiennent cette saison, un peu partout au Québec. Vous n’avez plus aucune excuse pour vous lancer dans l’aventure!

Picture 10589La course en raquette, un nouveau sport, fraîchement dépoussiéré du grenier

Vous savez courir? Vous faites ou vous avez déjà fait de la course à pied? La course en raquette, c’est presque la même chose! Sauf qu’on court sur un tapis de neige mou, qui absorbe les chocs. On utilise ses chaussures de course sur lesquelles on fixe une paire de raquettes spécialement conçue pour la course, qui sont à la fois rigides et légères, et dont les prix débutent à 150$. Voyez 10 raquettes d’entraînement testées sur le terrain. Nous pouvons dire sans réserve que c’est un sport accessible!

lame nordiqueLe patinage, avec des patins de hockey, de vitesse ou… des lames nordiques?

Les lames nordiques sont des lames de patins qui s’installent directement sur vos bottes de ski de fond en quelques secondes. Elles permettent de gagner une peu de temps lors de la transition de l’étape patin, et elles peuvent également vous faire économiser sur l’achat de patins de vitesse, car il est possible d’en trouver pour aussi peu de que 50$ sur certains sites Internet de l’autre côté de la frontière, alors que de plus en plus de boutiques au Québec offrent à bons prix ces “Nordic clip-ons”. Plusieurs gammes de qualité et de prix sont disponibles. Vérifiez la compatibilité des lames sur vos bottes.

Sinon, utilisez vos (vieux) patins de hockey pour faire la distance! La sensation de glisse et de vitesse sur la glace sera au rendez-vous!

Ski de fond classique ou pas de patin (skate)

Les deux styles sont possibles, le style classique est probablement le plus facile, il se rapproche du mouvement de la course à pied, et le style libre (en pas de patin), est plus rapide. Alors tout dépend de vos objectifs, vitesse et/ou plaisir!?

Motivation

Quand on additionne ces trois sport, cela donne le triathlon d’hiver, nouveau format, maintenant reconnu officiellement par l’Union Internationale de triathlon. Est-ce que c’est un sport accessible? Chaque sport pris séparément l’est. Combinés, l’enchaînement de ces trois sport relèvent le défi, c’est certain. En entraînement, on commence un sport à la fois, et en compétition, on les met tous ensemble pour vivre une expérience unique en son genre.

Le triathlon d’hiver, c’est la pratique de trois sport purement hivernaux et d’endurance, une discipline qui se développe à son rythme, les adeptes provenant de différents horizons. C’est par exemple une option intéressante pour les adeptes du triathlon “d’été” qui souhaitent continuer leur saison d’entraînement extérieur et de compétition pendant l’hiver! Et c’est aussi un bon défi pour les coureur, patineur et skieurs!

Je vous suggère cette vidéo qui saura sûrement vous motiver. Bon hiver!

Parmi celles qui retiennent notre attention, le triathlon d’hiver nouveau format (3S) est approuvé et reconnu officiellement sous la règlementation développée par Triathlon Québec.

Les règles de sillonnage à vélo pour les groupes d’âge sont aussi introduites, et les restrictions techniques pour le matériel des groupes d’âges sont différentes que celles des élites. La question des vélos de contre-la-montre (CLM) que la grande majorité des triathlètes groupe d’âge utilisent actuellement et la règlementation des vélos pour rouler de façon sécuritaire en peloton demeure névralgique. Également, l’aspect de sécurité lié aux compétences techniques nécessaires pour rouler en peloton reste encore flou. Autre fait à noter concernant les futures courses de groupe d’âge avec sillonnage, les aérobarres et les roues pleines ne seront pas permises. Voyez à ce sujet quelques informations à la page 27.

Ci-dessous la communication complète de l’ITU.

Prior to the ITU offices closing for the remainder of 2014 on December 19, ITU would like to share some important final decisions ahead of the New Year. Please note that all ITU offices will re-open on January 7, 2015.

2015 Competition Rules

ITU recently published the 2015 ITU Competition Rules, which will take effect on January 16, 2015. While several changes were made, ITU would like to direct your attention to some important modifications.

