Articles

La ville de Nottingham, en Grande-Bretagne, était l’hôte aujourd’hui d’une étape de la Série Mondial de triathlon par Relais mixte.

Les Québécois Alexis Lepage et Amélie Kretz complétaient le quatuor canadien, qui a livré une solide performance, aussi formé de Joanna Brown et Michael Lori.

La course avait été transformée en un duathlon (1.5 km de course, 7 km de vélo et 1.5 km de course) en raison de la mauvaise qualité de l’eau.

L’étape d’aujourd’hui faisait partie des courses comptant pour la sélection olympique de l’épreuve de relais, en vue des Jeux Olympique de Tokyo en 2020.

C’est Joanna Brown, qui s’est élancée la première. À la première transition, elle était cinquième avant de se placer en troisième place lors de la deuxième transition, position maintenue jusqu’au relais donné à Michael Lori.

Ce dernier avait réussi à améliorer la position de son équipe, étant en deuxième place lors de la première transition, mais il est sorti en quatrième position à la seconde. Finalement, lorsque Lori a donné le relais à Amélie Kretz, l’équipe était en sixième place.

La Québécoise a réussi à remonter en cinquième place lors de la première transition. Elle a fait une superbe remontée lors de la portion vélo, et elle a pris la seconde place à la sortie de la deuxième transition. En donnant le relais à Alexis Lepage, Amélie Kretz était cinquième.

Dans la portion finale du relais, Lepage a pris le quatrième rang lors de la première transition avant de sortir de la portion vélo en cinquième place. Le québécois a réussi à remonter l’écart qu’avait creusé l’allemand qui le précédait pour terminer la dernière portion et la course en quatrième place.

Au final, les Britanniques ont pris la première marche du podium, ayant eu une confortable avance tout au long de la course. Les Suisses et les Français ont terminés respectivement en deuxième et troisième position.

Rejoint au téléphone, Alexis Lepage était très heureux du résultat: « Je suis fier de mes coéquipiers, ce fut un bel effort collectif. Nous avons étés dans la game tout le long de la course ».

Au sujet de la quatrième place qui s’est décidé dans les derniers moments de la course (alors que le québécois à doublé l’athlète Allemand), Lepage à dit: « Je l’ai laissé prendre les devants au début de la course à pieds, je savais que j’avais des bonnes jambes. Tout s’est joué au sprint à 200 mètres de l’arrivée ».

Classement final

POSITIONÉQUIPETEMPS FINAL
1Great Britain01:23:13
2Switzerland01:23:55
3France01:24:03
4Canada01:24:25
5Germany01:24:28
6Italy01:24:49
7New Zealand01:24:55
8Australia01:25:17
9Netherlands01:25:55
10United States01:27:10
11Mexico01:28:19
12Belgium01:29:15
13Spain01:30:03
14Japan01:32:25

Les triathlètes québécois Amélie Kretz et Alexis Lepage prendront part à la Série Mondiale de triathlon par relais demain à Nottingham en Grande-Bretagne.

Ils font partie de l’équipe Canadienne composée aussi de Joanna Brown et de Michael Lori.

Ce sera une journée primordial pour les deux membres de l’Équipe Québec puisque la compétition de demain fait partie des courses comptant pour la sélection olympique de l’épreuve de relais, en vue des Jeux Olympique de Tokyo en 2020.

« Je suis confiant, nous avons une bonne équipe », a dit Alexis Lepage, optimiste, à 24 heures du départ, tout comme sa coéquipière Amélie Kretz qui ajoute, « Je pense que nous avons une équipe très compétitive et on a bien hâte de se mesurer aux autres pays demain ».

L’épreuve a été modifiée à la dernière minute, passant d’une course de type triathlon à un duathlon, en raison de la mauvaise qualité de l’eau à Nottingham.

C’est donc dire que les triathlètes devront débuter par la course, avant d’effectuer une première transition au vélo puis, en deuxième transition, retourner à la course à pied.

« J’ai fait quelques duathlons dans ma vie et les derniers étaient de bonnes performances! Alors je suis assez confiant » à ajouter Lepage à ce propos.

Les athlètes s’élanceront sur le parcours à compter de 16h (heure local, soit 11h au Québec)

Alexis Lepage et Amélie Kretz ont tous deux fini près des 10 meilleurs de leur épreuve lors de la Coupe du monde de triathlon, dimanche, malgré la chaleur suffocante qui régnait sur la ville mexicaine de Huatulco.

