Articles

Amélie Kretz, Alexis Lepage, Matthew Sharpe et Desirae Ridenour ont terminé 16es, samedi, lors du relais mixte de la Qualification olympique mondiale de triathlon qui se tient à Tokyo, au Japon.

Les Canadiens n’ont jamais été dans le coup lors de cette course, eux qui ont franchi la ligne d’arrivée avec plus de 4 minutes de retard sur les gagnants, les Français (1 h 26 min 33 s). Ces derniers ont tout juste devancé les Britanniques (1 h 26 min 33 s) lors du sprint final. Les Américains (+36 secondes) ont pour leur part complété le podium.

« Honnêtement, nous avons donné tout ce que nous avions aujourd’hui (samedi) », a lancé Alexis Lepage d’entrée de jeu, sans toutefois se défiler au sujet de la contre-performance de sa formation. « C’est sûr que c’est loin d’être le résultat espéré ! Nous avions de meilleures attentes, mais nous avons eu un relais difficile et nous devons vivre avec nos résultats en tant qu’équipe. »

Même s’il refuse d’appuyer sur le bouton panique, Lepage concède que ses coéquipiers et lui devront se ressaisir, sans quoi il deviendra ardu d’obtenir le laissez-passer tant attendu pour les Jeux olympiques de Tokyo. « Nous sommes déçus, mais nous devons rester positifs ! Il reste encore des compétitions importantes pour notre qualification mais, d’ici là, il sera primordial de travailler sur nos faiblesses comme sur nos forces pour nous ramener sur la bonne voie. »

Ainsi, le triathlète de Québec prendra la direction de la France, lundi, où il participera à un camp d’entraînement de deux semaines afin de peaufiner des aspects précis de sa nage et de son vélo.

« J’ai eu quelques difficultés à l’épreuve individuelle et je veux travailler sur ma nage en eau libre. Je vais aussi faire des entraînements simulés en vélo pendant lesquels je devrai maintenir un effort soutenu dans diverses situations. Je veux améliorer ma puissance et c’est la meilleure façon d’y arriver », a conclu Lepage.

 

Source: Sportcom

Alexis Lepage et son coéquipier Matthew Sharpe (Colombie-Britannique) ont délibérément abandonné à la suite de leur parcours à vélo, jeudi, à la Qualification olympique mondiale de triathlon présentée à Tokyo, au Japon. Le stratagème s’est avéré payant pour le Manitobain Tyler Mislawchuk qui a été couronné à l’issue de l’épreuve.

« C’était prévu d’avance! Nous avions une stratégie d’équipe et Matthew et moi avions pour mandat d’aider Tyler au maximum de nos capacités pendant sa course et de nous retirer après le vélo », a lancé Lepage d’entrée de jeu. « Il (Tyler) a fait une superbe performance pour l’emporter », a poursuivi le triathlète de Québec au sujet de son comparse qui a remporté l’or avec un temps de 1 h 49 min 51 s.

Au final, il a devancé le Norvégien Casper Stornes (+4 secondes) et le Néo-Zélandais Hayden Wilde (+12 secondes), respectivement deuxième et troisième.

Malgré le triomphe de Mislawchuk, Lepage était loin d’être satisfait au terme de sa course. « Je n’ai pas été très utile aujourd’hui (jeudi). J’ai essayé de prendre du rythme, mais j’ai eu beaucoup de difficultés pendant ma natation et je n’ai pas réussi à garder le contrôle de ma technique », a-t-il confié.

Le Québécois aura toutefois la chance de se reprendre samedi, alors qu’il participera au relais mixte, une épreuve qui pourrait s’avérée promordiale pour la qualification olympique canadienne.

« Ç’a été plus difficile à la course individuelle, mais je garde le moral et je sais que je vais mieux performer samedi. À ce stade-ci, toutes les compétitions sont importantes pour la qualification olympique et je veux faire le meilleur relais possible pour aider mon équipe à terminer dans le haut du classement. »

 

Source: SportCom

Les Québécois Charles Paquet et Alexis Lepage ont fait partie du relais canadien mixte de triathlon qui a été décoré de la médaille d’argent, lundi, aux Jeux panaméricains de Lima. Les deux triathlètes ont fait équipe avec les Britanno-Colombiennes Desirae Ridenour et Hannah Henry pour accuser un retard de 17 secondes sur le quatuor brésilien.