–  Drafting penalties will now be identified and issued with a blue card for both elite and age group competition

–  There will no longer be a limitation on sponsor logos on helmets

–  Draft-legal age group rules will be introduced, namely less bike specification for age groupers than elites and drafting between opposite genders will not be permitted.

–  Elite drafting zones will be set at 12m, while age group drafting zones will be 10m

–  The S3 Winter Triathlon format has been approved (snowshoeing – skating – cross country skiing)

–  The Interval Start System will be used for the paratriathlon PT5 sport class

–  The classification process will determine the allowance of using up to one handler for each paratriathlete in the PT2, PT3 and PT4 competitions

–  The paratriathlon quota distribution for ITU events among the different sport classes has changed. Please refer to Appendix E12, page 111.

–  Scoring for the various levels of paratriathlon events has also been modified and ITU will recalculate rankings with the new figures for all events from January 2014.

For the 2015 ITU Competition Rules, click here.

For the 2015 Paratriathlon Classification Rules and Regulations, click here.

Paralympic Qualification List
The ITU Paralympic Qualification List has also been determined and posted here. Qualification will begin July 1, 2015 and will continue until June 30, 2016.

Barry Siff elected to ITU Executive Board

USA Triathlon’s Board of Directors President Barry Siff was elected to serve as a pro tem elected ITU Board Member. Siff will fill the position until the ITU 2015 Congress when all voting member National Federations will have the opportunity to submit a candidate for election. All 15 Executive Board seats will be up for re-election at Congress in 2016, with the four-year term lengths in line with the summer Olympic quadrennial.

New Anti-Doping Rules implemented
New Anti-Doping Rules, which coincide with the WADA Code, which will go into effect 1 January, 2015. Most notably amongst those are the following:

– Longer bans: Deliberate doping is now punished with a four-year ban

– Stringent approach: Unintentional doping will be punished in many more cases with a two-year ban or more

– Whereabouts: The time frame for three filing failures and/or missed tests is reduced to 12 months, from 18 months

Disciplinary Panel

Following recommendations from its Constitution Committee, the Executive Board voted to introduce a new disciplinary panel that will be formed independently of ITU. The disciplinary panel will be responsible for reviewing various sanctions and violations.

Approved Positions

ITU would like to congratulate Mrs. Marguerite Christophers on the approval of her position as ITU Head of Classification. In 2015, ITU will also seek a Deputy Head of Classification of ITU. ITU would also like to congratulate Dr. Sergio Migliorini and Dr. Doug Hiller for their appointments as medical delegated for the Olympic Games and Paralympic Games, respectively.

Technical Officials
ITU would also like to congratulate the Japanese Triathlon Union and the Austrian Triathlon Federation on their Technical Officials education programs receiving ITU accreditation. These two federations will join seven other federations that already make up the ITU-ATOEP program. More information can be found here.

Nous reprenons ici les conseils émis par des triathlètes sur notre par page Facebook, dans l’ordre de publication. La question posée était la suivante: quels seraient vos 3 meilleurs conseils pour commencer le triathlon?

Jean-François: Commencer par faire un triathlon “sprint” d’abord… Pas un “Ironman”.

Marie-Christine: Je n’avais jamais fait de triathlon avant mon premier 1/2 Ironman Mont Tremblant et je n’avais jamais nagé plus qu’une largeur en piscine 9 mois avant l’événement…Pas de coach personnel dans mon cas, mais bien de la volonté, un excellent mental, un horaire flexible et un chum conciliant et surtout du plaisir.

Jonathan: Oser! Tout le monde peut le faire, ce n’est pas seulement pour les élites.

Maxime: Commencer par apprivoiser (lire: avoir du fun) les 3 sports et ensuite, se faire expliquer par quelqu’un qui l’a déjà fait, comment ça se passe les transitions et les postes de ravitaillement. Et commencez par un triathlon sprint! J’ai bien aimé celui de Ste-Thérèse: parfait pour les nouveaux.