Chez les hommes, le Canadien Tyler Mislawchuk a remporté la compétition sur distance sprint avec un chrono de 55 min 4 s. L’Américain Morgan Pearson (+7 secondes) a mis la main sur l’argent alors que le Brésilien Manoel Messias (+15 secondes) a récolté le bronze.

Le Québécois Alexis Lepage a franchi la ligne d’arrivée en 55 min 38 s à 34 secondes du vainqueur.

« C’était assez chaud avec beaucoup d’humidité et des conditions qui ressemblent à Tokyo. Ça s’est super bien passé tout au long de ma course, sauf le dernier kilomètre où je commençais vraiment à avoir très chaud, même très, très chaud. J’ai été distancé du peloton de six ou sept coureurs qui se battaient pour la cinquième et sixième place. Je suis très satisfait d’avoir bien réussi à performer dans ces conditions difficiles », a dit le 11e du classement général.

Le Québécois Charles Paquet figure quant à lui au 40e rang avec un temps de 57 min 44 s. Les Canadiens Matthew Sharpe (6e), Michael Lori (22e), Martin Sobey (24e), John Rasmussen (32e), Alexander Hinton (52e) et Taylor Forbes (DNF) ont participé à la course.

« Nous avions tous la même stratégie qui était de rester à l’avant pour éviter les chutes et d’être bien placé parmi les premiers pour les parties plus techniques. Nous nous sommes un peu entraidés entre guillemets, mais nous n’avions pas une stratégie de groupe », a ajouté Lepage, 25 ans.

La chaleur accable Kretz

Du côté féminin, Amélie Kretz, de Sainte-Thérèse, a obtenu le meilleur résultat du pays avec une 12e place et un temps de 1 h 1 min 54 s. La Lavalloise Karol-Ann Roy (1 h 5 min 16 s) pointe quant à elle au 32e échelon.

« Je ne suis pas satisfaite, mais il y a du positif. C’était des conditions très difficiles. L’eau à 30 degrés et l’air à plus de 35 degrés. Mon but était de garder ma température corporelle la plus basse possible et le plus longtemps possible », a expliqué Kretz.

L’athlète de 26 ans a pédalé dans le premier groupe de vélo et est restée prudente à l’avant pour éviter les chutes. Toutefois, à la course à pied, la chaleur était difficile à supporter.

« J’ai eu très chaud! Mes jambes sont revenues sur le deuxième tour, mais j’étais déjà un peu trop loin. Il y a du positif, mais j’ai encore beaucoup de travail à faire pour revenir avec les meilleures. C’est bien excitant! »

Le podium a été composé de l’Américaine Summer Rappaport (1 h 0 min 56 s), de la Russe Alexandra Razarenova (1 h 1 min 5 s) et de l’Autrichienne Lisa Perterer (1 h 1 min 18 s).

L’équipe canadienne s’envolera maintenant vers les Séries mondiales de relais mixte à Nottingham, en Grande-Bretagne, qui auront lieu samedi prochain. Cette épreuve figurera d’ailleurs pour la première fois au programme olympique aux Jeux de Tokyo 2020. Les athlètes du pays poursuivent donc le processus de qualification étalé sur deux ans.

« Nous devons accumuler des points à environ cinq compétitions par année et terminer dans le top-14 des pays (à la fin du processus) », a expliqué Alexis Lepage.

Pour la qualification individuelle, le principe est le même. « Nous avons 12 courses de Coupes du monde et Coupes WTS sur deux années qui sont prises en considération. La première année de qualification est terminée. Jusqu’à maintenant, pour la deuxième année, qui se terminera en mai 2020, j’ai un moyen résultat et un très bon. Il me reste encore beaucoup de compétitions à faire pour avoir ma place sur l’équipe », a conclu Lepage.

Quatre québécois seront du départ de la Coupe du Monde de Huatulco au Mexique ce dimanche.

Amélie Kretz et Karol-Ann Roy seront les deux seules canadiennes en lice alors que Charles Paquet et Alexis Lepage seront accompagnés de sept autres canadiens.

La chaleur et l’humidité seront certainement les plus gros défis des athlètes qui s’aligneront sur une distance sprint, dans cette année cruciale de qualification olympique.

Bonne chance à nos athlètes élites!

L’ITU a rendu disponible cette semaine la liste officielle des athlètes élites qui prendront le départ à Montréal le 29 juin, dans le cadre des Séries mondiales de triathlon ITU.