Le bronze est allé à la formation du Mexique à cette épreuve où chaque relayeur devait parcourir 300 mètres de natation, 6,6 kilomètres de vélo et 1,6 kilomètre de course à pied.

Deuxième relayeur de son équipe, Paquet est sorti de l’eau en rattrapant le meneur, le Brésilien Kaue Willy, pour ensuite propulser sa formation en tête de course avec une avance d’une dizaine de secondes au moment de passer le témoin à sa coéquipière Hannah Henry.

« J’ai été surpris de ma performance, d’autant plus que je me sentais encore un peu courbaturé de la course de samedi. J’ai oublié la douleur (lundi) et je me suis donné à fond. C’était tellement stressant de voir mes coéquipiers courir. En fait, j’étais plus stressé à les regarder qu’à faire ma course! »

Henry a ensuite passé le relais à Lepage au troisième rang et celui-ci a décidé d’user de stratégie pour remonter au classement.

« Aujourd’hui, nous ne voulions pas forcer pour rien et prendre avantage des concurrents. L’objectif n’était pas d’aller le plus vite possible, mais bien d’obtenir le meilleur classement. Je suis sorti de l’eau en troisième place et nous étions trois à nous battre pour la deuxième place. Je les ai attaqués dès la deuxième transition pour avoir un petit avantage au début de la course à pied », a révélé Lepage.

« Mon premier kilomètre a été vraiment fort et à ce moment, je savais que les autres n’arriveraient pas à revenir. J’ai eu le temps de célébrer un peu, de prendre le drapeau et de finir avec un beau grand sourire », a-t-il poursuivi.

En entrevue, Charles Paquet, de Port-Cartier, semblait encore sur son nuage.

« C’était une course excitante du début à la fin ! Toute l’équipe a donné son maximum. Nous avons cru à une médaille et ça fait du bien de finir les Jeux panaméricains de cette façon-là. Monter sur le podium à ces Jeux, c’est quelque chose dont je vais me souvenir! »

Lepage a les yeux tournés sur les sprints

Alexis Lepage avait volontairement fait l’impasse sur l’épreuve individuelle de distance olympique samedi afin de conserver ses énergies pour le relais mixte de lundi. Ce choix a visiblement été le bon.

« C’est au relais que nous avions le plus de chance de faire des médailles. »

Sans délaisser les épreuves de distance olympique, Lepage a laissé savoir qu’il se concentre désormais davantage sur les épreuves de courte distance. Le résultat de lundi, tout comme sa cinquième place aux Championnats du monde de relais mixte, est une autre preuve que les parcours plus courts sont faits sur mesure pour lui.

« (Les courtes distances), ça cadre bien dans mes talents. Je suis un gars qui a beaucoup de vitesse et je me concentre là-dessus pour améliorer mes chances d’aller aux Jeux (olympiques) », a confirmé l’athlète originaire de Gatineau en conclusion.

 

Source: SportCom

Les Québécois Alexis Lepage et Amélie Kretz faisaient équipe avec les Britanno-Colombiens Matthew Sharpe et Desirae Ridenour, dimanche, à l’occasion du relais mixte aux Séries mondiales de triathlon d’Edmonton. L’équipe canadienne a enregistré un temps de 1h 23 min 11 s pour terminer 9e.

Après avoir connu un bon départ, les représentants de l’unifolié ont eu un relais plus difficile, ce qui a considérablement réduit leurs chances de terminer parmi les meilleures équipes.

« Matthew (Sharpe), Amélie (Kretz) et moi avons eu une bonne performance dans l’ensemble. Nous avons bien géré notre course, mais Desirea (Ridenour) a connu une journée plus difficile. Après son relais, nous savions que nous ne pouvions plus terminer devant », a commenté Lepage à propos de sa coéquipière qui en était à une première course depuis une commotion cérébrale subie il y a quelques semaines.