Alex Sereno: Un bon coach…c’est essentiel #déformationprofessionnelle

Anne-Marie: S’acheter un maillot, un vélo et des souliers de course et les utiliser.

Bob: Tout le monde peut le faire. Ça demande un engagement personnel envers soi même. De la discipline et de la persévérance. Du temps pour l’entraînement. Une bonne force mentale. Prenez des conseils de vos proches qui pratiquent ce sport et sur le net. Commencer petit avec un triathlon sprint genre Triathlon Esprit de Montréal. Et comme le goût va vous venir avec l’usage, vous voudrez augmenter le niveau de difficulté et de challenge Si après quelques mois ou années l’idée vous pogne de faire un demi ou un full ironman, à ce moment ça prend une gros “commitement” envers vous même et de votre conjointe ou conjointe si vous en avez un. je viens de vous résumer ma vie des 5 dernières années

JP: Patience, assiduité/constance, encadrement/technique

Alain: Euh, faire du duathlon

Gilles: un club, un bon coach et devenez membre de TQ et commencez par un petit objectif sur un parcours favorable. Je connais une dame qui a commencé à tremblant et qui marchait a coté de son vélo dans les côtes, car elle ne comprenait pas ses vitesses ah ah. Il faut aussi pratiquer son sport le plus faible 2X plus que son sport préféré.

Fabrice: qu’il n’ait pas peur de se qui l’attend https://www.comptoir-du-triathlon.com/decouvrir-le-triathlon/

Vous pouvez également lire les trois conseils de Alex Sereno, ex-coach de Kathy Tremblay, dans notre bilan 2014. Regardez la diapositive intitulée “3 conseils pour commencer”.

Et vous trouverez l’intégralité des conseils ici sur notre page Facebook. N’hésitez pas à poser vos questions ou bien ajouter vos conseils!

Chiropratique du sport – Par Joany Marcotte, chiropraticienne DC 

Cet été, pour une troisième année consécutive, Triathlon Québec a maintenu son association avec le Conseil de Chiropratique des Sciences et du Sport du Québec (CCSSQ) afin d’offrir un service de chiropratique sportive gratuitement aux athlètes lors des épreuves de la Coupe Québec. Cette démarche se voulait un service aux athlètes afin de leur permettre une meilleure optimisation de leur performance en ayant accès rapidement à des personnes ressources en cas de besoin (traitements, questionnements, conseils, etc.). Le triathlon est un sport d’endurance, de persévérance et de discipline. Beaucoup de facteurs peuvent influencer notre performance, mais un des facteurs clé est une fonction optimale de notre corps, de ses muscles, de ses articulations, de sa bonne activation neuro-musculaire, bref d’une biomécanique parfaite.

Un chiropraticien est un professionnel de la santé possédant 5 années de formation universitaire incluant un doctorat de premier cycle. De plus, plusieurs chiropraticiens possèdent également une formation de deuxième cycle en chiropratique du sport.  Ses études en biomécanique et sa connaissance approfondie des structures anatomiques en font donc un professionnel très efficace dans les soins et la prévention des blessures articulaires.

Cette année plus de 350 athlètes ont consulté nos différents chiropraticiens bénévoles lors des différentes compétitions. La réaction fut unanime de la part des athlètes: un service plus qu’apprécié! Suite aux traitements, les athlètes ont tous quitté avec sourire et reconnaissance.

Plusieurs de ces athlètes nous ont témoigné leur gratitude suite au traitements reçu. Ces différents soins ou traitements ont fait parfois une différence énorme pour plusieurs athlètes professionnels ou amateurs. Pour certains c’était une lueur d’espoir au départ le matin de la compétition alors qu’une blessure est survenue dans l’entraînement de la veille. Pour d’autre c’était un deuxième souffle dans une zone de transition difficile ou encore c’était un havre de soulagement à la fin de la compétition alors que le corps ne veut plus obéir du tout puisque l’athlète a tout donné.