Quatre athlètes canadiens en font partie, notamment le québécois Alexis Lepage et l’ambassadrice du Triathlon Mondial Groupe Copley, l’athlète ontarienne Joanna Brown. Plusieurs autres canadiens participeront quant à eux à la Coupe continentale de triathlon sprint CAMTRI.

La liste de départ des athlètes qui compétitioneront au Parc Jean-Drapeau dans le cadre des Séries mondiales de paratriathlon ITU est également disponible. Venez les voir performer gratuitement le 28 juin 2019!

TORONTO (le 29 mai 2019) – Triathlon Canada et le Comité olympique canadien ont procédé mercredi à la nomination de six athlètes au sein de l’équipe de triathlon du Canada qui participera aux Jeux panaméricains de Lima 2019.

Trois femmes et trois hommes se sont qualifiés pour participer à leurs premiers Jeux panaméricains au sein d’Équipe Canada sur la base de leur performance à différentes épreuves ce printemps. Puisque les Jeux panaméricains ne servent pas d’épreuves de qualification pour les Jeux olympiques de 2020, Triathlon Canada utilisera ces Jeux multisports comme occasion de développement pour la prochaine vague de jeunes athlètes prometteurs.

Les jeunes Canadiens ont amassé une belle expérience sur la scène internationale, menés par Alexis Lepage de Gatineau au Québec, qui vient de monter sur son premier podium de Coupe du monde, après avoir décroché la médaille de bronze à Chengdu en Chine. L’athlète de 25 ans a aussi représenté le Canada aux Jeux du Commonwealth l’an dernier.

« C’est tellement gratifiant de représenter le Canada à ces autres Jeux multisports et j’ai hâte de vivre une autre grande aventure à Lima », indique Lepage. « Mes récents succès à Chengdu me rendent confiant pour cette course. Notre équipe vise la victoire. Tout peut se produire dans une épreuve de relais et je sais que nous serons prêts à tout donner. »

Lepage sera accompagné par son coéquipier des Jeux du Commonwealth, Desirae Ridenour de Cowichan Bay en Colombie-Britannique, une athlète de 18 ans qui a été sacrée championne continentale junior et triple médaillée d’or aux Jeux d’été du Canada en 2017.

« Je suis très enthousiaste de représenter le Canada à ces autres Jeux. C’est toujours un honneur de porter la feuille d’érable et de compter sur l’appui du pays, affirme Ridenour. Mon expérience aux Jeux du Commonwealth en Australie m’a offert une meilleure compréhension de ce à quoi je peux m’attendre et comment me comporter dans un environnement de Jeux multisports. J’ai vraiment hâte de profiter de cette autre occasion à Lima. »

Quatre autres Canadiens participeront à leurs premiers Jeux multisports sur la scène internationale.

Hannah Henry de Victoria en Colombie-Britannique a été dominante aux Jeux d’été du Canada en 2017 et elle cherchera aussi à faire sa marque au sein d’Équipe Canada. Elle sera accompagnée par Karol Ann Roy de Québec, qui s’est approchée des podiums sur le circuit international de développement.

Charles Paquet de Port-Cartier au Québec tentera aussi d’attirer les regards à Lima. Étoile montante de 21 ans, Paquet a été médaillé d’argent aux Championnats du monde juniors en 2016. Taylor Forbes de Hamilton en Ontario est un triple médaillé des Championnats canadiens qui a représenté le Canada deux fois aux Championnats du monde U23 et il cherchera à ajouter à son expérience à Lima.

Le Canada a décroché neuf médailles au triathlon des Jeux panaméricains depuis 1995. Les deux plus récents podiums sont ceux de l’Olympien Brent McMahon, médaillé d’argent en 2007 et de bronze en 2011. Les deux seules médailles d’or remportées par des triathlètes canadiens aux Jeux panaméricains sont celles de Sharon Donnelly en 1999 et de Jill Savage en 2003.

L’épreuve individuelle de triathlon sera disputée le 27 juillet. Une compétition de relais mixte se déroulera le 29 juillet.

Les Jeux panaméricains de Lima 2019, qui se dérouleront du 26 juillet au 11 août, réuniront environ 6 700 athlètes de 41 nations des Amériques et comprendra 62 disciplines dans 39 sports. Ce sera le plus grand événement sportif jamais organisé au Pérou.