« Elle revient de sa commotion et elle doit reprendre le rythme. C’est bien de la revoir à la compétition et nous savons qu’elle va revenir plus forte. »

Au final, ce sont les représentants de la Nouvelle-Zélande (1h 20 min 14 s) qui sont montés sur la plus haute marche du podium. Les Britanniques (+9 secondes) et les Américains (+16 secondes) ont respectivement pris les deuxième et troisième rangs.

Direction Lima pour Lepage

Alexis Lepage n’aura pas le temps de chômer, lui qui quittera Edmonton tôt lundi matin pour se rendre à Lima, au Pérou, où il participera à l’épreuve du relais mixte aux Jeux panaméricains. C’est d’ailleurs avec beaucoup d’enthousiasme qu’il aborde cette compétition qui pourrait s’avérer primordiale en vue des Jeux olympiques de Tokyo.

« Je dois voir de bonnes performances au relais mixte si je veux me qualifier pour Tokyo. Les deux meilleurs résultats canadiens de cette année sont survenus quand je participais à l’épreuve, alors je suis assez confiant à l’approche de Lima. Ce sera une belle expérience et je ferai tout en mon possible pour obtenir un bon résultat », a-t-il conclu.

 

Source: SportCom

Amélie Kretz et Alexis Lepage en pleine qualification olympique

C’est ce week-end que se déroulera l’avant-dernière étape de la Série Mondiale de triathlon à Edmonton. Amélie Kretz et Alexis Lepage seront encore une fois au départ de l’épreuve individuelle le samedi sur distance sprint, puis sur le relais par équipe mixte dimanche. Ils tenteront de réaliser le meilleur résultat possible sur les deux épreuves qui sont d’une grande importance dans le processus de qualification olympique. Les deux athlètes ont très bien performé dans les deux derniers relais, aidant l’équipe canadienne à terminer 4e à Nottingham et 5e  aux championnats du monde à Hambourg il y a dix jours à peine. L’action sera diffusée sur https://www.triathlonlive.tv

 

La prochaine génération aux Championnats canadiens de relais par équipe mixte 

En marge de la Série mondiale se tiendra une épreuve individuelle sur distance super sprint pour les athlètes junior et U23 de même que les Championnats Canadien de relais par équipe mixte. Le Québec pourra compter sur une importante délégation de quatre équipes. Les seize athlètes sélectionnés proviennent des quatre coins de la province et en seront pour la plupart à leur première expérience sur la scène nationale. C’est une belle opportunité pour eux d’apprendre et de performer en contexte de compétition à l’étranger, d’autant qu’ils font partie de la prochaine génération d’athlètes qui formera l’équipe du Québec junior puis celle des Jeux du Canada en 2021. Les athlètes seront encadrés par les entraîneurs Kyla Rollinson (Tri-o-Lacs), Félix Levesque-Pero (Rouge et Or) et Francis Sarrasin Larochelle (Triathlon Québec).  Voici la liste des athlètes formant la délégation aux Championnats canadiens de relais par équipe mixte.

 

Femmes

Hommes

Noémie Beaulieu (Espoirs de Gatineau)

Nathan Grondin (Rouge et Or)

Isla Britton (Indépendante)

Nicolas Harvey (Rouge et Or)

Maïra Carreau (Indépendante)

Jérémy Lajoie (Rouge et Or)

Sarah Hamel (Triomax Junior)

William Nolet (Rouge et Or)

Marie-Ange Hébert (Hippocampe)

Loïc Poulin-Desjardins (Triomax Junior)

Raphaëlle Leblond (Rouge et Or)

Benjamin St-Pierre (Triomax Junior)

Clara Normand (Tri-o-Lacs)

Émile Tétreault (Triomax Junior)

Justine Grimard-Spalding (Triosisko)

Michael Simard (Trimemphré)

 

 

Après une journée de préliminaires orageuse samedi, les conditions météorologiques étaient de retour à la normale pour la tenue de la finale dimanche, à la Coupe du monde de triathlon de Tiszaujvaros, en Hongrie. Alexis Lepage en a profité pour terminer au 12e rang de l’épreuve masculine de sprint, à 32 secondes du vainqueur.