Voici à cet effet quelques témoignages d’athlètes de différents niveaux en triathlon ou marathon qui ont fait l’expérience du service offert des chiropraticiens sur place et qui relate l’importance d’une bonne prise en charge par des professionnels de la santé spécialisés afin d’atteindre une bonne performance en sport et une santé optimale.

photo manonManon Lafrance, marathonienne et triathlète. 

Mon garagiste me suggère toujours de faire des inspections sur ma voiture pour ma sécurité. Et je l’écoute !

Il est naturel pour moi en tant que nouvelle triathlète et marathonienne de consulter des professionnels de la santé pour m’assurer que mon bolide corporel me rende à toutes les lignes d’arrivées !

Je crois en la prévention. Quelques ajustements sur ma structure me permettent de faire des entraînements efficaces et ainsi m’assurer d’avoir du plaisir dans mes activités.

Je ne performe pas pour les podiums, je ne suis pas et ne serai jamais une professionnelle du sport. Suis-je une athlète ? Entendons-nous sur le fait que je suis une personne active de plus de 40 ans et je me souhaite de conserver cette passion du mouvement encore bien des années . Merci aux professionnels de la santé qui s’occupent de moi avant et après mes compétitions. Ils font partie intégrante de la recette gagnante: celle du bonheur sportif!

On peut changer de voiture selon nos goûts et nos besoins. On a le devoir de respecter et d’entretenir notre corps et notre âme, dans le fond il faut prendre soin de nous !

N’hésitez pas à les consulter, il sont là pour vous! 

photo francois 4François Dufresne, 38 ans, marathonien et triathlète IRONMAN.

L’an dernier, j’ai fait la découverte de la chiropratique sportive. L’approche, les méthodes et la façon d’expliquer en quoi consiste notre machine (corps humain) a complètement changé ma façon de penser envers la chiropratique. Je fais de la course depuis 5 ans, du Cross-Training depuis 2 ans et du triathlon depuis 1 an. 

J’ai eu plusieurs problèmes au niveau de la cheville gauche (déchirure ligamentaire partielle) ainsi qu’au niveau du biceps droit. Heureusement mon thérapeute me permettait toujours d’adapter mes entraînements au travers de mes traitements afin de conserver mes acquis. Après quelques traitements et une analyse biomécanique de ma course, ma cheville a retrouvée sa fonction maximale. Ma poussée de la foulée à la course est passée de 35% à la jambe gauche et 65% à la jambe droite à 50%-50% (égale des deux côtés).

Il y a un an, je décidai de commencer le triathlon. Sans hésiter je m’inscris au full IRONMAN du Lake Placid en juillet 2014. Depuis ce jour, dû aux nombreuses heures d’entraînements, je consulte par prévention mon thérapeute et ce même sur le terrain juste avant une compétition. Mes performances et ma santé sont constamment en amélioration. Tous ces bons conseils et excellents traitements de chiropratique sportive  m’ont permis d’aller plus loin et de terminer avec succès mon premier IRONMAN!

Merci à vous chiropraticiens bénévoles!!

photo benoitBenoit Lagimonière, Marathonien 

Du à des embolies pulmonaires multiples j’ai été contraint d’abandonner le hockey sur glace. C’est en suivant un programme pour garder la forme et à cause de ma sœur qui en faisait que j’ai découvert la course à pied. Je cours depuis environ 2 ans et demi et j’ai à mon actif quelques 5 et 10 km ainsi que 3 demi marathon et un marathon complet. Suite à 2 demi marathon en peu de temps, lors d’une sortie de course relaxe, j’avais un inconfort sous le pied. En lisant dans les livres et sur internet je croyais en une fracture de stress. Il est facile en regardant tous ces sites de dire ”oui j’ai ces symptômes, je dois avoir cette problématique” et de finalement passer à côté de quelque chose de plus sérieux. Il est donc important d’avoir l’avis de spécialiste afin d’avoir le bon diagnostic et donc le bon traitement. 