Les athlètes et les entraîneurs nommés sont :

  1. Desirae Ridenour (Cowichan Bay, Colombie-Britannique)
  2. Hannah Henry (Victoria, Colombie-Britannique)
  3. Karol Ann Roy (Laval, Québec)
  4. Alexis Lepage (Gatineau, Québec
  5. Charles Paquet (Port-Cartier, Québec)
  6. Taylor Forbes (Hamilton, Ontario)
  7. Marc-Antoine Christin (Montréal, Québec) – Entraîneur-chef

Avant qu’un(e) athlète soit officiellement nommé(e) au sein d’Équipe Canada, toutes les candidatures doivent être approuvées par le comité de sélection du COC, et ce, une fois que toutes les fédérations sportives nationales ont soumis leurs nominations à la fin juin 2019.

La Fondation Nordiques a une fois de plus posé un geste d’impact dans la région de Québec et de la Chaudière-Appalaches en versant la somme substantielle de 313 000 $ dans le cadre de sa distribution annuelle. Cette nouvelle contribution dans la communauté porte donc à près de 6 650 000 $ le montant total que la Fondation a remise en bourses d’études et en dons, depuis sa création.

Du côté des athlètes-étudiants, le comité d’évaluation a octroyé 104 bourses (252 000 $) en vertu des programmes « Excellence, Élite, Relève et Espoir », soit 24 de catégorie Or (4 000 $), 36 de catégorie Argent (2 500 $) et 44 de catégorie Bronze (1 500 $).

Afin de parfaire leur entraînement et de peaufiner leur préparation en vue des prochains Jeux olympiques d’été, 13 athlètes-étudiants qui pourraient représenter le Canada à Tokyo en 2020, se sont aussi vus décerner une bourse supplémentaire de 3 000 $ chacun.

Enfin, la Fondation Nordiques remettra à nouveau 5 000 $ en bourses lors du Gala du mérite sportif beauceron. Combinés aux bourses régulières et à celles pour les Olympiques de 2020, ce sont donc 296 000 $ qui seront versés en bourses ce printemps.

Finalement, pour ce qui est des dons de bienfaisance, la Fondation est heureuse de verser la somme de 17 000 $ à quatre (4) organismes afin de soutenir la réalisation de projets spéciaux : la Fondation du Centre Jeunesse de Québec (6 000 $), le Service des loisirs de St-Raphaël (5 000 $), la Maison des jeunes de Ste-Foy L’Envol (4 000 $) et le Centre social de la Croix-Blanche (2 000 $).

« Notre mission consiste à soutenir financièrement les athlètes-étudiants de notre région et nous souhaitons que notre appui contribuera à faire une différence dans leur cheminement et leur préparation » a souligné Nicolas Labbé, directeur général de la Fondation Nordiques, qui par ailleurs, a tenu à remercier les fédérations sportives et SPORTSQUÉBEC pour leur apport dans le processus de mise en candidature.

PrénomNomMontantType
    
JérémyLajoie1 500 $Bronze
AlexisLepage4 000 $Or
AlexisLepage3 000 $Olympique
8 500 $

Amélie Kretz a signé un temps de 59 minutes et 27 secondes lors de la Coupe du monde de Cagliari, en Italie, ce qui lui a valu le 17e échelon de cette course remportée par la Britannique Sophie Coldwell (57 min 57 s).

Du côté des hommes, Alexis Lepage n’a pas été en mesure de terminer l’épreuve après avoir complété un seul tour de vélo.

La Coupe du monde se poursuit à Huatulco au Mexique dans trois semaines.

« C’est très plaisant d’être enfin sur le podium en Coupe du monde. Ça fait plusieurs années que j’essaie d’y arriver, alors je suis très satisfait. » Alexis Lepage peut dire mission accomplie, lui qui a remporté le bronze à Chengdu, en Chine, dimanche.

L’Australien Matthew Hauser a gagné l’or avec 13 secondes d’avance sur l’Américain Ben Kanute et le Canadien Alexis Lepage. Tous deux ont enregistré un chrono de 27 min 55 s et la photo d’arrivée a été nécessaire pour les départager. Le Britanno-Colombien Matthew Sharpe a pris le 14e rang.

L’athlète de Québec a d’ailleurs été aux avant-postes tout au long de la course. « J’ai eu un très bon départ en natation et je suis sorti troisième de l’eau. J’étais dans le peloton de tête à vélo avec un petit groupe qui travaillait bien. Nous avons creusé l’écart avec le peloton de chasse et déposé notre vélo avec quelques dizaines de secondes d’avance », a fait savoir Lepage.