L’Américain Eli Hemming a complété le parcours en 53 min 43 s pour décrocher la première place, devançant d’une seconde l’Australien Ryan Fisher et le Sud-Africain Wian Sullwald, respectivement deuxième et troisième.

Seul Canadien sur la ligne de départ, Alexis Lepage a pour sa part terminé la course en enregistrant un chrono de 54 min 15 s. « C’est quand même positif de finir à une trentaine de secondes du vainqueur, mais je sais que j’aurais pu être plus près que ça », a mentionné le triathlète québécois.

Après une natation qu’il qualifie de « moyenne », Alexis Lepage faisait partie d’un gros groupe pour la portion vélo. « C’était assez dangereux, car tout le monde voulait être en avant et il y en a plein qui ont pris des risques inutiles, a expliqué celui qui a plutôt joué de prudence. Je savais que ça allait se décider à la course à pied. »

Une mauvaise transition après le vélo lui a toutefois fait perdre beaucoup de temps puisqu’il a eu du mal à enfiler un soulier. « La semelle s’est pliée alors j’ai dû m’arrêter pour la remettre en bonne position et je me suis ramassé vers la fin de la transition au lieu de commencer dans le premier tiers des coureurs comme je l’espérais », a-t-il expliqué.

Lepage a donc eu de la difficulté à remonter sur le peloton. « Je n’ai pas réussi à bien me placer puisque j’étais trop loin. J’ai eu des jambes juste au dernier tour, alors il était trop tard. »

C’est la première fois que Lepage connaissait des problèmes de la sorte. « Est-ce que j’aurais dû coller ma semelle », s’est questionné celui qui reconnait que la situation restait difficile à prévoir. Cependant, une chose est certaine, il veut améliorer ses transitions pour ses prochaines courses.

« Il faudra que j’y travaille tout comme mon endurance musculaire pour être plus efficace techniquement », a-t-il admis, à la fois satisfait et critique du déroulement de sa saison jusqu’à présent. « La saison va relativement bien, même si j’ai eu quand même beaucoup de déceptions. J’ai eu mes meilleurs résultats à vie en Séries mondiales et en Coupe du monde, alors je ne peux pas me dire que ma saison ne va pas bien. Mais si je veux me qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo, je devrai faire mieux. Je vais continuer fort pour atteindre cet objectif. »

Alexis Lepage reviendra maintenant en sol canadien afin de disputer l’étape des Séries mondiales qui aura lieu à Edmonton, le week-end prochain, puis repartira pour le Pérou où il sera de la délégation canadienne aux Jeux panaméricains.

Source: SportCom

Sixième de sa course de demi-finale, Alexis Lepage a obtenu, samedi, son billet pour la finale à la Coupe du monde de triathlon de Tiszaujvaros, en Hongrie.

En raison des prévisions météorologiques, le départ a été devancé et les distances, déjà prévues pour être un sprint, ont été raccourcies. Les athlètes se sont donc élancés pour 500 mètres de natation, 12 kilomètres de vélo et 3,2 kilomètres de course à pied.

« Il y avait de la pluie et des orages, alors ils ont retiré le tiers des distances par précaution. Il annonçait aussi des orages violents pendant nos courses alors ils ont aussi devancé le départ », a expliqué Lepage, qui a enregistré un chrono de 33 min 17 s.

Après avoir fini dans le premier peloton en natation, Lepage a poursuivi le travail dans la portion vélo. « Ma natation n’était pas excellente, mais à vélo, tout est resté sous contrôle », a expliqué l’athlète de Québec, qui se savait alors en bonne position pour obtenir sa qualification pour la finale. « Nous étions environ 12 dans le premier peloton à vélo et les neuf premiers passaient en finale. J’ai ménagé mes efforts en course à pied. »

Seule représente canadienne chez les femmes, Emy Legault, de L’Île-Perrot, a pris le 21e rang de sa course de demi-finale et ne s’est pas classée pour la finale de dimanche.

 

(Sportcom) – L’équipe canadienne avait de quoi être fière dimanche à l’issue du relais mixte de la Série mondiale de triathlon d’Hambourg. Amélie Kretz, Tyler Mislawchuk, Joanna Brown et Alexis Lepage ont allié leurs efforts pour décrocher la cinquième place.