De mon côté, lorsque j’ai eu cet inconfort j’ai consulté une spécialiste en chiropratique sportive qui faisait des traitements sur le terrain. Il est important d’avoir pleinement confiance en son spécialiste. Je ne me gêne pas et je lui dis tout et je m’attends à la même chose de sa part en retour. Le but est de bien guider le ou la thérapeute pour avoir le ou les meilleurs diagnostics et traitements possibles. En bref, c’est important d’être bien suivi si on veut continuer à s’amuser et à performer. La Chiropratique sportive m’apporte cette confiance et cette liberté, car souvent en médecine traditionnelle on nous dit souvent d’arrêter notre sport au lieu d’essayer de  trouver la cause et de travailler autour de la blessure. Donc je dis n’hésitez pas à consulter et soyez à l’écoute de votre corps. C’est notre machine et il faut bien l’entretenir.

Chiropratique du sport – Prévention et traitement des blessures en triathlon
Chronique 5

Par  Dre Isabelle Malette et Dre Joany Marcotte
Chiropraticiennes, D.C

spipCapture d’écran 2014-10-22 à 09.28.29Capture d’écran 2014-10-22 à 09.30.38L’analyse du mouvement occupe bien des chercheurs depuis des décennies.  Les caméras, les marqueurs de position infrarouges, les plates-formes de force sophistiquées, les logiciels d’analyse des laboratoires de biomécanique permettent de détailler l’exécution dynamique des gestes sportifs. On nomme cinématique la science qui étudie les mouvements en fonction du temps sans se soucier de leurs causes (définition du Larousse).  L’utilisation de cette haute technologie permet aux équipes de recherche de mieux comprendre les mouvements, de modéliser les actions des segments articulaires du corps et même de faire des simulations de gestes sportifs en y modifiant la technique ou certains paramètres liés à l’athlète.

Sans prétendre s’approcher de ce niveau d’analyse, on peut quand même vous proposer un outil simple que vous avez  à portée de main pour observer vos mouvements en  mode dynamique. Plusieurs applications mobiles pour tablette ou téléphone intelligent peuvent vous servir à enregistrer un vidéo de vos gestes sportifs. Les applications SIMI, COACH’S EYE ou UBERSENSE en sont quelques exemples.  Les fonctions telles que : l’effet spécial ralenti, le mode comparaison, les mesures d’angles, l’enregistrement audio de rétroactions, etc.,  peuvent être ensuite utilisées par votre chiropraticien (ou autre thérapeute qualifié) et votre entraîneur pour évaluer votre exécution du mouvement.


biomecanique-fouleeLe mouvement est le résultat de plusieurs actions exécutées par des groupes de muscles spécifiques activés selon une séquence précise régulée par le système neuromusculaire. Des dysfonctions articulaires, musculaires et neurologiques peuvent engendrer des mouvements erronés.

Les douleurs à la hanche, au dos, aux genoux ou aux épaules sont des complaintes souvent entendues par les thérapeutes dans le milieu sportif. Le triathlon n’y échappe pas. La nage, le vélo et la course sont trois sports avec un niveau élevé de mouvements répétitifs. En effet, lors d’un IRONMAN vous pouvez effectuer plus de 40 000 pas à la course, 28 000 tours au vélo et 6000 coups de bras à la nage. Maintenant, imaginez l’impact qu’un mouvement qui n’est pas effectué correctement peut avoir sur le corps après autant de répétitions!DSC_0085

Logo-CCSSQ-2011Dre Isabelle Malette et Dre Joany Marcotte,
Chiropraticiennes, D.C
CCSSq

Nous vous présentons le dossier de la semaine de l’émission de télévision Une pilule, une petite granule. Dossier très pertinent, vous y apprendrez probablement beaucoup! Bon visionnement.

Cliquez ici.

“Depuis quelques années, on voit apparaître plusieurs nouvelles épreuves sportives extrêmes : ultramarathons, courses dans le désert, Ironman. À Mont-Tremblant, par exemple, un demi-Ironman a eu lieu cet été. Au programme : 2 kilomètres de natation, 90 kilomètres de vélo et 21 kilomètres de course à pied. Face à la prolifération de ces événements sportifs extrêmes, certains se demandent si l’entraînement intensif exigé par ce type de compétition n’est pas néfaste pour la santé.”