Alexis a avoué avoir moins ressenti de pression pour courir vite malgré le fait qu’il n’a pas eu une très bonne deuxième transition. « Je sentais que j’avais de bonnes sensations. J’ai réussi à remonter le petit peloton de course à pied et nous étions trois à nous battre pour l’argent. Nous avons sprinté sur un bon 100 m, mais Kanute m’a eu sur le dernier mètre », a dit le jeune homme de 25 ans.

La finale de triathlon a été disputée sous le format super sprint, soit 400 m de natation, 10 km de vélo et 2,5 km de course à pied. Même si le Québécois a fait très peu de courses de ce genre dans sa carrière, ses habiletés de vitesse lui ont permis de s’illustrer.

« C’était un format qui m’allait bien. Ça se rapproche beaucoup de ce que nous faisons en relais. Pour une qualification olympique, c’est quand même bon d’avoir plus de données sur ce que font les Canadiens individuellement dans des distances plus courtes. »

Après un début de saison difficile, Lepage était heureux d’enfin pouvoir démontrer tout son potentiel, ce qui lui a permis d’amasser de précieux points pour sa qualification olympique en vue de Tokyo 2020.

« J’oserais dire que c’est la seule course dont je suis vraiment satisfait cette année. Il y avait tout le temps un pépin, une chute ou j’étais malade dans les autres. C’était une des seules où j’étais là à 100 %. Aujourd’hui, je dois avoir l’équivalent de 400 points. Je pense qu’avant ça, le maximum que j’avais eu c’était 175 points olympiques », a conclu le triathlète, qui participera à la Coupe du monde sprint de Cagliari (Italie) la semaine prochaine.

De son côté, Emy Legault a terminé 18e de son groupe en demi-finale sur distance sprint (750 m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied). Seuls les 14 meilleures athlètes de chacune des deux demi-finales ainsi que les deux autres temps les plus rapides du général ont accédé à la grande finale.

L’athlète de L’Île-Perrot a donc pris part à la finale B où elle a conclu au 17e rang avec un temps de 33 min 44 s.

La Britanno-Colombienne Hannah Henry a terminé 19e de la grande finale.

Aujourd’hui s’est tenue la 15e remise de bourses Cascades de la Fondation de l’athlète d’excellence où 22 étudiants-athlètes ont été honorés.

Amélie Kretz et Alexis Lepage, membres de l’Équipe du Québec de triathlon, sont récipiendaires d’une bourse de soutien à la réussite académique et sportive de 4000$ chacun.

Amélie Kretz

Amélie Kretz. Photo: courtoisie

Améoe Kretz, 25 ans, de Sainte-Thérèse. Elle s’illustre notamment comme championne nord-américaine de l’épreuve sprint et à terminée en 23e place à l’étape de Yokohama des Séries mondiales. Elle termine actuellement ses études à l’Université de Guelph.

Amélie peut soutenir un effort intense pendant très longtemps. Elle lit bien les différents scénarios de course et sait adapter sa stratégie. Elle concentre ses efforts à l’entraînement vers l’augmentation de sa vitesse sur de courtes distances. Pour 2019, elle souhaite retrouver sa place parmi les meilleures au monde et s’offrir un bon résultat à la compétition préparatoire olympique. Elle vise d’ailleurs un laissez-passer en vue des Jeux de Tokyo. La triathlète compte terminer un baccalauréat en thérapie du sport et étudier à la maîtrise en physiothérapie.

Alexis Lepage

Alexis Lepage lors de l’édition 2012 du Triathlon de Québec

Alexis Lepage, 24 ans, habite Québec. Il a été médaillé d’or à la Coupe continentale de Santiago et a terminé respectivement à la 13e et 15e place aux Coupes du monde de Sarasota et de Salinas.

Alexis comprend bien la mécanique de ses mouvements et peut donc compter sur un bon contrôle moteur. Affichant une belle force de caractère à l’entraînement, il souhaite améliorer son seuil de tolérance à la douleur et la gestion de ses émotions en course. Il rêve de devenir le premier homme québécois à se qualifier pour les Jeux olympiques en triathlon. Au terme de sa carrière sportive et de ses études, le triathlète entend s’impliquer dans divers projets d’entreprises en démarrage et avoir sa propre compagnie.

Triathlon Québec tient à féliciter les athlètes-récipiendaires en plus de saluer le renouvellement du partenariat de Cascades avec la Fondation de l’athlète d’excellence pour 3 autres années. Leur engagement se profile en un investissement de 300 000$.