« Nous sommes cinquièmes au monde! Je suis vraiment très content de notre performance collective! Ça augure bien pour la suite des choses en relais pour le Canada. C’était une course très serrée du début à la fin! » a commenté Lepage, en direct de l’Allemagne.

Les Français (1 h 20 min 18 s) ont remporté la compétition avec une avance de 4 secondes sur leurs plus proches poursuivants, les Allemands. Les Australiens (+25 secondes) ont quant à eux terminé troisièmes.

L’équipe canadienne a pour sa part enregistré un chrono de 1 h 21 min 8 s après les performances de la Blainvilloise Kretz, du Manitobain Mislawchuk, de l’Ontarienne Brown et du Québécois Lepage sur le parcours composé de 300 mètres de natation, 7 kilomètres de vélo et 1,7 kilomètre de course à pied.

L’objectif des représentants de l’unifolié était de rester aux avant-postes et d’éviter les pièges, ce qui a été réussi selon Lepage, 26 ans. « Notre point fort était assurément notre belle cohésion en équipe et notre constance dans les trois sports. »

Cette cinquième place est d’autant plus importante pour aider le pays à obtenir sa qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020. Selon les explications du Québécois, les Canadiens doivent se classer parmi le top-14 des nations à la fin du processus au printemps prochain. Des points sont amassés lors de certaines compétitions.

« C’est très positif puisque ça nous rapproche beaucoup d’une qualification automatique du relais pour le Canada. Cette performance permet aussi de montrer aux sélecteurs pour les Jeux olympiques que mes collègues et moi sommes compétitifs et pouvons espérer un podium », a ajouté Lepage.

D’ici au grand rassemblement, les triathlètes devront continuer de travailler sur certains aspects s’ils veulent décrocher une médaille. « C’est vraiment un amalgame de petites choses qu’il faut améliorer. De mon côté, c’est surtout les transitions et courir vite avec les jambes lourdes », a conclu Alexis Lepage, qui participera à la Coupe du monde de Tiszaujvaros, en Hongrie, samedi prochain.

Source: Sportcom

(Sportcom) – Même s’il a obtenu le meilleur résultat canadien chez les hommes samedi lors de l’étape sprint des Séries mondiales de triathlon à Hambourg, Alexis Lepage n’était pas très satisfait de sa 27e place réalisée en Allemagne.

La pluie a rendu la chaussée très glissante, ce qui a causé quelques problèmes aux participants une fois ces derniers en selle sur leur vélo.

« Ça s’est gâté un peu sur ce parcours assez technique. Je suis resté pris derrière deux chutes, alors j’étais en mode chasse tout au long en vélo, a expliqué Lepage, qui n’est toutefois pas tombé. Nous avons réussi à rattraper le peloton de tête seulement au dernier kilomètre. Je n’ai reposé mes jambes à aucun moment dans cette section. »

Une fois son vélo mis de côté, le Québécois a raconté qu’il ne s’est vraiment pas bien senti au début de la portion de course à pied. « J’ai retrouvé un peu de jambes dans la deuxième moitié du parcours. Ça m’a permis d’être le premier Canadien au classement. Au moins, il y a ça. Je ne suis pas satisfait du résultat, c’est acceptable. Je suis certain que j’aurais pu mieux faire si j’étais resté à l’avant-poste pendant le vélo. »

L’Australien Jacob Birtwhistle (55 min 9 s) a remporté l’épreuve devant le Français Vincent Luis (+1 seconde) et le Belge Jelle Geens (+4 secondes).

Lepage, 26 ans, a arrêté le chronomètre à 56 min 18 s. « Chaque année, Hambourg est la course avec le plus gros calibre. Tous les meilleurs au monde étaient là, donc ça poussait fort. D’avoir réussi à rattraper le peloton, je suis relativement satisfait de ça. »

Les Canadiens Matthew Sharpe (31e) et Tyler Mislawchuk (44e) ont aussi participé à la compétition.

Du côté féminin, la représentante du pays Joanna Brown a fini 13e.

Dimanche, Lepage, Mislawchuk et Brown allieront leurs forces avec celles d’Amélie Kretz pour le relais mixte.