Chiropratique du sport – Prévention et traitement des blessures en triathlon – Chronique 4

Par Dre Joany Marcotte
Chiropraticienne, D.C

Une des blessures la plus fréquemment rencontrée, principalement dans la portion natation, est la tendinite de la coiffe des rotateurs. Elle est  souvent appelée l’épaule du nageur. Toutefois cette problématique se retrouve également dans les blessures dites “quotidiennes”. 

Laissez-moi vous éclairer sur cette condition !

Débutons avec un peu d’anatomie et de physiologie.

Capture d’écran 2014-08-01 à 10.51.57

L’épaule est l’articulation du corps ayant le plus d’amplitude de mouvement en terme de degré. Il s’agit également de l’articulation la plus instable. En effet, l’articulation gléno-humérale est trop disproportionnée. La tête de l’os huméral est trois fois plus grosse que la cavité dans laquelle elle s’insère (voir image ci-contre).  La stabilité doit donc être assurée par d’autres structures tel que la capsule articulaire, le labrum et plus particulièrement les muscles.

Capture d’écran 2014-08-01 à 10.57.14Parmi l’ensemble de ces muscles, on en retrouve 4 qui forment ce qu’on appelle la coiffe des rotateurs. Il s’agit du supra-épineux, du infra-épineux, du petit rond et du sous-scapulaire (voir image ci-contre). Le muscle le plus souvent blessé parmi les 4 est le supra-épineux étant donné la position anatomique de son tendon. Bien sûr, plusieurs autres muscles peuvent être impliqués et sont à considérer dans cette problématique.

La blessure

Le mécanisme de blessure est simple. Il s’agit de mouvements répétitifs (surtout au dessus des épaules) ou de surutilisation. En natation, c’est souvent les mouvements de rotation des bras au dessus de la tête (passage hors de l’eau) qui sont répétés à maintes reprises. Et le muscle le plus souvent affecté par ce geste est le supra-épineux.

Plusieurs facteurs peuvent influencer, voire mener à cette problématique. En voici quelques uns:

  • nombre d’heures et distance d’entraînement effectués par semaine.
  • mauvaise technique de nage
  • fatigue
  • manque de souplesse
  • mauvaise gestion des principes d’entraînement (intensité, volume, repos, etc.)
  • manque d’échauffement
  • surcharge
  • blessures antérieures
  • mauvaise posture de sommeil
  • mauvaise alimentation ou hydratation

 

L’évolution

Capture d’écran 2014-08-01 à 10.58.51Lorsque le tendon du muscle supra-épineux passe dans sa partie sub-acromial (sous l’os acromion) de façons répétées, il peut se produire une irritation. Ceci provoque une inflammation puisque le corps va tenter de venir ”réparer” cette irritation, ce qui est une bonne chose en soi.  Vous avez ici la forme aigue : la tendinite.

Toutefois, cette ”réparation” du corps consiste à  créer un nouveau tissu plus fibreux et épais nommé tissu cicatriciel, ce qui mènera à une augmentation de l’épaisseur du tendon et provoquera des adhésions entre les différents tissus. La chronicité s’installe et l’inflammation diminue; c’est la tendinose. Ceci diminue l’espace libre pour le tendon, il a donc moins de place pour bouger puisqu’il est écrasé sous la voûte de l’acromion ce qui conduit au syndrome d’accrochage; caractérisé par un mauvais glissement du tendon lorsque les bras sont au-dessus des épaules. Il en résultera de la douleur et une perte d’amplitude de mouvements. Il faut également mentionner qu’à un endroit spécifique du tendon du supra-épineux, on retrouve une zone ayant une mauvaise irrigation sanguine (ne reçoit pas ou pratiquement pas de sang). On appelle cet endroit la zone critique. Cela rend donc la réparation encore plus difficile.

Si la situation n’est pas corrigée, le processus se poursuit et on observe alors une diminution dans l’apport d’éléments nutritifs ou d’oxygène à notre tendon.  Le problème tend donc devenir  chronique, s’étend à d’autres muscles et ainsi rend la guérison plus difficile.

Quels sont les symptômes ? 

Les symptômes prennent longtemps avant de se manifester. Le plus souvent lorsque ceux-ci surviennent, le problème est déjà bien installé. Lorsqu’ils se manifestent, ils se caractérisent le plus souvent par une douleur antérieure et latérale à l’épaule qui débute de manière insidieuse c’est-à-dire tranquillement, sans traumatisme apparent.  

Les activités au-dessus des épaules vont augmenter la douleur. La douleur peut être présente la nuit. Vous pouvez avoir de la difficulté à faire une abduction complète (élévation du bras sur le côté) ou encore une rotation externe de l’épaule (ex: action de se coiffer). Des engourdissements sont parfois présents le long du bras jusqu’au coude.

Dans les stades plus avancés, le patient peut ressentir une perte de force.

Traitements

  • L’approche thérapeutique utilisée par votre chiropraticien (ou tout autre thérapeute sportif) devra cibler 4 éléments :
  • calmer la phase aigue de la tendinite
  • réparer les tissus
  • renforcer ou étirer certains muscles de l’épaule
  • corriger la mécanique afin d’éviter la récidive

Ces traitements comprendront :

Travail des tissus mous (fascia, muscles, tendons, capsule, nerfs) et ce à l’aide de plusieurs méthodes différentes tels que Active Realease Technique (A.R.T), Graston (traitement fait à l’aide d’instruments brevetés fait d’acier inoxydable), des points gâchettes (pression ischémique), des frictions transverses, des massages profonds, du kinésiotape (bandage proprioceptif) etc. Toutes ces modalités de traitement auront pour but de diminuer la douleur et les adhésions présentes dans les muscles. Cela permettra également de relâcher les muscles et les spasmes musculaires protecteurs spécifiques.

Des manipulations ou ajustements articulaires de l’épaule et de la colonne vertébrale peuvent également être effectués afin de redonner une amplitude et un mouvement optimal.

Plusieurs exercices et conseils d’ergonomie pourront être donnés au patient afin de retrouver des amplitudes de mouvements complètes, de diminution de la tension au niveau musculaire et afin que celui-ci participe activement à sa guérison et évite ainsi une récidive.

Un programme de réhabilitation de l’épaule avec des exercices spécifiques de renforcement et de proprioception/stabilisation peut par la suite être fait par le thérapeute ou en suivi conjoint avec un kinésiologue afin de s’assurer d’un bon retour aux activités. Des exercices spécifiques au sport peuvent ensuite être faits dans les phases finales de la réhabilitation.

Il s’agit donc d’un processus spécifique et personnalisé car chaque blessure est différente et chaque personne l’est tout autant. Il faut s’adapter et composer avec les facteurs présents.

Voici quelques conseils rapides si vous avez une tendinite de la coiffe des rotateurs: diminuez le papillon, car il prédispose plus à l’accrochage, diminuez le volume d’entraînement et évitez une trop grande intensité dans l’entraînement surtout en phase aiguë.

Vous pouvez aussi consulter :

La chronique sur le traitement des blessures aiguës.

La chronique sur la prévention des blessures sportives.

Joany Marcotte, Chiropraticienne

Coordonnatrice provinciale pour le Partenariat CCSS(Q) – Triathlon Québec

Bibliographie:

Mya Lay Sein et al, Shoulder pain in elite swimmers: primarily due to swim-volume-induced supraspinatus tendinopathy, british journal of sports medicine, 2010: 44, pp 105-113.

Pnbicevic et al., Rotator cuff impingement, Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, Volume 27, Number ?, 2005, pp 80-590

Andreas H. Gomoll et al., Rotator Cuff Disorders Recognition and Management Among Patients With Shoulder Pain, arthritis and rheumatism, Volume 50, Number 12, December 2004, pp 3751–3761

Le positionnement sur vélo est à la fois un art et une science ; un feeling et des mesures. Il est impératif que le vélo s’ajuste à la morphologie du cycliste et non l’inverse. Cette pensée a permis à plusieurs d’élaborer des méthodes pour calculer la hauteur de selle optimale. Cette mesure exacte promettant ainsi d’éviter les blessures et d’optimiser la performance.