« Il faudra rester à l’avant-poste pour éviter les chutes, mais il ne devrait pas pleuvoir. Je suis le dernier à partir, donc je vais voir ce que mes coéquipiers font. Je vais assurément tout donner et essayer de tirer profit de ma situation », a conclu Alexis Lepage.

Source: Sportcom

Montréal a vibré au rythme du triathlon ce week-end alors que le Grand Quai du Port de Montréal accueillait le Triathlon Mondial Groupe Copley samedi dernier.

Les spectateurs ont eu la chance de voir les performances des élites (CAMTRI), des athlètes amateurs (groupes d’âge) ainsi que des professionnels (WTS) lors d’une journée à l’horaire bien remplie.

Coupe du Monde WTS

Le Manitobain Tyler Mislawchuk était très émotif après la course. Il a écrit une page d’histoire, samedi, en devenant le premier homme à remporter une médaille en Série mondiale.

L’athlète de 24 ans est monté sur la troisième marche du podium après avoir disputé un parcours sans faute qui s’est terminé sous une pluie torrentielle.

C’est le Belge Jelle Geens, qui a raflé la première place, une seconde devant l’espagnol Mario Mola, vainqueur l’an dernier.

Les femmes n’ont pas couru sous la pluie, mais on subit une chaleur accablante. La Canadienne Joanna Brown n’a pas été en mesure de terminer en aussi bonne position que lors des deux précédentes courses (4e place en 2017 et 2018), en prenant la 12e place.

L’Américaine Katie Zaferes, à dominer la totalité de l’épreuve avant de monter sur la plus haute marche du podium. Elle était suivie à 11 secondes par les Britanniques Georgia Taylor-Brown et Jessica Learmonth, 2e et 3e au fil d’arrivée.

Le seul québécois en lice pour les compétitions de la Coupe du Monde WTS était Alexis Lepage. Le jeune homme a eu des difficultés lors de la portion vélo, et a terminé au 36e rang.

Coupe Continentale CAMTRI

Un impressionnant contingent de 26 athlètes québécois a pris le départ de la Coupe Continentale CAMTRI de Montréal. Les femmes se sont élancées dans l’eau dès 7h00, suivies par les hommes à 7h45.

Charles Paquet a soulevé la foule en remportant sa première victoire en carrière à l’occasion de la course continentale (CAMTRI), samedi matin. L’américain Tommy Zeferes et le Canadien Aiden Longcroft-Harris ont complété le podium masculin.

Les Québécois Jeremy Briand et Édouard Garneau ont réalisé d’excellents résultats, terminant tous les deux dans le top 10, respectivement en 4e et 9e position.

Chez les femmes, 4 Québécoises ont terminé dans le top 10. Karol-Ann Roy (4e), Élisabeth Boutin (6e), Alexandrine Coursol (7e) et Kamille Larocque (9e) se sont démarquées par de superbes performances.

C’est la Japonaise Hiraku Fukuoka qui a grimpé sur la plus haute marche du podium, suivie par l’Australienne Kira Hedgeland et l’athlète ITU, Brittany Warly.

Compétitions amateurs par groupes d’âge

Le Triathlon Mondial Groupe Copley était aussi l’occasion de voir et participer aux compétitions amateurs par groupe d’âge. Ces courses permettent de se mesurer à d’autres triathlètes appartenant à la même tranche d’âge (ex. : 25-29 ans, 30-35 ans).

Pour l’édition 2019, quelques centaines d’athlètes de tous âges (3 triathlètes ont compétitionné dans la tranche 75 à 79 ans) ont pris le circuit de Montréal d’assaut.

Débutants, intermédiaires et athlètes accomplis, toutes les catégories étaient bien représentées.

Le Triathlon Mondial Groupe Copley a été un succès sur toute la ligne. Même la pluie, qui est venue rafraichir la température, n’a pas été à même de détruire l’ambiance.

Montréal est devenue une plaque incontournable du triathlon international et c’est avec plaisir que nous voyons à l’œuvre les meilleurs triathlètes au monde.

Rendez-vous en 2020?

Vous pouvez voir tous les résultats de la course ici.