Je désire dans ce texte m’attarder uniquement à la hauteur de la selle car c’est l’un des éléments crucial du positionnement, que vous soyez triathlète, cycliste de route ou de montagne. Je vous propose donc de vous résumer le fruit d’une revue de littérature effectuée par une équipe de chercheurs néo-zélandais qui ont recensé plus de 62 études sur le sujet.

 Méthode de calcul

 Il semble populaire de mesurer la longueur de l’entre-jambe et d’y accoler un pourcentage ou un facteur d’équivalence. Plus d’une dizaine de méthodes sont utilisées, nous parlerons de deux d’entre elles, la méthode Lemond et celle du talon.

La méthode Lemond détermine la hauteur de selle en multipliant par 88,3% la longueur de l’entre-jambe. Le résultat obtenu est ensuite mesuré entre la selle et le centre de l’axe du pédalier. Cette méthode empirique ne tient pas compte des longueurs de manivelles, ce qui peut induire plus ou moins de flexion au niveau du genou.

triathlonrace

La méthode du talon sur la pédale pourrait alors combler ou contre-vérifier cette méthode. Dans cette méthode classique et instinctive, le cycliste dépose le talon sur la pédale lorsque celle-ci est en bas, en continuité avec le tube de selle: un genou tendu indiquerait alors une bonne hauteur de selle. Encore une fois, cette méthode ne s’attarde pas aux multiples combinaisons de longueur de fémur vs tibia ou encore des différents types de pédalage ou encore la longueur des pieds du cycliste.

 C’est en comparant ces méthodes et plusieurs autres que l’idée de mesurer le degré de flexion du genou est apparue. Cette mesure s’effectue lorsque la pédale est en bas, au point mort. Il s’agit de conserver un angle de flexion de 25-30 degrés (ou 150-155 degrés lorsque rapportée sur 180 degrés) au niveau du genou, la mesure se prenant comme sur l’image ci-contre. Cette flexion permet d’éviter les blessures communes au genou et assurerait une efficacité mécanique maximale. En plus, elle tient compte des techniques de pédalage variées ainsi que des différences individuelles (flexibilité des chevilles, longueur des pieds, etc.).

ccssq 10

Mesure de l’angle de flexion du genou, tirée de www.slowtwitch.com

Il vous faudra par contre être deux pour bien effectuer la mesure. Il sera préférable de faire cette dernière après avoir pédalé quelques minutes, question de délier les ischio-jambiers qui s’assoupliront au cours de l’échauffement.

L’effet de la hauteur de la selle a bien évidemment fait l’objet d’études sur l’économie du pédalage. Lors d’efforts sous-maximaux, le respect d’un angle de flexion du genou de 25-30 degrés permet de «faire le travail» à moindre coût (Vo2 nécessaire moins élevé) ; un autre point en faveur de cette mesure ! Une variation à la hausse ou la baisse de 5% de la hauteur de la selle peut résulter en une variation de 25% de l’amplitude de flexion du genou et faire varier de 25 à 50% l’amplitude de mouvement de la cheville !

 Et les blessures dans tout ça ?

Le genou subit d’importantes forces de compression lors du pédalage, notamment si l’angle de flexion du genou est trop élevé, ce qui se produit lorsque la selle est trop basse. L’activation musculaire des divers groupes musculaires semble également plus élevée lorsque la selle est plus basse, ce qui peut contribuer à une force de compression supplémentaire, donc nuisible.

En définitive, la méthode du calcul de la flexion du genou apparaît donc avoir tous les atouts : l’efficacité du pédalage et moins de force de compression au niveau du genou !

Comme on dit : «cassez-vous pas l’bécik !»

Bon vélo !

Nadia Richer

Chiropraticienne

Professeure clinicienne,

Département de chiropratique, U.Q.T.R.

Référence :

Bini, Hume & Croft, Effect of Bicycle Saddle Height on Knee Injury Risk and Performance, Sports Med 2011; 41 (6): 463-476